Publicité

Publicité

BLEACH 67

Bleach – Tome 67

Bleach – Tome 67 Éditeur : Glénat
Titre original : Bleach
Dessin : Tite KUBO
Scénario : Tite KUBO
Traduction : Anne-Sophie THÉVENON
Prix : 6.9 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 02/03/2016

Le palais royal tremble sous la violence de la bataille entre les Quincy et la Division Zéro. Leurs chefs respectifs se retrouvent face à face, et le combat s’intensifie encore… Le leader de la Division Zéro, Ichibei Hyôsube, passe calmement à l’action. Son sabre recouvre tout d’un noir profond…

Chronique de tomes précédents : Tome 64, Tome 65, Tome 66

ATTENTION : Cette chronique contient des révélations sur l’intrigue. Vous êtes prévenus !

Depuis que les Quincy sont entrés dans la dimension où se trouve le palais royal, c’est un peu le quart d’heure de gloire de la division zéro. Il faut dire que, depuis que leur existence a été annoncée, il s’est passé plusieurs dizaines de tomes. Pour KUBO, le grand spectacle devait donc être au rendez-vous !

La couverture ne ment pas, la grande star de ce volume n’est autre qu’Ichibei Hyôsube. Celui qui se présente comme le leader de ce groupe de shinigami censés être la crème de la crème de Soul Society va pourtant avoir bien du mal à s’imposer face à un Yhwach d’une puissance démesurée.

Le zanpakuto du shinigami est pourtant d’une efficacité et d’une force folle. En portant un coup, il peut voler le nom de ce qu’il aurait « blessé » ou « endommagé » s’il avait eu un sabre traditionnel. Sans nom, les choses sont impuissantes et c’est ainsi qu’il cherche à sceller le pouvoir du chef des Quincy.

Évidemment, KUBO ne pouvait pas laisser les choses se passer ainsi et va sortir un de ces plot twists dont il a le secret. La dernière fois, Yhwach n’était pas lui même mais une simple imitation (souvenez-vous du combat contre Yamamoto dans le tome 58). Cette fois-ci, il nous sort qu’il n’avait tout simplement pas encore ouvert les yeux !

Yhwach devient donc le Shaka (chevalier d’or de la vierge dans Saint Seiya) de Bleach et va montrer une supériorité incontestable dans un combat qui n’aura jamais été à l’avantage du shinigami. On pourrait presque voir l’ennemi comme un flemmard qui aurait décidé de ne pas faire grand chose tant qu’il n’en aurait pas franchement envie…

L’effet de puissance est tel que le mangaka ne prend même pas la peine de terminer les combats des autres membres de la division zéro qu’il expédie en quelques cases et même si le lecteur est un peu déçu de voir cette élite massacrée aussi rapidement, force est de constater que la force écrasante des Quincy se fait plus évident que jamais…

Le tome 67 de Bleach introduit un personnage d’exception, Ichibei Hyôsube mais l’auteur ne prend pas vraiment le temps de le développer ; son objectif semble être ailleurs et ses yeux déjà tournés vers la suite et fin de celui considéré comme le Soul King. Ceux qui suivent la série depuis ses débuts connaissent la façon de faire de l’auteur et ne seront pas surpris pour autant !

"I've been through Soul Society on a shinigami with no name."

Graphisme - 90%
Histoire - 24%
Mise en scène - 62%
Originalité - 22%
Edition - 75%
Dans son genre - 66%

57%

Ble-

Même après 67 volumes, Tite KUBO continue à faire plaisir aux yeux de ses lecteurs avec des planches d'une beauté et d'une pureté rarement égalées. On regrettera jusque le manque d'inventivité au niveau du scénario et une histoire qui reste trop limitée dans son développement.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner