Publicité


Publicité

Black Clover T01

Black Clover – Tome 1

Black Clover – Tome 1 Éditeur : Kazé Manga
Titre original : Black Clover
Dessin : Yûki TABATA
Scénario : Yûki TABATA
Traduction : Sylvain CHOLLET
Prix : 6.79 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 07/09/2016

Dans un monde régi par la magie, Yuno et Asta ont grandi ensemble avec un seul but en tête : devenir le prochain Empereur-Mage du royaume de Clover. Mais si le premier est naturellement doué, le deuxième, quant à lui, ne sait pas manipuler la magie. C’est ainsi que lors de la cérémonie d’attribution de leur grimoire, Yuno reçoit le légendaire grimoire au trèfle à quatre feuilles tandis qu’Asta, lui, repart bredouille. Or plus tard, un ancien et mystérieux ouvrage noir décoré d’un trèfle à cinq feuilles surgit devant lui ! Un grimoire d’anti-magie…

Le nouveau shônen manga du Weekly Shônen Jump arrive chez Kazé avec la parution des deux premiers tomes de Black Clover de Yûki TABATA, titre sur lequel l’éditeur semble beaucoup misé avec une parution anticipée du premier tome à Japan Expo mais aussi sur les plate-formes de lecture numérique.

Black Clover
BLACK CLOVER © 2015 by Yuki Tabata / SHUEISHA Inc.

Le titre nous transporte dans un univers d’heroic fantasy dans lequel les habitants sont (quasiment) tous dotés de pouvoirs magiques, et se voient choisis par un grimoire qui les suivra toute leur vie, le jour où ils fêtent leurs 15 ans.
L’auteur nous emmène à la suite d’Asta, orphelin apparemment sans magie mais à la volonté hors norme.
Son but ultime : devenir l’Empereur-Mage, le patron du royaume, et restaurer plus de justice sociale entre les différentes classes du monde. Il va trouver face à lui son ami d’enfance aux talents magiques exceptionnels qui nourrit le même rêve, mais aussi des magiciens mal intentionnés.

D’aucuns reprochent à Black Clover de trop fortement s’inspirer du Naruto de KISHIMOTO, ce qui s’avère plutôt vrai sur bien des aspects. Le héros est un ninja aux cheveux orange en puissance (à tel point que ça en est gênant pour l’auteur) avec son absence de grand talent mais un pouvoir extérieur qui va le rendre incontournable, son statut d’orphelin grande gueule dont le rêve est de devenir Empereur et son rival over-talentueux, moins antipathique, toutefois, que Sasuke.

Pour le reste, l’univers de fantasy de TABATA n’est pas très développé dans le tome 1, laissant la part belle aux nombreux personnages dont ceux de la guilde que le héros va intégrer alors qu’il est, rappelons-le, dénué de tout pouvoir magique.
Les membres de la guilde sont, eux aussi, de bons gros archétypes des seconds rôles des shônen de fantasy : le chef bourru au grand cœur, le déjanté qui adore la baston, l’alcoolique toujours en sous-vêtements, ou bien encore la petite noble pète-sec que la vie à la dure va changer. Bref, on est quand même en terrain (archi) connu. L’auteur ne prend absolument aucun risque, se contentant de suivre le chemin balisé qu’on lui a tracé.
On a, de plus, l’ami d’enfance talentueux qui devient le rival dans la quête suprême, et les méchants pas beaux qui veulent faire régner le chaos dans le royaume. Bref, tout cela sent quand même vraiment le réchauffé.

De même, s’il n’est pas repoussant, le trait de Yûki TABATA reste particulièrement quelconque, à l’instar de sa mise en scène qui manque un peu de pêche lors des combats, et se révèle classique le reste du temps.

S’il ne recèle aucune originalité, à un point presque troublant, Black Clover reste un manga agréable à lire dont les ressorts sont tous cousus de fil blanc mais si on se laisse prendre au jeu, le titre fonctionne.
Pas catastrophique mais pas réellement bon non plus, Black Clover est un shônen qui débute de façon très (trop ?) classique en s’inspirant beaucoup de ses glorieux aînés sans apporter de touche qui lui soit propre. On se demande d’ailleurs quelle ambition ce manga peut nourrir avec si peu d’identité.

Black Clover
BLACK CLOVER © 2015 by Yuki Tabata / SHUEISHA Inc.

Trèfle noir

Graphisme - 61%
Histoire - 39%
Mise en scène - 53%
Originalité - 40%
Edition - 75%
Dans son genre - 63%

55%

Moyen-nasse

S'il ne recèle aucune originalité, à un point presque troublant, Black Clover reste un manga agréable à lire dont les ressorts sont tous cousus de fil blanc mais si on se laisse prendre au jeu, le titre fonctionne. Pas catastrophique mais pas réellement bon non plus, Black Clover est un shônen qui débute de façon très (trop ?) classique en s'inspirant beaucoup de ses glorieux aînés sans apporter de touche qui lui soit propre. On se demande d'ailleurs quelle ambition ce manga peut nourrir avec si peu d'identité.




A propos de Kubo

Kubo

Enfant de la « génération Club Dorothée », c’est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans et fan invétéré de Dragon Ball. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l’un des créateurs de Manga Mag.

4 commentaires

  1. Comme dit dans ce test, Black Clover est bien trop classique. Il arrive sur certains points à se démarquer de ses pairs et arrive par la suite à surprendre là où l’on penserait savoir ce qu’il va se passer. Mais cela reste sur certains points seulement. Globalement, pas de quoi s’extasier, on n’a clairement pas ici la relève de Naruto/Bleach, vaut mieux se tourner vers My Hero Academia, bien mieux écrit/dessiné/structuré et plus intéressant. Pour en revenir à Black Clover, je trouve le tout un peu trop brouillon, notamment durant les combats et puis on s’emmèle un peu les pinceaux avec certains persos…
    Bref, c’est pas un manga que je recommande, cependant c’est pas une bouse non plus. D’ailleurs, je pense qu’en anime, il serait pas mal à regarder…

    • D’accord avec toi, même sur la comparaison avec MHA j’émettrai une réserve, je trouve ce titre déjà très surcoté ( attention je le trouve bon aussi mais il est loin d’être aussi bon et original qu’on le voit écrit partout) , je vois pas en quoi il est beaucoup mieux écrit ou structuré alors qu’on exactement le même genre de narration au lance pierre, avec de l’action, de l’action, de l’action, un monde au possibilités infinies peu exploité ( on reste la plupart du temps à l’académie) et très peu de développement de persos malgré la grande galerie introduite très vite, et il reprend lui aussi (peut être plus habilement par moment) la plupart des grosses ficelles du genre, examen d’entrée ( naruto, HxH, saint seiya) , tournoi( naruto, HxH, YuYu, etc), le rival talentueux ( et vraiment casse c*uille pour le coup), etc. Et surtout à ce jour, au tome 5 chez nous, on a eu aucun arc vraiment marquant 🙁

      Après sur le dessin c’est subjectif, mais je préfère aussi celui d’Horikoshi, qui a ce côté plus moderne, plus fou et inventif, mais c’est pareil il a une armée d’assistants depuis le début, je suis pas sûr que ce soit le cas pour TABATA.

      bref Black Clover est pas si mal pour peu qu’on lui laisse vraiment sa chance, et il s’affranchit assez vite des titres ( Seven deadly sins, Naruto, Fairy tail en particulier) dont il s’inspire.

  2. Ce qui est étonnant avec My Hero Academia c’est qu’en utilisant les codes classiques de cette façon on se dit « nan mais c’est bien, mais bon c’est classique » et en même temps  » non ne craque pas, arrête de kiffer ! »  » Eh merde j’ai kiffé quand même » ^^. Il y a cet esèce de plasir coupable qui est là tapie ( comme bernard) dans l’ombre.

    Alors que Black Clover dès le premier chapitre pour ma part c’est le malaise total un truc du genre : « ah ouais quand même… » et  » hmmm il a pas honte l’auteur ? ». je ne saurais l’expliquer mais c’est l’effet que ça m’a fait. Cette sensation que l’auteur ne savais pas quoi faire comme manga qui se dégage du titre alors que c’est vrai qu’au fond les similitudes sur les codes utilisés sont légions.

  3. pour ma part j adore Black clover, il y a qq nuances a faire avec ce manga et des interpretations différentes d’un Naruto a avoir
    On a peut etre trop vus Naruto , au vus des commentaires, et certains sont peut etre blasé
    Apres les codes des shonen sont ce qu’ils sont des codes de shonen
    sa ne serais peut etre pas un shonen sinon
    d’ailleurs Naruto s inspire de luffy qui s inspire de Son Goku , mais il y a sans doute eu moins de critique dessus
    les Orphelin grande gueule sans talent apparent mais avec un pouvoir légendaire qui ont un rival et qui sont en fait le fils de sont en effet un code de shonen quasi obligatoire
    Naruto s inspirant fortement d’autre manga aussi, qui s ‘en inspirent d’autre
    Je trouve le Monde de Black Clover tres intéressant , les mondes occidental médiévaux n’étant pas tres courant dans les manga ou on voit plutot des mondes inspirés du Japon ou de la fantasy , Seven Deadly sins par exemple bien que se passant en Angleterre ne ressemble pas vraiment a l’ Angleterre et au moyen age, c’est plus de la fantasy
    , de meme que la magie avec les grimoires et un pouvoir spécifique impossible a changer ou alors en bricolant
    Quand au Héros Asta, son pouvoir est a interprétation car il a le grimoire a 5 feuilles (mieux que 4 feuilles selon les chiffres qui est pourtant légendaire) il est pourtant considéré comme nul , les gens ne comprenant pas son pouvoir
    il a un Grimoire bannis et caché , que possédais le mentor des terroristes et qui étais très respecté
    grosse différence la encore le précédant possesseur était respecté le suivant non, vraiment surprenant
    De plus le précédent pocesseur doit etre Néro réincarné en oiseau avec des cornes et 2 queue de démon, il veille sur Asta
    son Absence de pouvoir magique est logique aussi vus qu’il possède l’anti magie
    son pouvoir annulant sans doute sa propre magie
    un être sans magie n’existant pas dans ce monde

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]