Japan Expo Sud


Publicité

Black Torch – Tome 1

Black Torch – Tome 1 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Black Torch
Dessin : Tsuyoshi TAKAKI
Scénario : Tsuyoshi TAKAKI
Traduction : Sébastien LUDMANN
Prix : 6.9 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 08/02/2018

Jiro n’aspire qu’à vivre tranquille, et pourtant c’est un véritable aimant à problèmes : non seulement il appartient à une lignée de ninjas, mais il a en plus la capacité de communiquer avec les animaux ! Alors quand il trouve un mystérieux chat noir mal en point, il n’hésite pas une seconde à lui venir en aide. En fait de félin, il a recueilli Rago, un Mononoke surpuissant !

Ces créatures surnaturelles, capables de dévorer les humains, vivent d’ordinaire cachées… Mais Rago est en fuite, poursuivi aussi bien par des exorcistes que par ses propres pairs ! Un démon ne tarde pas à retrouver sa trace, et un combat épique s’engage. Jiro, imbattable contre de simples humains, ne fait pas le poids face à un monstre… Pour sauver son bienfaiteur de la mort, Rago n’a d’autre option que de recourir à une technique de possession. Un humain et un Mononoke alliés dans un même corps, on n’avait jamais vu ça ! Exorcistes ou esprits, quel camp choisiront-ils ?

Ki-oon pioche un peu partout pour trouver des titres qui savent toujours surprendre le lecteur d’une manière ou d’une autre. Cette fois, c’est dans le catalogue souvent bien fourni du Jump Square qu’ils sont allés fouiller pour dénicher Black Torch de Tsuyoshi TAKAKI. Place à un titre qui vient mêler ninjas et démons dans une histoire aux airs de Blue Exorcist.

Le mangaka va donner le ton dès le début de l’histoire en présentant un héros de shônen assez classique. Il est né dans une famille qui maîtrise des techniques particulières, il ne semble pas avoir de parents et surtout, il possède un altruisme à toute épreuve et l’une de ses motivations (si ce n’est son unique motivation) pour devenir plus fort est d’aider toute créature vivante qui en aurait besoin.

C’est d’ailleurs à cause de ça qu’il se retrouve impliqué avec les mononoke, des étranges créatures comparées à des démons puisqu’ils se nourrissent en mangeant des humains. Ces derniers vivent cachés mais quelque chose les pousse à se dévoiler un peu plus. Chose assez nouvelle pour ces démons, ils sont organisés et cherchent à rassembler des compagnons puissants dans un but que l’on ignore encore.

C’est ainsi qu’ils en viennent à libérer Rago qui est considéré comme l’un des plus puissants parmi ces monstres. Cependant, ce dernier n’a nullement envie de faire équipe avec ses semblables et ces derniers décident de l’éliminer. C’est un peu la philosophie du « tu es avec moi ou tu es contre moi » chez les mononoke. Manque de chance pour Jiro puisque le jeune homme va être impliqué dans une situation qu’il ne pourra pas gérer… du moins pas tout seul.

L’auteur met en place son duo de protagonistes en contrastant énormément leurs caractères. Jiro et son altruisme à toute épreuve vont finir par toucher l’indifférent Rago et même le chat est blasé comme c’est pas permis et ne croit plus en rien, il va se laisser attendrir par cet humain qui, même s’il ne connaît rien de lui et malgré leur différence de race, n’hésitera pas à donner sa vie pour tenter de le protéger.

Cette amitié naissante sera renforcée pendant tout le volume en donnant la part belle aux dialogues entre les deux personnages. Leur lien se forgera avec les épreuves et la force que pourra puiser Jiro dans son hôte mononoke ne fera qu’augmenter.

Pour l’instant, les autres personnages n’ont pas encore eu énormément de temps pour se montrer même si en fin de volume, on commence à entrevoir celle qui devrait être l’héroïne de la série. Pas grand chose à ajouter pour l’instant si ce n’est que l’auteur a encore énormément de choses à développer et ce, malgré les bonnes bases posées par les trois premiers chapitres.

Si l’histoire n’en est encore qu’à ses débuts, le style graphique est clairement établi et impossible de ne pas se rendre à l’évidence : c’est magnifique. L’auteur possède un trait reconnaissable immédiatement mais autant le dire tout de suite, il ne montre toute sa puissance que dans les scènes de combats.
Qu’est-ce que c’est beau ! Lorsque Jiro balance ses gros coups de poing en mode « Bayonetta » avec toutes les émanations démoniaques, le lecteur en prend plein les mirettes et ne peut que continuer à tourner les pages frénétiquement pour arriver à la prochaine itération de ces techniques qui font appel à la puissance du mononoke.

Bien sûr, le découpage est en adéquation avec le rythme de la série et autant vous dire que ça ne s’arrête jamais… sauf lorsqu’une attaque spéciale est balancée en gros plan sur double-page qui marque un stop violent comme pour donner au lecteur les mêmes sensations que l’ennemi qui se prend clairement un mur en pleine figure et se voit stoppé dans la course.
C’est fait de manière tellement intelligente que ça semble si naturel sur le coup que l’on se prend au jeu en s’attardant un peu sur les superbes dessins mis sous nos yeux, histoire de bien profiter de tous les détails disponibles sur les planches. Il y a une petite étincelle de génie dans la mise en scène proposée par TAKAKI et il ne serait pas étonnant de voir des choses encore plus folles de la part de l’auteur dans les volumes à venir.

Ki-oon profite de la sortie de ce titre pour ajouter un titre de poids à sa collection shônen. On retrouve donc le petit format que l’on avait pu apprécier sur Your Lie in April ou encore A Certain Magical Index. Il fonctionne toujours aussi bien et le format rigide de l’éditeur reste une référence en matière de plaisir de lecture.
Pour la traduction, LUDMANN est un vétéran et il n’y a pas grand chose à dire sur ses choix. Il maîtrise ses textes du début à la fin et c’est un vrai plaisir de ne pas avoir à s’arrêter sur une construction douteuse ou à cause d’un vocabulaire problématique. Dans un shônen, il faut une fluidité et une simplicité exemplaire dans le langage utilisé et ça, le traducteur l’a bien compris !

Quand le chat n'est pas là, les mononoke dansent !

Graphisme - 88%
Histoire - 66%
Mise en scène - 85%
Originalité - 70%
Édition - 75%
Dans son genre - 80%

77%

Flamme (?!) en avant !

Black Torch est un titre d'un dynamisme fou. Tout va tellement vite qu'on ne voit vraiment pas ce premier tome passer. Les scènes s'enchaînent à toute allure et tout ce que le lecteur peut faire, c'est admirer le trait exceptionnel de TAKAKI qui nous sort des double-pages complètement dingues. En bref, ce titre est clairement le shônen à commencer en ce début d'année 2018 !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire