Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Born to be on air! – Tome 1

Born to be on air! 1

Born to be on air! – Tome 1

Born to be on air! – Tome 1 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Nami yo Kiite Kure!
Dessin : Hiroaki SAMURA
Scénario : Hiroaki SAMURA
Traduction : Anaïs KOECHLIN
Prix : 8.05 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 19/10/2016

Sapporo, Hokkaidô. Dans un bar, Minare Koda peste contre son ex-copain auprès d’un journaliste radio qu’elle vient tout juste de rencontrer. Le lendemain, quelle n’est pas sa surprise d’entendre sa voix enregistrée et diffusée à la radio ! Folle de rage, elle fonce à la station, mais sur place, les paroles enjôleuses du directeur d’antenne l’incitent à improviser une diatribe sur sa philosophie amoureuse. Invitée à entrer dans le monde de la radio par un tour du destin et dotée d’un caractère bien trempé, Minare va voir sa vie violemment bouleversée…

2016 aura définitivement été l’année hommage à Hiroaki SAMURA. L’auteur de L’Habitant de l’infini, cultissime manga de sabre, dont les autres œuvres faisaient défaut en France aura tout de même vu la majeure partie de sa bibliographie enfin publiée chez nous et ce, en moins d’un an. Snegurochka en février, Halcyon Lunch en mai ou encore Emerald et autres récits en octobre. D’ailleurs, c’était CASTERMAN qui avait jusqu’alors l’exclusivité SAMURA pour les pays francophones. Cependant, c’est par le biais de Pika que Born to be on air! est publié et cela a de quoi déstabiliser…

Un manga qui parle de radio (le truc que papa écoute en se rasant le matin, pour les plus jeunes) cela peu paraître étrange et pas très « sexy », mais pourquoi pas après tout. Le monde du manga nous a habitué à bien pire comme mise en situation. De toute façon, c’est aux grandes personnes, celle qui savent ce qu’écouter la radio veut dire que ce manga s’adresse. C’est ce que reflètent les protagonistes également. On est clairement face à un récit pour adultes (25-45 ans) et qui touche à des sujets qui leur parlera directement. La solitude, les choix de carrière, la remise en question de soi, les engagements et les responsabilités…

Il est facile de s’identifier à Minare pour tout ceux qui auraient connu ce genre de situation. Elle a 25 ans passés, de l’ambition mais est indécise, aspire à « une vie simple et lisse ». Pourtant, ce caractère dur et sa personnalité explosive forgés par ce qui semble être un passé criblé de déceptions sentimentales en font une jeune femme forte, mais instable. Ce sont ces faiblesses qui en font un personnage très attachant et intéressant. Elle travaille depuis quelques années dans un restaurant spécialisé dans le pain et le curry et semble se donner à fond dans ce qu’elle fait. Seulement voilà, la patron décide de la virer suite à une mauvaise publicité qu’elle va provoquer à la radio locale ainsi que sur Internet.

Minare va alors être amenée à faire un premier essai sur les ondes un peu malgré elle. La situation semble très forcée, mais soit. Elle se montre très à l’aise et conforte Matô, le directeur d’antenne, dans ses soupçons. Cette jeune femme a quelque chose en plus et c’est pourquoi il décide alors de lui proposer une tranche horaire rien qu’à elle.

Ce premier volume prend un peu son temps pour installer les personnages ainsi que leurs relations et il se termine alors que Minare est sur le point de se lancer dans le grand bain. Cliffhanger classique me direz-vous, on s’arrête au moment où l’histoire est sur le point de se lancer et « rendez-vous au prochain épisode ! ». Cela est dû au fait que l’auteur ne nous montre que très peu de choses de la radio pour ces premiers chapitres. Cela pourrait être un défaut, mais il préfère, à raison selon moi, s’attarder un peu sur la construction des personnages. C’est une part essentielle d’un récit étant donné qu’il n’y a pas d’enjeu s’il n’y a pas d’attachement, voir d’identification. Minare va en baver parfois et c’est ce qui va permettre au lecteur d’éprouver l’empathie nécessaire pour se lancer vraiment dans la partie.

Il y a un petit goût de Drama japonais dans Born to be on air! et pour peu que l’on aime les tranches de vie, ce manga devrait plaire à ceux qui cherchent une histoire simple et bien encrée dans le présent (dixit SAMURA). L’humour est omniprésent et la plupart des gags sont provoqués par la personnalité piquante et folle de l’héroïne. Les plus attentifs pourront également profiter de pas mal de clins d’œil à la musique japonaise et à la culture pop mondiale. Attention toute fois si vous n’aimez pas les mangas trop bavards, celui-ci est plutôt verbeux et c’est assez logique étant donné son propos. Petit mention spéciale au bonus de sous-jaquette qui fait référence à un gag du manga assez sympathique !

ALL NIGHT RADIO JAPAN !!

Graphisme - 70%
Histoire - 50%
Mise en scène - 55%
Originalité - 35%
Edition - 60%
Dans son genre - 65%

56%

FM

Born to be on air! est drôle et bien dessiné pour qui sait apprécier le trait hachuré et détaillé de SAMURA. Une histoire très classique, mais des personnages qui font vrais dont on aura plaisir à suivre les aventures. Ce n'est peut-être pas la meilleure série de son auteur, mais elle parvient à provoquer de la bonne humeur.




Acheter sur Amazon

A propos de Robot-M

Robot-M

Il a tellement été chamboulé lorsqu’il est tombé sur Akira un jour en médiathèque, qu’il a décidé d’y travailler. C’est aujourd’hui un médiathécaire herbivore spécialisé en jeux vidéo et dévoreur de mangas.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]