Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Aphorism – Tomes 3 à 5 (Arc Tomonaga)

Publicité

Aphorism-3-manga-Pika

Aphorism – Tomes 3 à 5 (Arc Tomonaga)

Aphorism – Tomes 3 à 5 (Arc Tomonaga) Éditeur : Pika Édition
Titre original : APHORISM
Dessin : Karuna KUJÔ
Scénario : Karuna KUJÔ
Traduction : Emmanuel BONAVITA
Prix : 22.5 €
Nombre de pages : 576
Date de parution : 02/12/2015

L’eau fait de plus en plus de victimes… Mais la seule élève en mesure de la vaincre est traumatisée au point de refuser d’utiliser son signe. C’est finalement grâce à la réaction extrême de la classe 4 que les élèves de l’école vont retrouver espoir… Malheureusement, ce tournant annonce une nouvelle bataille… En s’attaquant à Rokudô, Tomonaga signe une véritable déclaration de guerre contre la classe 1. Comment va réagir Hinata, lui qui tient toujours à maîtriser la situation ?! L’animosité entre les deux camps s’intensifie, mais tous les dés ne sont pas encore joués.

Chronique des tomes précédents d’Aphorism : Tomes 1 & 2

Avec Aphorism, Pika nous proposait un nouveau shônen plutôt agréable mais qui ne venait pas vraiment révolutionner le genre dans son introduction. Après 5 tomes, petit bilan sur le premier véritable arc de la série et l’introduction d’un ennemi bien travaillé.

L’auteur d’Aphorism doit aime les mots. On le voit rien qu’à son titre qu’il a très bien choisi. Pour ceux qui ne le sauraient pas, un aphorisme est une « phrase, une sentence qui résume en quelques mots une vérité fondamentale » d’après le Larousse. Dans le titre de Karuno KUJÔ, ce résumé se fait en un petit kanji puisque c’est ce caractère choisit par chacun des personnes qui définit le rythme de vie des élèves au lycée Naraka.

Le pouvoir qui est amené par le kanji choisi lors des jours d’éclipse est ce qui leur permettra de survivre et de rester en vie. Certains seront plus efficaces que d’autres selon la situation mais les élèves vont vite comprendre que leur seule chance de survie réside dans l’utilisation de cette nouvelle force qu’ils ne maîtrisent pas tous à la perfection…

Tomonaga, lui, a eu le bon feeling tout de suite. Dès les premières minutes, il comprend comment son pourvoir marche, il n’a besoin que de quelques secondes d’utilisation et d’un petit essai… mortel. Maître du caractère « Vol », il va s’emparer des yeux du professeur principal de sa classe sans que ce dernier ne puisse réagir.

Sa première apparition ne laissait pas vraiment présager d’un psychopathe/démon mais c’est là où le petit flashback de Karuna KUJÔ fait son petit effet et dépeint un personnage à la limite du monstrueux, à tel point qu’il va tenter de le rendre un peu plus sympathique à l’oeil du lecteur en expliquant son passé et les motivations qui le poussent à agir de cette façon.

Le pouvoir de Tomonaga vient aussi lever le doute sur la gestion des capacités par l’auteur. Son pouvoir semble invincible et les héros ne devront leur salut qu’à un deus ex machina qui sera basé sur de la force pure. Si, dans le tome 3, KUJÔ nous sort un personnage au pouvoir imbattable, que va-t-il proposer par la suite ? Maladresse narrative ou pari risqué pour exprimer l’évolution de Momiji ? Pour le moment, les objectifs du mangaka sont flous…

Dans les deux premiers volumes, les personnages paraissaient bien faiblards, peu travaillés, trop clichés. L’auteur parvient donc à renverser la vapeur grâce à Tomonaga qu’il place en dictateur de la classe 4, un élève dont tout le monde aurait peur et qui ne reculerait devant rien pour arriver à ses fins.

Pourtant, c’est bien la seule véritable amélioration puisque l’histoire est encore assez faible. KUJÔ fait monter la sauce encore et encore mais la fait retomber d’un coup. Il y avait, dans les prémices de l’arc, de quoi faire quelque chose de classique mais dont l’efficacité n’est plus à prouver : un combat à mort entre deux classes. L’une représenterait le bien et la démocratie et la seconde ne serait qu’un reflet des régimes despotiques tant décriés dans nos sociétés modernes.

Malheureusement, l’auteur choisit une autre voie et va donner à la « toute puissance » du personnage principal un coté assez sombre. Le changement de Momiji n’est peut-être pas si positif que ça et il commence à nous le faire comprendre. On nous fait donc comprendre que, dans la série, ce sont plutôt les personnages qui seront les moteurs de l’histoire.

Pour l’édition, c’est du standard Pika (même format que Noragami par exemple) avec son papier crème traditionnel qui reste un peu transparent. Ce n’est pas plus gênant que ça sauf dans les scènes où l’auteur n’utilise que peu de noir et que vous vous trouvez à côté d’une très forte source de lumière (certaines bulles se gênent un peu). Le petit plus : un vernis sélectif sur le logo de la jaquette est plutôt sympathique et donne un un peu plus de crédit au titre.

Ce deuxième arc d’Aphorism possède ses forces et ses faiblesses et vient asseoir la série de bien belle manière. Il met en scène un méchant charismatique et des héros encore trop naïfs pour pourvoir survivre dans le monde créé par le mangaka.

Aphorism-3-manga-Pika Aphorism-4-manga-Pika Aphorism-5-manga-Pika

Chronique des tomes précédents d'Aphorism : Tomes 1 & 2 Avec Aphorism, Pika nous proposait un nouveau shônen plutôt agréable mais qui ne venait pas vraiment révolutionner le genre dans son introduction. Après 5 tomes, petit bilan sur le premier véritable arc de la série et l'introduction d'un ennemi bien travaillé. L'auteur d'Aphorism doit aime les mots. On le voit rien qu'à son titre qu'il a très bien choisi. Pour ceux qui ne le sauraient pas, un aphorisme est une "phrase, une sentence qui résume en quelques mots une vérité fondamentale" d'après le Larousse. Dans le titre de Karuno KUJÔ, ce résumé se fait en…

Qui vole un oeil... vole un oeil

Graphisme - 71%
Histoire - 65%
Mise en scène - 69%
Originalité - 60%
Edition - 66%
Dans son genre - 68%

67%

Disparu

Pouvoirs, épreuves, cadre lycéen... Aphorism contient beaucoup d'éléments très classiques et les réutilisent peut-être de manière un peu trop légère. L'ennemi Tomonaga vient semer la zizanie dans le lycée Naraka en s'installant comme tyran, dictateur des temps modernes, juste ce qu'il fallait pour bien lancer la série.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner