Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Back Street Girls – Tome 1

Publicité

Back Street Girls – Tome 1

Back Street Girls – Tome 1 Éditeur : Soleil Manga
Titre original : Washira Idol Hajimemashita
Dessin : Jasmine GYUH
Scénario : Jasmine GYUH
Traduction : Patrick ALFONSI
Prix : 7.99 €
Nombre de pages : 160
Date de parution : 23/05/2017

Pour les punir d’une faute, un chef yakuza décide de forcer trois de ses hommes à devenir un groupe d’idols. Kentarô, Ryô et Kazu vont alors devenir Chika, Maru et Airi, les Gokudolls ! Et même s’ils ressemblent dorénavant à des jeunes filles en fleurs, leurs âmes seront toujours celles de yakuzas, les hommes parmi les hommes, voués au gokudô ! Ou peut-être pas !?!… Faites du bruit pour les Gokudolls, le plus viril des groupes d’idols !

Soleil Manga est un éditeur qui sait créer la surprise et proposer des titres que l’on attendait pas forcément. Avec l’excellent Gambling School sorti il y a quelques semaines, un autre titre sorti quelques semaines plus tôt a su attirer notre attention : Back Street Girls de Jasmine GYUH. Même s’il ne semble pas casser trois pattes à un canard, le titre bénéficie d’un excellent humour et de personnages hauts en couleurs.

Back Street Girls, c’est un manga qui réussit à réunir deux mondes dont les concepts sont diamétralement opposés, celui des yakuzas et celui des idols. Le lien fait par la mangaka est logique, là où il y a de l’argent à faire, il est normal de trouver la mafia et un réseau underground qui se développe.

Cependant, la vraie réussite de GYUH, c’est l’alliance entre la masculinité associée au yakuza et la candeur et l’ingénuité de l’idol. Les trois protagonistes sont tiraillés en permanence entre le sentiment qu’on a inséré de force dans leur cerveau et leur véritable personnalité qui n’a pas dit son dernier mot et ce, malgré « l’entraînement » qu’ils ont subi.

On retrouve donc bon nombre de situations cocasses et c’est avec un oeil curieux que l’on suit les aventures de ces trois camarades d’infortunes qui ont été lancés dans une situation complexe un peu malgré eux.
Ce clash de deux cultures typiquement japonaise est intéressant dans la mesure où il renseignera le lecteur sur les codes des deux univers. Plus étonnant, dans certaines situations, on se dira presque que les deux univers peuvent se rejoindre. L’abnégation des idoles face aux désirs de leurs fans est très similaire à cette volonté de servir leur clan qu’on retrouve chez les yakuzas.

On notera l’absence d’une véritable intrigue de fond pour l’instant même si ce n’est que le premier tome et qu’il y en a sept qui sont sortis au Japon (la série est toujours en cours). On peut donc facilement imaginer que quelque chose va se mettre en place, peut-être une possibilité pour eux de récupérer leur corps même si ça ne semble pas vraiment être à l’ordre du jour avec ce premier tome.

Le titre est plutôt bien dessiné. Ce n’est pas « spectaculaire » ni complètement dingue mais le principal est fait. Les planches s’enchaînent et sont bien construites, assez pour que les séquences comiques fonctionnent et que le récit reste fluide (grâce à un bon dosage texte / dessin qui devrait contenter la plupart des lecteurs).
Pour un titre humoristique, les arrière-plans restent assez présents et variés. Avec leur travail, les idols bougent pas mal et passent donc d’un endroit à l’autre assez naturellement. Supermarché, scène de concert, bureau du boss… Il y a de quoi faire.

On aurait pu imaginer que l’auteure insère un maximum d’ecchi et de blague sous la ceinture mais il n’y en a pas tant que ça. Quand il y en a, c’est souvent bien placé et ça ne gêne absolument pas la lecture. L’humour est d’ailleurs le gros point positif du tome. Jasmine GYUH régale, que ce soit en comique de situation ou en comique de répétition ou même quelques jeux de mots bien sentis (bien aidés par la très bonne traduction), il y a de tout.

En ce qui concerne l’édition, c’est encore du joli boulot de Soleil. On note quelques coquilles mais rien de bien méchant, surtout quand on voit l’effort fait sur la traduction. Il y a beaucoup de termes spécifiques utilisés pour des jeux de mots et le tout a du être une horreur à l’adaptation mais force est de constater que le travail effectué est remarquable. Avec le petit vernis sélectif qui va bien sur la jaquette, on peut dire que l’éditeur s’en sort plutôt bien.

Top of the pop

Graphisme - 68%
Histoire - 60%
Mise en scène - 75%
Originalité - 71%
Edition - 67%
Dans son genre - 77%

70%

Idoles

Back Street Girls est un titre particulièrement fun. C'est (très légèrement) graveleux, stupide mais c'est tout ce qu'on attend d'un titre comme celui-ci. Jasmine GYUH se sert d'une base scénaristique originale pour nous proposer une comédie efficace sans pour autant la faire sortir des codes du genre !




A propos de Ours256

Ours256

J’aime bien regarder des trucs chelous… et les langues aussi.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]