Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Blood Blockade Battlefront – Tome 1

Publicité

Blood Blockade Battlefront – Tome 1

Blood Blockade Battlefront – Tome 1 Éditeur : Kazé Manga
Titre original : Kekkai Sensen - Mafugai Kessha -
Dessin : Yasuhiro NIGHTOW
Scénario : Yasuhiro NIGHTOW
Traduction : Yann KOFFI
Prix : 8.29 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 06/04/2016

Il y a trois ans, un portail dimensionnel s’est ouvert sur New York. Désormais rebaptisée “Hellsalem’s lot” et recouverte d’un épais brouillard, la ville a vu apparaître phénomènes surnaturels et créatures cauchemardesques. Dans cet univers chaotique, la société secrète “Libra” recrute des individus aux aptitudes particulières afin de maintenir un semblant de paix. Suite à un incroyable quiproquo, Leonardo Watch, un jeune photographe aussi peureux que maladroit, se retrouve membre de cette étrange organisation. Pris dans une spirale de catastrophes en chaîne, combien de temps survivra-t-il aux monstres sanguinaires et autres tueurs psychopathes peuplant cette cité démoniaque ?!

Yasuhuro NIGHTOW revient en France grâce à Kazé Manga. Après un premier passage chez Tonkam avec Trigun, l’auteur nous propose, une fois de plus, un univers bien barré dans Kekkai Sensen, renommé Blood Blockade Battlefront pour l’international (on l’abrègera BBB). Certains d’entre vous le connaissent peut-être déjà grâce à sa version animée (réalisée par le studio BONES) chez ADN.

Au début, Leonardo, on le prend un peu pour le gars complètement paumé qui débarque dans un monde qui n’est pas du tout le sien. Par un concours de coïncidences, il se retrouve projeté dans un monde qui le dépasse et surtout, il n’a pas vraiment le temps de comprendre ce qui lui arrive.

Alors qu’il tente de subvenir à sa faim, il se laisse prendre dans un combat mené par Zapp, un des membres de Libra. Ce dernier ne lui laisse pas vraiment le choix et l’embarque avec lui. À aucun moment le jeune garçon n’a le choix, il est happé dans un monde violent auquel il n’a jamais voulu appartenir et ce, même s’il possède quelque chose qui l’y pousse.

NIGHTOW propose donc un héros qui n’a encore rien accompli et qui a encore tout à prouver, à commencer par son courage qui reste l’une de ses grosses lacunes au début du titre. Dans une mouvance clairement shônen, le mangaka s’apprête donc à raconter une quête qui ne sera pas initiatique mais introspective.
Il y aura bien évidemment des éléments de découverte mais l’idée sera surtout pour Leonardo de trouver sa personnalité et se forger un caractère.

Le mangaka ne prend absolument pas son histoire au sérieux. Avec un humour omniprésent, il n’hésite pas à partir en vrille à n’importe quel moment, même en plein combat ou en plein moment de doute.
Bien évidemment, il est soutenu par des personnages qui se démarquent par leur attitude loufoque ou « qui détone » tout simplement et quelques clichés.

À lui seul, Zapp combine un peu tout ça.
C’est le dragueur de la bande qui n’hésite pas à sauter sur tout ce qui bouge ou du moins… presque. Il est incapable de s’approcher de la touche féminine de Libra qui le terrifie à tel point qu’il ne la considère pas comme une femme !
Pour renforcer son originalité, NIGHTOW lui a aussi donné une forte rivalité avec Klaus qui reste encore un peu mystérieuse puisqu’elle est aussi teinté de respect. Zapp ne rechigne pas quand il s’agit d’accomplir une mission et sera toujours prêt à agir pour son chef. Dans le même temps, il n’hésitera pas à essayer de le tuer à la moindre opportunité… Bipolaire ou pas, on se pose quelques questions !
Ce personnage possède aussi un lien très particulier avec Leonardo puisqu’il va lui servir de premier contact vis à vis de l’organisation. Il va aussi le protéger (mode garde du corps incognito) et le guider dans sa nouvelle vie ; il va jouer un rôle de mentor en quelques sortes.

Pour tous ceux qui connaissent le travail de l’auteur sur Trigun, le trait de NIGHTOW s’est un peu affiné et est moins brouillon dans le feu de l’action mais le style reste clairement reconnaissable : un encrage qui met en valeur les armes, une utilisation intelligente des trames et des explosions particulièrement visuelles.
Les décors sont détaillés mais l’auteur peut les laisser de côté quand il y a besoin de changer l’ambiance de certaines scènes. Par exemple, il le fait dans le but de focaliser l’acteur sur l’action lors de l’arrivée de Leonardo aux quartiers généraux de Libra et que Zapp se jette sur Klaus (sorte de rituel).

Au niveau de l’édition, Kazé Manga fait un boulot plutôt bon. Le papier peut paraître un peu fin (et donc souple) au premier abord mais on se rend vite compte qu’il convient bien au style de dessin de NIGHTOW qui n’utilise pas plus que ça de gros amas de noir. La traduction est efficace avec une variation intéressante entre les paroles directes de Leonardo et les bulles où il sert de narrateur.

On regrette cependant que l’éditeur ne se soit pas un peu plus décarcassé pour la présentation des attaques. Si vous avez vu l’anime et quelques planches de la version japonaise, vous n’êtes pas sans savoir que les coups spéciaux sont visuellement dantesques avec des kanji énormes qui viennent accentuer la violence de l’attaque en question.

Blood Blockade Battlefront est une série qui fait plaisir à de nombreux niveaux mais en particulier parce qu’elle nous permet de retrouver NIGHTOW. L’auteur de Trigun n’a rien perdu de son talent pour créer des personnages complètement excentriques et incroyablement vivants. Avec un départ qui ne laisse aucun doute sur la volonté de l’auteur d’axer son récit sur une action non-stop, on ne peut que s’attendre à un bon défouloir pour la suite !

Yasuhuro NIGHTOW revient en France grâce à Kazé Manga. Après un premier passage chez Tonkam avec Trigun, l’auteur nous propose, une fois de plus, un univers bien barré dans Kekkai Sensen, renommé Blood Blockade Battlefront pour l’international (on l'abrègera BBB). Certains d'entre vous le connaissent peut-être déjà grâce à sa version animée (réalisée par le studio BONES) chez ADN. Au début, Leonardo, on le prend un peu pour le gars complètement paumé qui débarque dans un monde qui n’est pas du tout le sien. Par un concours de coïncidences, il se retrouve projeté dans un monde qui le dépasse et…

Chérie... ça va coup- euh blaster !

Graphisme - 79%
Histoire - 68%
Mise en scène - 82%
Originalité - 60%
Edition - 70%
Dans son genre - 74%

72%

Piuuj !

Blood Blockade Battlefront (ou les 3B, appelez-le comme vous voulez) constitue un bon retour de NIGHTOW sur le devant de la scène même si le tout est encore un peu brouillon pour l'instant. En tout cas, l'auteur n'a pas l'air d'avoir envie de se prendre la tête

Source : ANN




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner