Publicité

Publicité

601 BLEACH T65[MAN].indd

Bleach – Tome 65

Bleach – Tome 65 Éditeur : Glénat
Titre original : Bleach
Dessin : Tite KUBO
Scénario : Tite KUBO
Traduction : Anne-Sophie THEVENON
Prix : 6.9 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 14/10/2015

La mort rôde autour de Kenpachi, gravement blessé après son violent combat contre Gremmy, sous la forme d’un groupe de guerrières Quincy ! Kenpachi étant un élément décisif dans l’issue de la bataille, de nombreux shinigamis se portent à son secours. C’est alors que ses compagnons perçoivent une pression spirituelle venant… des cieux ?!

On ne sait jamais trop à quoi s’attendre lorsque KUBO lance un combat qui fera intervenir Mayuri. La bonne nouvelle, c’est que ça ne sera pas la course à la puissance. La (?) quincy qui peut transformer ses ennemis en zombies est donc tombé sur un adversaire à la hauteur de sa perversion.

Loin de surfer sur une mode, l’auteur nous présente une version plus que simpliste des fameux revenants. Ils ne sont que de simples pantins manipulés par un maître qui peut faire ce qu’il veut d’eux. Connaissant son traitement des personnages, KUBO n’aurait pas réussi à en gérer autant de la même façon d’un coup.

Plus que des personnages à part entière, les personnages zombifiés deviennent des faire-valoir sans intérêt et ce, malgré le statut de certains. Grâce à ça, il peut mettre l’accent sur l’ennemi mais aussi sur Mayuri, personnage qui revient, une fois n’est pas coutume, complètement changé. Ses pouvoirs ont évolué mais son apparence physique aussi, pour le meilleur et pour le pire, surtout pour le pire en fait.

L’arrivée de ce capitaine excentrique met d’ailleurs en valeur le don pour la mise en scène que possède l’auteur. Que l’histoire soit banale, c’est un fait. Cependant, KUBO parvient à mettre en scène et à garder son lectorat intéressé grâce à des planches toujours aussi belles. Le jeu des « entrées-sorties » des personnages, il sait y faire et n’hésite pas à jongler pour faire apparaître et disparaître qui il veut.

On notera d’ailleurs le retour d’un capitaine bien aimé de tous à la fin du volume. Malheureusement pour nos héros, il se trouvera dans une position délicate dont l’issue sera déterminante pour le reste de la guerre contre les quincy.

On ne sait jamais trop à quoi s’attendre lorsque KUBO lance un combat qui fera intervenir Mayuri. La bonne nouvelle, c’est que ça ne sera pas la course à la puissance. La (?) quincy qui peut transformer ses ennemis en zombies est donc tombé sur un adversaire à la hauteur de sa perversion. Loin de surfer sur une mode, l’auteur nous présente une version plus que simpliste des fameux revenants. Ils ne sont que de simples pantins manipulés par un maître qui peut faire ce qu’il veut d’eux. Connaissant son traitement des personnages, KUBO n’aurait pas réussi à en gérer…

Shinigami Nation

Graphisme - 90%
Histoire - 18%
Mise en scène - 82%
Originalité - 10%
Edition - 75%
Dans son genre - 52%

55%

Z Weed

Je le dis presque à chaque tome mais c’est encore plus vrai dans ce soixante-cinquième tome : Bleach n’est pas un manga qui se lit pour son scénario. Avec un combat particulièrement difficile qui s’annonce, KUBO prend le soin de mettre en avant tous ses personnages au moins une dernière fois, et ça… ça fait plaisir ! 

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner