Publicité


BB. HELL – Tome 1

BB. HELL – Tome 1 Éditeur : Pika Édition
Titre original : BB. HELL
Dessin : Rei WATARU
Scénario : Rei WATARU
Traduction : Anne-Sophie THÈVENON
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 25/05/2016

Himeji Utagawa est lycéenne. Elle patrouille dans un complexe immobilier en ruines, qui doit à une série de morts aussi violentes que mystérieuses, le surnom d’“Enfer”, et dans lequel toutes sortes de délinquants viennent traîner. Ayant tenté de sauver une de leurs victimes, elle se retrouve à leur merci quand un tuyau géant tombe du ciel. Il en sort un homme étrange, qui se présente comme Yumeji et prétend être revenu de l’Enfer, le vrai ! En effet, suite à un problème de surpopulation, les geôliers ont eu une idée pour désengorger la Prison Infernale : renvoyer les damnés sur terre, où, s’ils se rachètent de leurs crimes, grâce à leur karma devenu pouvoir surnaturel, ils pourront revenir à la vie pour de bon. Pour Himeji commence un quotidien d’enfer !

Au détour d’une ou deux lectures de tomes 19 ou 88, il n’est pas rare d’avoir envie de souffler un peu avec le début d’une série un peu plus courte. C’est ce que Pika vous propose de faire avec BB. HELL, un petit shônen en 3 tomes dessiné par Rei WATARU.

La mise en place, bien qu’in medias res, est tellement classique qu’elle en serait presque fastidieuse. On n’attend pas trop l’arrivée du héros (ce personnage masculin que l’on a vu sur la jaquette) qui arrive quelques pages après l’apparition de l’héroïne, la personne « normale » chargée de le guider (ou de lui servir de faire-valoir, c’est selon).

Les deux personnages fonctionnent plutôt bien ensemble. Leurs caractères contrastés permettent à l’auteure de varier assez facilement les scènes et d’amener un comique de situation pas désagréable même si il n’y a rien de fou. Travailler ensemble, découvrir les capacités l’un de l’autre… Il y a une véritable progression dans l’histoire du lien entre Himeji et Yumeji.

C’est d’ailleurs leur complémentarité qui fait que BB. HELL reste lisible et ne tombe pas dans les tréfonds de la nullité et même dans l’oubli. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’au niveau du scénario, ce n’est pas l’originalité qui prime… Un enfer surpeuplé, des duels entre infernaux… On pense à Hell Hell chez Ki-oon, on pense à Zatch Bell! chez Kana… Bref, on s’attend quand même à voir ce petit truc en plus mais il n’arrive malheureusement jamais…

Le manga possède un autre gros point positif : son rythme. On ne peut pas reprocher à la mangaka de tirer ses scènes au maximum puisqu’elle va à l’essentiel et fait le strict minimum niveau découpage (ça reste sans fioritures et entre 2 et 6 cases par pages). Évidemment, on le ressent dans les combats qui s’enchaînent à une vitesse folle, parfois au détriment de quelques explications qui seraient les bienvenues.

Le dessin de Rei WATARU est honnête. Elle se débrouille bien au niveau des combats qui sont dynamiques à souhait (vous me direz que c’est normal pour un shônen) mais… c’est tout. Pour le reste, on est dans quelque chose de très (trop ?) simple. Que ce soit au niveau de la gestion des trames ou du chara-design, la mangaka ne brille pas. Attention, elle ne fait pas un mauvais travail mais disons qu’il n’y a rien qui viendra démarquer ses pages d’un autre auteur lambda.

Pika fait son travail d’édition un peu moins que d’habitude. Sur notre exemplaire, on a constaté un papier crème plus transparent que d’habitude sur leur format shônen mais surtout quelques « bavures » de l’imprimante dans le dernier chapitre (même si le problème est probablement ponctuel plus que généralisé). La traduction passe bien, Anne-Sophie THÈVENON connait son boulot même si on aurait aimé des tournures un peu plus légères sur certaines passages un peu « détendus ».

Prison break infernal ?

Graphisme - 61%
Histoire - 46%
Mise en scène - 57%
Originalité - 41%
Edition - 62%
Dans son genre - 42%

52%

Feu

BB. HELL fait partie de ces titres "flemmards" que sortent parfois les éditeurs. C'est du shônen, le dessin se tient et il y a une petite jupe courte. Il n'en faut pas plus pour vendre un peu et renflouer les caisses. Malheureusement, le titre de Rei WATARU reste plus que moyen, la faute à un manque d'enjeux évident et à un scénario trop bateau.




A propos de Ours256

Ours256

J’aime bien regarder des trucs chelous… et les langues aussi.

3 commentaires

  1. « titres flemmards »?
    ce genre de titres qu’ils se font refourguer un peu contre leur gré par les éditeurs japonais pour rentrer dans leurs bonnes faveurs ou pour leur rendre service ?

    ou alors jusque parce que c’est une série courte shonen et que t’as toujours un public prêt à acheter une petite nouveauté et qu’ils le savent, du coup c’est que du bonus pour eux si le marche pas trop mal ?

    • Ours256

      Hihi :p

      Ta première catégorie, je la considère pas comme un « titre flemmard » mais comme un titre « imposé ». Par contre, ta deuxième, tu as tout à fait raison. C’est un shônen, la couv est pas déglue donc les gens tenteront et comme c’est court, le finiront peut-être. Que du bonus au final si ça marche et une prise de risque très limitée 🙂

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]