Publicité

Publicité

Area51-4

Area 51 – Tome 4

Area 51 – Tome 4 Éditeur : Casterman
Titre original : Area 51
Dessin : Masato HISA
Scénario : Masato HISA
Traduction : Wladimir LABAERE & Ryoko SEKIGUCHI
Prix : 7.95 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 26/08/2015

Contrainte de faire face aux fantômes de son passé, McCoy réussit un triple exploit : se mettre à dos l’armée américaine, qui veille à ce que l’Area 51 reste coupée du monde; s’attirer les foudres du Conseil des Dix Dieux, instance dirigeante officieuse de la ville; et, cerise sur le gâteau, elle est prise en chasse par la créature qui fait trembler même les divinités les plus puissantes : le serpent originel. McCoy trouvera-t-elle son salut dans le quartier de l’Area 51 réservé aux créatures peuplant les contes de Grimm ? Pas si sûr, car Blanche-Neige est loin d’être la colombe que l’on croyait, et les sept nains ne sont pas en reste…

Le troisième tome d’Area 51 était placé sous le signe du flashback, celui-ci sert plutôt à aller de l’avant. Alors qu’elle se retrouve seule après le départ de Kishirô, McCoy va se laisser berner par les paroles enjôleuses d’un nouvel ennemi particulièrement intéressant : le serpent originel. Sorte de Kaa boosté au Red Bull, HISA nous propose un antagoniste intelligent, sournois et manipulateur à souhait. En général, quand un auteur fait apparaître un tel personnage, il est fait pour durer…

L’auteur profite de ce passage complexe d’un point de vue narratif pour mettre en avant la structure d’Area 51. La ville possède une sorte de « cabinet du maire », un organe décisionnel où dix dieux font la loi. HISA n’a oublié aucun folklore et nous propose aussi bien des divinités japonaises que mexicaines ou même nordiques (Odin, cet alcoolique !). Encore une fois, ce qui saute aux yeux, c’est la diversité.

La deuxième partie du tome est plus légère (je vous parlais dans la chronique du tome 3 de ce talent de l’auteur qui consiste à parfaitement doser humour, action et drame, n’est-ce pas ?) et McCoy se retrouve propulsée dans le monde des contes et notamment dans le château de Blanche-Neige. Ce qu’on en retient ? C’est que Masato HISA est au moins aussi cinglé que Kazuhiro FUJITA (l’auteur du génial Moonlight Act pour ceux qui ne le sauraient pas) quand il s’agit de réinventer un conte.

Non seulement il propose une histoire originale mais il la rend tellement plausible qu’on en vient à se demander si la version de Grimm n’aurait pas besoin d’un petit dépoussiérage. Il réussit à faire de Blanche-Neige un personnage moins naïf, plus incisif et surtout à lui donner un côté « monstre » particulièrement bien trouvé. Ce n’est pas de la simple réécriture que fait Masato HISA, il s’approprie clairement chacun des mythes qu’il revisite dans Area 51 et ça, peu d’auteurs peuvent s’en vanter.

Le troisième tome d'Area 51 était placé sous le signe du flashback, celui-ci sert plutôt à aller de l'avant. Alors qu'elle se retrouve seule après le départ de Kishirô, McCoy va se laisser berner par les paroles enjôleuses d'un nouvel ennemi particulièrement intéressant : le serpent originel. Sorte de Kaa boosté au Red Bull, HISA nous propose un antagoniste intelligent, sournois et manipulateur à souhait. En général, quand un auteur fait apparaître un tel personnage, il est fait pour durer... L'auteur profite de ce passage complexe d'un point de vue narratif pour mettre en avant la structure d'Area 51. La ville possède une…

McCoy et les sept nains

Graphisme - 92%
Histoire - 78%
Mise en scène - 81%
Originalité - 80%
Edition - 87%
Dans son genre - 88%

84%

Petit?

Area 51 continue de plus belle avec un tome qui ne perd absolument pas en qualité. La série parvient à se maintenir à un niveau d'excellence constant sans trop de mal... Masato HISA sait ce qu'il fait et il le fait bien. Que demander de plus ?

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner