Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Boruto (Naruto Next Generations) – Tome 1

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Publicité

Boruto - Naruto next generations - T1

Boruto (Naruto Next Generations) – Tome 1

Boruto (Naruto Next Generations) – Tome 1 Éditeur : Kana
Titre original : Boruto: Naruto Next Generations
Dessin : Mikio IKEMOTO
Scénario : Ukyô KODACHI
Traduction : Misato RAILLARD
Prix : 6.85 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 03/03/2017

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE NINJAS DÉBARQUE À KONOHA ! Les grands affrontements dans le monde des ninjas appartiennent désormais au passé. Le village de Konoha est entré dans une ère de paix. Boruto, le fils du 7e Hokage, vit mal d’être dans l’ombre de son imminent paternel. Il ne se doute pas qu’une nouvelle menace plane sur eux… La légende de la nouvelle génération commence maintenant ! !

Après seulement quelques mois d’attente, le premier volume du spin-off de Naruto a débarqué dans les librairies. Amorcé par Naruto Gaiden, le début de Boruto ne pouvait pas passer inaperçu, pas seulement pour les fans de la série mais surtout pour l’emprunte laissée par la publication des aventures du ninja blondinet spécialiste des dattebayo.

Boruto, le personnage, n’est pas une « réincarnation » de son père, Naruto.
Vu le nombre de fois où les auteurs insistent (parfois lourdement) pendant ce premier tome, il était nécessaire de le dire dès les premières lignes de la chronique. Cependant, il cherche à ressembler à… Sasuke ! Sans perdre le caractère espiègle de son père, on se retrouve avec un personnage qui cherche à ressembler à son rival… exactement comme Naruto lorsqu’il était jeune en fait. Du coup, même à marteler qu’il n’aspire pas à être comme son père, Boruto finit par lui ressembler énormément.

Au niveau de l’histoire, rien de fou à se mettre sous la dent. Boruto est un gamin délaissé par son père qui travaille trop et qui va chercher à retenir son attention. Bien sûr, le fait que l’on se trouve dans un monde où les ninjas se multiplient avec une facilité déconcertante va mettre un petit twist mais disons que la ligne directrice est vue et revue, surtout que KODACHI ne fait pas grand chose pour aller un peu plus loin dans le développement.

Il y a le retour d’un énième complot qui va mettre ce jeune héros dans une position difficile et qui le dépasse afin de lui permettre de grandir et de devenir un ninja à part entière. C’est peut-être ce point qui est le plus intéressant : Boruto ne veut pas devenir comme son père. Il ne l’apprécie d’ailleurs pas tant que ça et va tenter de tout faire pour échapper à son influence et lui montrer qu’il peut se débrouiller sans lui.

Classique de la série, on retrouve une formation avec un trio de personnages principaux (KISHIMOTO supervise et si vous avez lu Naruto, vous savez à quel point il aime les trios…) qui n’est pas sans rappeler Naruto / Sasuke / Sakura et ce, malgré les spécificités de chacun que les auteurs veulent bien donner à ces nouveaux personnages…

Le plus gros point faible de Boruto n’est autre que son dessin qui est loin d’être à la hauteur d’une telle série. Le dessin de KISHIMOTO était déjà vide mais celui d’IKEMOTO l’est encore plus. Sa façon de dessiner les sourcils est aussi très particulière (certains diront peut-être même « de mauvais goût ») mais lors de la lecture, on en vient à se demander s’il a déjà entendu parler des « trames ».
L’auteur de la série originale savait les utiliser même s’il ne le faisait pas énormément au début mais pour le coup, le nouveau dessinateur a encore énormément de choses à apprendre. Que ce soit au niveau des personnages ou même des décors, on ne ressent quasiment pas d’impression de profondeur.

Attention, ça ne veut pas dire que certaines planches ne sont pas travaillées et sont plutôt sympathiques. Non, ça veut dire que, globalement, l’ouvrage est vide et on voit plus de blanc qu’autre chose. Évidemment, le manque de profondeur pose problème au niveau des combats qui sont difficiles à lire dès que les personnages utilisent la profondeur pour une action, ce qui assez dommage pour un shônen d’action…

En ce qui concerne l’édition, il semblerait que Kana se soit décidé à changer de papier comparé à Naruto Gaiden. On retrouve un papier de bien meilleure qualité mais qui va malheureusement renforcer le côté « vide » des cases d’IKEMOTO. L’ouvrage reste toujours très souple et pliera quand même un peu trop facilement pour être vraiment agréable en main.
Pour la traduction, Misato RAILLARD n’a probablement pas eu beaucoup de travail compte tenu de la faible présence de texte, les combats occupant une très grande partie de ce premier volume. Le temps n’était visiblement pas à l’exposition mais à l’action pour IKEMOTO et KODACHI.

Après seulement quelques mois d'attente, le premier volume du spin-off de Naruto a débarqué dans les librairies. Amorcé par Naruto Gaiden, le début de Boruto ne pouvait pas passer inaperçu, pas seulement pour les fans de la série mais surtout pour l'emprunte laissée par la publication des aventures du ninja blondinet spécialiste des dattebayo. Boruto, le personnage, n'est pas une "réincarnation" de son père, Naruto. Vu le nombre de fois où les auteurs insistent (parfois lourdement) pendant ce premier tome, il était nécessaire de le dire dès les premières lignes de la chronique. Cependant, il cherche à ressembler à... Sasuke ! Sans perdre le caractère espiègle…

Non, Boruto, ce n'est pas du tout Naruto...

Graphisme - 46%
Histoire - 61%
Mise en scène - 60%
Originalité - 46%
Edition - 61%
Dans son genre - 55%

55%

... c'est Sasuke !

Ce premier volume des aventures de Boruto est très moyen à tous les niveaux. Que ce soit au niveau du scénario qui reste beaucoup trop classique ou du dessin extrêmement vide, Boruto ne convainc pas. En même temps, on savait que prendre la suite du ninja le plus célèbre de la culture japonaise ne serait pas une chose aisée, on laissera donc le temps aux duo de mangaka d'installer leur série et on vous reparlera de la série lors de la sortie du deuxième tome.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner