Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Bungô Stray Dogs – Tomes 1 & 2

Publicité

Bungô Stray Dogs – Tomes 1 & 2

Bungô Stray Dogs – Tomes 1 & 2 Éditeur : Ototo
Titre original : Bungô Stray Dogs
Dessin : Harukawa 35
Scénario : Kafka ASAGIRI
Traduction : Nicolas PUJOL
Prix : 7.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 03/02/2017

Après avoir été expulsé de son centre d’accueil, Atsushi Nakajima se retrouve seul et à la rue… il rencontre alors un étrange jeune homme du nom d’Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de l’Agence des Détectives armés, une troupe d’enquêteurs aux pouvoirs paranormaux, à la recherche d’un mystérieux tigre mangeur d’hommes. Atsushi semble avoir d’étroits liens avec ce tigre, et se retrouve enrôlé malgré lui parmi ces fameux Détectives sur l’initiative de Dazai. Action et batailles entre illustres écrivains à Yokohama !

Vous vous souvenez peut-être d’un certain anime en deux saisons de 12 épisodes chacune nommé Bungô Stray Dogs et produit par le studio Bones (Fullmetal AlchemistMy Hero AcademiaBlood Blockade Battlefront) et diffusé en simulcast chez nous sur Crunchyroll. On pouvait y voir des « écrivains célèbres » possédant des pouvoirs tous plus originaux les uns que les autres et une agence de détectives employant ces derniers pour mener d’étranges enquêtes impliquant une mafia toute aussi étrange.
Bref, que vous l’ayez vu ou non, sachez qu’elle prend ses origines dans le manga du même nom dessiné par Harukawa 35 et scénarisé par Kafka ASAGIRI qui est l’objet de cette chronique.

Bungô Stray Dogs est l’œuvre Kafka ASAGIRI à la plume et Harukawa 35 au dessin. On peut retrouver le premier à l’écriture sur Shionomiya Ayane wa Machigaenai. et  Minase Youmou to Hontou wa Kowai Cthulhu Shinwa, tout deux inédits en France. Pour le second auteur, Bungô Stray Dogs est sa première œuvre publiée de manière professionnelle. La version originale de la série apparaît chaque semaine dans le Young Ace au Japon et c’est Ototo qui nous la propose dans l’hexagone.

L’histoire commence quand une jeune homme du nom d’Atsushi Nakajima fait la rencontre fortuite (ou pas) d’Osamu Dazai alors que ce dernier tente de ce suicider. Atsushi porte alors secours à Dazai en pensant réaliser une bonne action. Ce qu’il ne sait pas, c’est que celui-ci a une passion démesurée pour les suicides et cherche toutes les manières possibles pour mettre fin à sa vie (sans succès pour l’instant).
Cependant, ne vous y trompez pas, Dazai ne souhaite pas mettre fin à ses et est au contraire plein de vie. En fait, il est juste particulièrement étrange comme la plupart de ses collègues de travail à l’Agence des Détectives armés. Ainsi, Atsushi se retrouve subitement embarqué par ce drôle d’énergumène à mener différentes enquêtes policières dont les crimes sont pour la plupart surnaturels.

Le trait de Harukawa 35 est fin et droit, il va à l’essentiel sans chichi et se concentre sur les personnages. On notera qu’il y a peu de décors voire même aucuns dans certaines planches. Il met en avant les différentes actions des protagonistes en faisant la part belle à l’action. Les plans sont dynamiques et s’enchaînent plutôt bien.
Pour une première, même si ce n’est pas exempt de défauts, c’est prometteur et on ne peut que souhaiter qu’il s’améliore au fur et à mesure de l’avancée des tomes. On espèrera aussi voir peut-être un peu plus de travail au niveau des arrière-plans puisque certaines cases semblent un peu vides.

Le scénario de Kafka ASAGIRI est bien mis en scène mais met un peu de temps à s’installer. L’éditeur a fait le choix de publier les deux premiers volumes en même temps et on peut dire que c’est un bon choix qui permet de mieux se rendre compte des enjeux de l’histoire, mais aussi des différentes forces en présence. Le premier volume laisserait un peu le lecteur en plan, avec un début d’action et quelques éléments d’introduction pas totalement développés.

Une des particularités de Bungô Stray Dogs est qu’il emprunte la plupart de ses personnages à la littérature classique.
En fin limier on retrouve par exemple Ranpo Edogawa qui fait partie de l’Agence des Détectives armés et possède comme pouvoir surnaturel un sens de la déduction à toute épreuve à l’image des personnages issus des romans dont il sort.
Dazai, quant à lui, est aussi le reflet parfait de l’auteur dont il est inspiré en étant le porte-étendard de son caractère ironique et suicidaire. Le héros est lui aussi un écrivain qui n’est plus de ce monde et ainsi de suite pour les autres protagonistes. Saurez-vous tous les reconnaître ? Il est amusant de faire le parallèle avec les personnalités dont ils sont inspirés et même si Ototo donne quelques informations, ce sera à vous de continuer les recherches si l’un d’eux vous intéresse.

Que dire de l’édition ? Beaucoup de choses ont été très bien faites !
Ototo fournit un bon travail éditorial qualité avec des pages en couleur en début de volume. Les couvertures possèdent une texture mate pour le fond et un joli vernis sélectif pour les différents personnages se trouvant au premier plan. Vous remarquerez également que l’arrière-plan et la bande de titre de chaque tome sont en alternance de blanc et de noir, ce qui donne un très joli effet graphique qui fera plaisir aux plus pointilleux d’entre vous.

Pour accompagner la sortie de ces premiers tomes (ainsi que des suivants), l’éditeur a mis en place une petite opération promotionnelle. Celle-ci consiste en une série de marque-pages recto-verso. Sur le recto on retrouve l’illustration d’un personnage et au verso sa petite biographie.
Pour les 2 premiers, ce sont Atsushi Nakajima, Osamu Dazai, Doppo Kunikida et Ryûnosuke Akutagawa qui ouvrent le bal. Ainsi, pour l’achat de chaque volume à paraître, deux marque-pages sont offerts avec des protagonistes différents, ce qui permet d’en savoir un peu plus sur ces derniers au fur et à mesure de la sortie des tomes. N’hésitez donc pas à les réclamer auprès de votre libraire favori !

Vous vous souvenez peut-être d'un certain anime en deux saisons de 12 épisodes chacune nommé Bungô Stray Dogs et produit par le studio Bones (Fullmetal Alchemist, My Hero Academia, Blood Blockade Battlefront) et diffusé en simulcast chez nous sur Crunchyroll. On pouvait y voir des "écrivains célèbres" possédant des pouvoirs tous plus originaux les uns que les autres et une agence de détectives employant ces derniers pour mener d'étranges enquêtes impliquant une mafia toute aussi étrange. Bref, que vous l'ayez vu ou non, sachez qu'elle prend ses origines dans le manga du même nom dessiné par Harukawa 35 et scénarisé par Kafka ASAGIRI qui est l'objet de cette chronique. https://www.youtube.com/watch?v=EwBEhAR0hhI…

Chiens errants

Graphisme - 60%
Histoire - 66%
Mise en scène - 69%
Originalité - 76%
Edition - 80%
Dans son genre - 69%

70%

Dazai

Ces deux premiers tomes sont encourageants pour la suite, en espérant que le scénario ne tombe pas dans la facilité de voir uniquement s'affronter des personnages empruntant les noms des "illustres écrivains" dans des combats endiablés en laissant de côté les petites subtilités et la richesse que ceux-ci peuvent apporter. On ne peut donc dire qu'une chose... À suivre !

Acheter sur Amazon

A propos de Yukionna

Yukionna
Comme dit l'adage, je suis tombée dedans quand j'étais petite en regardant avec assiduité Card Captor Sakura quand ça passait sur une certaine chaîne hertzienne. Fan des Clamp devant l'Éternel, je voue un culte sans modération aux œuvres de Type-Moon et Shaft.

Laisser un commentaire

banner