Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Arsène Lupin – Tome 1

Arsène Lupin - Tome 1

Arsène Lupin – Tome 1

Arsène Lupin – Tome 1 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Aventurier shinsetsu Arsène Lupin
Dessin : Takashi MORITA
Scénario : Maurice LEBLANC
Traduction : Fabien NABHAN
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 256
Date de parution : 10/11/2015

Cette histoire se déroule en pleine Belle Époque, nom correspondant à la période du début du XXe siècle en France. Les populations d’alors se passionnaient pour les très ingénieuses méthodes d’un voleur de génie … Arsène LUPIN.

On ne présente plus Arsène Lupin, une des œuvres française du début du XXe siècle écrite par Maurice LEBLANC dont les aventures ont été racontées dans des romands, bandes-dessinées, pièces de théâtre, films, ou autre et a inspiré grandement d’autres œuvres et notamment en manga/animé avec par exemple Lupin III (petit fils d’Arsène) puis dans Le Château de Cagliostro de Hayao MIYAZAKI ou encore plus récent chez nous, le personnage de Kaito Kid dans le manga de Magic Kaito de Gôshô AOYAMA fortement inspiré du personnage de LEBLANC. Aujourd’hui les droits du personnage de Maurice LEBLANC sont tombés dans le domaine public et tout le monde peut s’en donner à cœur joie !

Le moins que l’on puisse dire donc c’est qu’il fait rêver nos amis japonais. Son allure de gentleman élégant de la Belle Époque, sorte de Robin des Bois à la française a de quoi déchaîner les passions. En effet, LUPIN a pour habitude de voler des œuvres d’art inestimable aux personnes riches, mais là où il s’éloigne du brigand de Sherwood, c’est qu’il ne donne pas aux pauvres. Il est le seul à profiter de ces richesses en ajoutant ces précieuses acquisitions à sa collection personnelle. Radin l’Arsène ?

Cette nouvelle adaptation, sous-titrée « Le diadème de la Princesse de Lamballe », nous raconte une histoire complète d’Arsène LUPIN. Et il semble que ce sera le cas pour les volumes suivants. Chaque volume peut donc être lu indépendamment les uns des autres. Mais dans ce premier volume, on en apprend un peu sur la jeunesse du héro et cela va nous donner des pistes sur ce qui l’a mené à agir comme il le fait. Une enfance pauvre durant laquelle il se retrouvera seul va lui donner soif de revanche. Il va alors s’inventer différentes identités (ou en voler) séduire son entourage ou s’approcher de sa prochaine victime, puis prendre possession d’un bien de valeur et disparaître en usant d’astuces en tous genres.

Pour ce qui est de ce premier volume, l’action se déroule au Château de Charmerace en Bretagne, où le Duc de CHARMERACE, qui a déjà eu à faire avec LUPIN, est sur le point de se faire dérober la pièce maîtresse de sa collection par ce dernier. La tension monte petit à petit entre les murs du château et LUPIN se joue de ses futures victimes. Il a pour habitude d’annoncer ses méfaits, mais de toujours s’en sortir malgré la présence de la police sur place. Cette fois-ci, le Duc va faire appel à une grande figure des forces de l’ordre en la personne de l’inspecteur GANIMARD. Un dur à cuire qui s’est juré de capturer de satané voleur. Ce face à face de ces deux personnages n’est pas sans rappeler l’affrontement HOLMES/Jack l’éventreur.

Les histoires d’Arsène LUPIN reposent beaucoup sur des twists, que ce soit dans le scénario, ou dans les méthodes de célèbre cambrioleur. Il est donc compliqué d’aller plus loin dans la description de l’histoire sans dévoiler des moments clés. Soyez néanmoins prévenus que le manga est assez bavard en plus d’être relativement long. Certains apprécieront, d’autres moins. Peu d’action également à part à la toute fin quand il s’agira d’échapper à la police.

Une fois cela laissé à l’appréciation de chacun, il faut dire que ce premier volume peut-être assez décevant. LUPIN tel qu’on se l’imagine (monocle, cape noire et chapeau haut de forme) n’apparaît que très peu dans l’histoire. L’histoire du diadème n’est pas une histoire de cambriolage ordinaire, le héros devra faire preuve d’intelligence et de manipulation psychologique pour atteindre son but. Point donc d’infiltration, de jeu de cache-cache ou d’intrusion à la tombée de la nuit. Et c’est un peu dommage, une bonne dose de tension est peut-être ce qui manque à cette première aventure.

Le dessin est de qualité, surtout en ce qui concerne les costumes et les décors. On s’y attendait de la part d’un manga prenant place dans une époque telle que celle-ci et l’on n’est pas déçu de ce côté. L’ambiance est là et les planches fourmillent de détails. L’impression est de très bonne qualité comme le reste du catalogue de Kurokawa. On remarquera également le soin apporté à la conception de la jaquette, pelliculage, touche de dorures ainsi qu’un superbe logo qui représente bien l’idée que l’on se fait de l’univers d’Arsène LUPIN.

On ne peut pas dire que LUPIN soit très attachant dans ce premier tome mais ce manga a déjà certaines qualités notables. Une pointe d’humour, des combats psychologiques et des protagonistes hauts en couleurs (Mention spéciale au Duc de CHARMERACE et sa trogne qu’on pourrait croire sortie d’un épisode du Professeur LAYTON).

C'est le plus grand des voleurs

Graphisme - 70%
Histoire - 40%
Mise en scène - 55%
Originalité - 50%
Edition - 79%
Dans son genre - 55%

58%

Aventurier

Arsène Lupin s'inscrit dans la lignée des "manga-patrimoine" issus de la littérature française à l'instar des Misérables également publiés chez Kurokawa. Ce volume sert d'introduction à certains personnages et tease déjà la suite qui promet d'être fantastique avec l'arrivée de Sherlock HOLMES... Pardon de Herlock SHOLMES. Un tome 2 que l'on attend histoire de se faire une idée plus définitive sur cette série.




A propos de Robot-M

Robot-M

Il a tellement été chamboulé lorsqu’il est tombé sur Akira un jour en médiathèque, qu’il a décidé d’y travailler. C’est aujourd’hui un médiathécaire herbivore spécialisé en jeux vidéo et dévoreur de mangas.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]