Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Antimagia – Antimanga ?

Publicité

Antimagia – Antimanga ?

Antimagia – Antimanga ? Éditeur : Doki-Doki
Titre original : Antimagia
Dessin : Kyû AIKA
Scénario : Kyû AIKA
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 7.5 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 09/05/2013

Être capable de produire un bon manga d’aventure sur base d’héroïc-fantasy en moins de deux tomes n’est pas à la portée de tout le monde. C’est pourtant le défi que s’est lancé Kyû Aika. Alors, une réussite ou un raté ? Faites vos jeux !

Déchu de son trône par un tyran cruel, le prince Lucas est de retour au pays après une longue absence inexpliquée. Il utilise désormais « l’Antimagia », une magie capable de transformer les êtres vivants en monstres préhistoriques… Si le prince retrouve son trône, rien n’est plus comme avant : l’Antimagia fait disparaître peu à peu ses souvenirs, au désespoir de sa sœur bien aimée, et le royaume de Latvania est toujours plus convoité !

antimagia1antimagia2

Il était une fois dans un pays oublié gouverné par un tyran…

En lisant ce synopsis, la première chose que vous devez penser est la suivante : « Hum… J’ai l’impression d’avoir déjà lu ça quelque part… ». Non, vous ne rêvez pas, c’est juste que le scénario de base d’Antimagia est tout simplement archi-méga-classique. Le coup du prince qui tente de reconquérir son royaume, c’est du vu et revu et même la magie qui consume son utilisateur (peu importe la manière) ne réussit pas à rendre le pitch plus original (tiens, il me semble avoir vu ça dans Ash & Eli tout récemment en plus). Ne comptez pas non plus sur la fin pour avoir  quelque chose qui change puisque le tout est « rushé » et on obtient un passage en demi-teinte, à mi-chemin entre le « tout est bien qui finit bien » et le « ah ouais, ça finit comme ça, direct ? ». Un peu dommage donc mais en deux tomes, difficile de faire des miracles.

Un dessin bien maîtrisé mais des personnages caricaturaux au possible.

Le trait de l’auteur est le gros plus du titre puisque quelle que soit la situation, il s’adapte parfaitement. Les combats sont fluides et lisibles (pas de fouillis désagréable où tout se mélange) alors qu’ils font pourtant intervenir pas mal de monstres en tout genre. Les phases d’exploration donneront lieu à quelques doubles pages vraiment belles où on peut admirer le palais ou encore une jungle luxuriante, etc.

Le chara-design n’est pas mal non plus et les personnages principaux sont reconnaissables au premier coup d’oeil. Que ce soit le prince avec ses cornes, l’ennemi principal avec ses grosses cornes, le bras droit avec son cache oeil où la soeur avec son visage de cruche effarouchée, vous ne risquez pas de vous tromper !

D’ailleurs, les personnages sont d’une banalité assez affligeante et le héros n’est pas crédible du tout dans sa façon d’agir. L’auteur essaye de lui donner un passé lourd, un pouvoir apporté par un pacte avec un démon ET qui le ronge (enfin, qui consume ses souvenirs)… Autant dire que cette combinaison pèse lourd sur son caractère et on se rend vite compte qu’il fait un peu n’importe quoi… Le coup de l’homme au masque de fer (jolie référence pour le coup) nous laisse espérer jusqu’à… ce que le masque tombe et qu’on se rende compte qu’il n’y a toujours rien de spécial… Je vous passerai la soeur cruche et autres personnages secondaires débiles pour servir de faire-valoirs (le tome 2 n’aide pas du tout d’ailleurs), vous avez peut-être autre chose à faire !

Être capable de produire un bon manga d'aventure sur base d'héroïc-fantasy en moins de deux tomes n'est pas à la portée de tout le monde. C'est pourtant le défi que s'est lancé Kyû Aika. Alors, une réussite ou un raté ? Faites vos jeux ! Il était une fois dans un pays oublié gouverné par un tyran... En lisant ce synopsis, la première chose que vous devez penser est la suivante : "Hum... J'ai l'impression d'avoir déjà lu ça quelque part...". Non, vous ne rêvez pas, c'est juste que le scénario de base d'Antimagia est tout simplement archi-méga-classique. Le coup du prince qui tente…

Pour tout vous dire... ça pique !

Graphisme - 40%
Histoire - 24%
Mise en scène - 28%
Originalité - 15%
Edition - 59%
Dans son genre - 18%

31%

Ouch...

Le trait de Kyû Aika est plutôt agréable à l'oeil, c'est un fait, mais l'auteur n'a pas le temps de développer son histoire en deux tomes, ce qui fait que l'on a le droit à rien de vraiment passionnant. C'est d'autant plus dommage qu'il y avait matière à faire quelque chose de bien compte tenu de la classe des animaux préhistoriques imaginés par l'auteur. Si vous voulez de l'héroïc-fantasy tout en restant chez Doki-Doki, dirigiez-vous plutôt vers le sympathique Tales of Xillia. 

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner