Publicité

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

Cheeky Love – Tome 1

Cheeky Love – Tome 1 Éditeur : Delcourt/Tonkam
Titre original : Namaikizakari
Dessin : Miyuki MITSUBACHI
Scénario : Miyuki MITSUBACHI
Traduction : Lucie BOURGEOIS
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 08/02/2017

Yuki est devenue la manager du club de basket de son lycée dans le but ultime (mais secret) de rester auprès du capitaine de l’équipe. Un jour, Naruse, nouveau membre du club, finit par apprendre le secret de Yuki. Le jeune homme tombe alors amoureux de sa manager et passe son temps à embêter l’héroïne, ce qui a le don de la rendre furieuse…

Cela fait maintenant quelques temps que l’éditeur Delcourt / Tonkam propose des shôjo basés sur des romances plus classiques que ce à quoi ils nous avaient habitués jusqu’alors. S’il y a toujours moyen de se démarquer sur ce type d’histoire, ces quelques titres habituellement courts sont assez rafraichissants et méritent qu’on leur prête un certain intérêt. C’est le cas de Cheeky Love  de Miyuki MITSUBACHI qui met en place une héroïne assez particulière à laquelle on va rapidement s’attacher, un peu à la manière du héros de l’histoire.

Pour remettre un peu Yuki dans le contexte, lorsqu’elle n’avait que 3/4 ans, elle s’est retrouvée à la tête d’une fratrie de 6 enfants. La magie des naissances a voulu qu’il y ait après elle des jumeaux puis des triplés. Elle a donc appris la patience et la résiliation très tôt et aujourd’hui, elle reste imperturbable quoiqu’il arrive. Peu importe la situation elle ne décroche ni sourire, ni cri ni rien, ce n’est pas qu’elle est insensible mais elle est très endurcie et ne panique jamais.
Tout le jeu de ce titre est donc de la faire craquer.

Pour y arriver, nous avons le héros : Naruse, ce n’est pas le bad boy de l’école mais bon, il a son petit caractère. En découvrant que Yuki n’est pas plus réactive que ça quoiqu’il arrive, il décide de tout faire pour la voir faire une expression différente. C’est ainsi qu’il en tombe amoureux et qu’il va tenter que ce soit réciproque… mais à sa manière. Il n’est pas le genre à attaquer de front, c’est plutôt le garçon qui fait des attentions discrètes mais qui font rougir quand on les découvre.

Ce duo sur lequel la narration est concentrée fonctionne très bien car tout est amené en douceur, on peut d’ailleurs voir une réelle évolution entre la première page et la dernière. On voit comment les sentiments se dévoilent petit à petit, une attention après l’autre.
Tout comme Naruse, on a envie de faire craquer Yuki, on veut la voir se détendre, rougir, et agir plus en accord avec ses émotions. On a aussi envie qu’ils discutent plus, qu’elle lui raconte le pourquoi du comment (sa famille), mais ce sera pour un prochain tome.

Il faut ajouter à cet univers le fait qu’elle est la manager du club de basket dont il est membre. Tout le décor de leur histoire se passe ainsi autour de cette activité, sans être pour autant faire du manga un titre très accès sport. Pourtant, cela rend le tout plus cohérent qu’une romance dans une salle de classe, et cela permet de varier un peu plus les situations et d’insérer les deux protagonistes dans un groupe de personnages avec leur propres histoires.

L’auteur a un style assez typique du magazine Hana to Yume, qui est plus fourni que les autres, et on pourra donc difficilement dire que c’est vide ou léger. Habituellement on est d’ailleurs dans la surabondance de texte mais pour ce titre c’est beaucoup moins flagrant. En tout cas la lecture se fait facilement avec un trait assez mature qui va très bien avec cette héroïne déterminée.

Une fois terminé, on ne se dit qu’une seule chose : vivement la suite pour savoir comment Yuki va évoluer même si le titre fait 9 volumes au Japon (toujours en cours), ce qui peut paraître un peu exagéré vu la trame, à suivre.

Cela fait maintenant quelques temps que l'éditeur Delcourt / Tonkam propose des shôjo basés sur des romances plus classiques que ce à quoi ils nous avaient habitués jusqu'alors. S'il y a toujours moyen de se démarquer sur ce type d'histoire, ces quelques titres habituellement courts sont assez rafraichissants et méritent qu'on leur prête un certain intérêt. C'est le cas de Cheeky Love  de Miyuki MITSUBACHI qui met en place une héroïne assez particulière à laquelle on va rapidement s'attacher, un peu à la manière du héros de l'histoire. Pour remettre un peu Yuki dans le contexte, lorsqu'elle n'avait que 3/4 ans, elle s'est…

Cheeky

Graphisme - 68%
Histoire - 66%
Mise en scène - 63%
Originalité - 65%
Edition - 62%
Dans son genre - 66%

65%

Love

Cheeky Love est une comédie romantique qui a de nombreuses qualités et qui devrait perdurer un peu dans le temps. À voir comment l'auteure va réussir a renouveler son scénario qui va être difficile à tenir sur la longueur car l'enjeu tient dans le caractère de son héroïne.




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner