Publicité


Dossier Boichi

Atlantid – Tomes 1~3

Atlantid – Tomes 1~3 Éditeur : Kana
Titre original : Atlantid
Dessin : Hidenori YAMAJI
Scénario : Hidenori YAMAJI
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 6.85 €
Nombre de pages : 176
Date de parution : 19/02/2016

Dans le Londres de la révolution industrielle, Sully, un jeune voyou des bas quartiers, chaparde un mystérieux anneau duquel jaillit brusquement une gigantesque machine à la technologie révolutionnaire… Il va vite se rendre compte que cet anneau est très convoité. Notamment par d’effrayants personnages semi-humains qui l’attaquent lui et ses amis. Surgissant des méandres de l’Histoire, une civilisation avancée s’arrache à sa torpeur et commence à faire parler d’elle !

Au mois de mars dernier, nous vous présentions la chronique du tome 1 de la série Atlantid, première série de Hidenori YAMAJI, parue en 3 tomes chez Kana entre février et novembre 2016.

L’histoire se déroule dans l’Angleterre victorienne, à Londres, en 1882. Sully est le meneur d’une bande de jeunes sans le sou, contraints de voler pour vivre. Amnésique, il a tout oublié de sa vie avant sa rencontre avec les autres membres de la bande, qui l’ont recueilli après l’avoir retrouvé inerte dans la rue. Ses capacités physiques et intellectuelles s’avèrent nettement supérieures à la normale, et il obtient vite le rôle de protecteur de la bande, en même temps qu’il recherche, dans tous les livres qui lui tombent sous la main, des indices pouvant lui permettre de faire la lumière sur son passé.

Un jour qu’il arpente les quartiers de l’East End en compagnie de Pedro, l’un des autres membres de la bande, ils sont témoins de l’agression d’une jeune fille blessée par deux hommes : ils décident d’intervenir, espérant faire une belle prise au passage. Sully crée une diversion permettant à Pedro de se servir dans les poches des agresseurs, puis ils se débarrassent de ces derniers grâce à la force hors du commun du jeune gztçon et s’enfuient avec leur butin.

Seulement voilà, Almendra (c’est le nom de la jeune fille), quoique sauvée, n’a pas été épargnée par les mains expertes de Sully : elle se rend compte du vol d’un précieux anneau dont elle a la charge et se lance à la poursuite des deux garçons. Armée, mais à bout de forces, elle les rattrape et leur ordonne de lui rendre l’anneau, avant de perdre connaissance en pleine rue. À son réveil, dans le repère des jeunes voleurs, elle insiste pour que Sully lui rende l’anneau. Ce dernier, intrigué, passe l’anneau autour de son doigt pour la provoquer : ce geste, qui déclenche une sensation étrange chez Sully, annonce aussi le début de ses ennuis.

En effet, on apprend que l’anneau, qui possède un mystérieux pouvoir dont Almendra ignore la nature, est convoité par une dangereuse organisation connue sous le nom de Judge Holder. Celle-ci, impliquée dans la traite d’êtres humains, n’hésite pas à recourir aux moyens les plus sordides pour s’emparer de l’objet, et enverra donc tout une série d’énergumènes, tous plus étranges les uns que les autres, à la poursuite de Sully et de sa bande, désormais accompagnés d’Almendra qui décide de les emmener avec elle pour les placer sous la protection d’une autre organisation chargée, elle, de contrer Judge Holder.

S’il fallait résumer la série en un mot, ce serait probablement « course-poursuite » : à partir du moment ou Sully enfile l’anneau, il ne cessera d’être traqué par des assassins qu’il sera contraint d’affronter les uns après les autres pour protéger ses compagnons et échapper à un funeste destin.
C’est donc la baston, plus que la mythologie, qui est à l’honneur dans ce manga, et la référence au mythe de l’Atlantide se fera surtout à travers le pouvoir de l’anneau et le côté steampunk qu’il implique.

Toutefois, les éléments mythologiques finiront par s’accumuler dans le dernier tome, mais de manière trop précipitée pour justifier d’une véritable cohérence avec le reste du récit. La fin, notamment, a de quoi surprendre : alors qu’on nous a annoncé cette série comme étant terminée en trois tomes, elle se « conclut » de manière bien trop ouverte, en cliffhanger, quand Sully commence enfin à comprendre en quoi consiste exactement le pouvoir de l’anneau, que ses amis menacent de disparaître et que Judge Holder prépare une attaque de grande envergure…
Notons que, sur le site de l’éditeur, la série est indiquée comme « non terminée dans le pays d’origine ». Erreur ou indice ? Seul le temps nous le dira.

Le dessin, quant à lui, est très agréable dans l’ensemble, malgré quelques maladresses au niveau des proportions, notamment chez les personnages. Les décors sont soignés et on sent que l’auteur a pris du plaisir à (essayer de) reproduire l’ambiance de l’époque. Les éléments steampunk et mythologiques, surtout, sont particulièrement travaillés.

Au niveau du scénario, on est sur du shônen classique, avec des phrases telles que « nous formons une bande et nous resterons toujours ensemble », des flashbacks émouvants, des personnages attachants et des sacrifices du plus fort pour protéger les plus faibles ou, inversement, des plus faibles pour assurer la survie du plus fort, le seul à pouvoir (espérer) vaincre l’ennemi.
La mise en scène, simple mais efficace, permet une lecture rapide du début à la fin.

L’édition, enfin, est de la qualité habituelle de chez Kana, avec un papier fin mais de bonne qualité et une traduction fluide, dans un format permettant une bonne prise en main.

"Un anneau pour les gouverner tous"

Graphisme - 65%
Histoire - 65%
Mise en scène - 70%
Originalité - 49%
Edition - 65%
Dans son genre - 60%

62%

The End ?

Atlantid est une série agréable à lire mais dont le caractère mythologique, qui promettait une certaine originalité, aurait pu être mieux exploité. Le scénario est classique et le dessin, bien que maladroit par moments, offre de bons éléments qui démontrent un talent non négligeable chez Hidenori YAMAJI. La fin laisse le lecteur sur une sensation de frustration, car elle intervient juste au moment où l'histoire prenait un nouveau tournant. Aussi faut-il espérer qu'une suite fera son apparition, malgré la mention "terminée" attribuée à la série.




A propos de Neko

J’ai des goûts très éclectiques, avec une préférence pour les trucs de garçons, parce que je suis une fille… Et sinon, j’aime les chats.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]