Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Area D – Tomes 9 à 11 (Arc Owl-Eye)

Publicité

Area D – Tomes 9 à 11 (Arc Owl-Eye)

Area D – Tomes 9 à 11 (Arc Owl-Eye) Éditeur : Pika Édition
Titre original : Inôryôiki
Dessin : Yang KYUNG-IL
Scénario : Kyôichi NANATSUKI
Traduction : Emmanuel BONAVITA
Prix : 21.6 €
Nombre de pages : 600
Date de parution : 02/12/2015

Dans le quartier de résidence du personnel pénitentiaire, Jin et Kakuta continuent leur route à la poursuite de Owl-Eyke et tombent sur une prise d’otages de grande ampleur. Ce dernier a décidé d’emmurer toutes les familles des surveillants afin obtenir quelque chose de la part des autorités carcérales. Jin, habitué aux situations dramatiques, va devoir gérer des choses plus variées que ce qu’on aurait pu imaginer… Owl-eye tente alors de s’enfuir mais tombe sur Rei et un certain Agata Ango…

Chronique du tome précédent d’Area D : Tome 8

Les auteurs auraient pu sous-titrer cette partie d’Area D « Grandeur et décadence d’Owl-Eye ». Le personnage passera par tous les états possibles et imaginables lors de cet arc qui promet de changer clairement les choses et de redistribuer les cartes du monde de KYUNG-IL et NANATSUKI.

Depuis sa première rencontre avec le conseil des surhommes, la vie de Jin et ses amis a été complètement chamboulée puisqu’ils n’ont fait que se battre ! Tout a commencé avec un combat contre les leaders des différents quartiers de l’Area D. Chacun de ces combats était évidemment plus monstrueux que l’autre et Jin a montré à chaque fois une maîtrise étonnante des pouvoirs qu’il a récupéré.

Ce dernier parvient à utiliser les capacités qu’il obtient à leur maximum presque instantanément. Ce n’est pas inhérent à sa faculté de copie mais plutôt à son intelligence naturelle qui lui permet de comprendre assez rapidement comment fonctionne les pouvoirs et donc d’en tirer le meilleur sans trop d’effort.

Chaque combat sera l’occasion de montrer un style différent mais aussi de faire comprendre que le scénariste a quand même de la ressource en ce qui concerne les capacités de ses personnages. Jin va devoir faire face à la force brute, à une maîtrise subtile de l’illusion mais aussi à la sagesse d’un combattant aguerri. Aucune redondance à signaler, au contraire, Area D est un modèle de variété.

Ce qui fait souvent la réussite d’un arc dans une série de ce genre, c’est le charisme du méchant. Les auteurs construisent le personnage d’Owl-Eye plutôt bien… du moins au début. Il est imposant, autoritaire, inquiétant même avec sa tête de hibou un peu macabre. Il n’hésite pas à prendre des risques et semble avoir bien pensé tout son plan.

En fait, si Owl-Eye fait combattre Jin avec les membres les plus puissants de l’Area D, c’est parce qu’il veut affaiblir l’île afin de négocier avec ceux qui la dirigent. Pour cela, il va utiliser Jin pour semer la zizanie pendant qu’il prend en otage les familles des gardiens. C’est le moment choisi par les auteurs pour associer le héros avec un gardien.

Quel intérêt ? Renforcer les liens et créer un pont entre deux types de personnes qui avaient une relation dominant/dominé. Dans Area D, les gardiens n’hésitent pas à utiliser la force pour contrôler les détenus, ils en ont même besoin étant donné la nature de ces derniers. La haine s’est donc installée dans les deux camps et peu cherchaient le dialogue. Coincé avec Jin, le gardien n’avait pas vraiment pas le choix et a finit par tenter de comprendre ce que vivent les prisonniers au quotidien.

Il va surtout se rendre compte que certaines personnes sont enfermées un peu malgré eux dans l’Area D et n’ont peut-être pas tous le profil classique du meurtrier ou même du simple criminel. Certains sont là simplement à cause de leur différence et n’ont pas forcément besoin de cet encadrement pour vivre normalement en société.

Même si cet emprisonnement abusif est lié aux dégâts causés par quelqu’un qui ne contrôlait pas sa force, le gardien commence à avoir du mal à comprendre les conditions de vie exécrables qui sont offertes aux prisonniers. Le doute s’est installé et il pourrait avoir son importance pour la suite de l’histoire.

Sans vraiment spoiler, la fin d’Owl-Eye est loin d’être à la hauteur compte tenu de l’importance que les auteurs lui donnent au fil de l’arc. C’est trop rapide, trop soudain pour que l’on puisse considérer ça comme une fin appropriée. Pourtant, cette séquence va quand même faire quelque chose de bien : introduire Rei et Agata Ango correctement. Futurs adversaires de Jin à n’en pas douter, ils apparaissent comme impitoyables, tout-puissants, monstrueux même.

L’affrontement contre Owl-Eye marque aussi la fin de la première partie d’Area D. Les cartes sont redistribuées et après les révélations finales sur celui qui guidait les surhommes, de nouvelles questions se posent. Qu’est vraiment l’Area D ? Qui l’a mis en place et pourquoi ? C’est à ces questions qui se font de plus en plus insistantes avec l’arrivée de Rei et sa petite discussion avec son frère qui laisse ce dernier pantois.

L’édition de Pika est plutôt bonne pour ce shônen qui est plutôt traité comme un seinen : grand format, couverture avec un superbe creux et effet argenté sur le titre, pages couleurs, papier plus blanc que crème (nécessaire quand on voit la quantité de noir utilisé par le dessinateur).

AreaD-9-manga-Pika AreaD-10-manga-Pika AreaD-11-manga-Pika

Chronique du tome précédent d'Area D : Tome 8 Les auteurs auraient pu sous-titrer cette partie d'Area D "Grandeur et décadence d'Owl-Eye". Le personnage passera par tous les états possibles et imaginables lors de cet arc qui promet de changer clairement les choses et de redistribuer les cartes du monde de KYUNG-IL et NANATSUKI. Depuis sa première rencontre avec le conseil des surhommes, la vie de Jin et ses amis a été complètement chamboulée puisqu'ils n'ont fait que se battre ! Tout a commencé avec un combat contre les leaders des différents quartiers de l'Area D. Chacun de ces combats était évidemment plus monstrueux que…

Montre-moi tes ténèbres, je te dirai qui tu es

Graphisme - 77%
Histoire - 57%
Mise en scène - 59%
Originalité - 52%
Edition - 75%
Dans son genre - 67%

65%

Hibou-cle

Avec cet arc, les auteurs nous montrent que rien n'est jamais sûr dans l'Area D et que tout peut arriver pour ces prisonniers qui ne savent pas vraiment de quoi l'avenir sera fait. Le frère de Jin se pose de plus en plus comme le grand méchant de la série et on imagine qu'il sera encore plus actif dans la deuxième partie.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner