Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Alice on Border Road – Tome 1

Publicité

Alice on Border Road – Tome 1

Alice on Border Road – Tome 1 Éditeur : Delcourt/Tonkam
Titre original : Imawa no Michi no Alice
Dessin : Takayoshi KURODA
Scénario : Haro ASÔ
Traduction : Ryoko SEKIGUCHI
Prix : 7.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 20/09/2017

Une lycéenne introvertie se retrouve malgré elle dans un Japon en ruine et post-apocalyptique. Accompagnée d’autres personnes dans la même situation, ils exploreront ce monde pour finalement découvrir qu’ils sont coincés dans un jeu cruel. Contraints d’y participer pour rester en vie, ils devront apprendre les règles qui le régissent. Les jeux proposés sont symbolisés par des cartes à jouer, et le chiffre sur la carte indique le niveau de difficulté du jeu, tandis que le couleur indique son type…

Après Alice in Borderland, une première série en dix-huit tomes dont la qualité n’est plus à démontrer, Haro ASÔ est de retour chez Delcourt/Tonkam avec une nouvelle incursion dans le monde de Borderland par le biais du spin-off Alice on Border Road. Bien évidemment, cela va spoiler un peu sur la première série donc si vous ne l’avez pas lue, filez donc le faire !

Premier changement et pas des moindres, ce n’est plus ASÔ qui est au dessin. Cela peut paraître anodin puisque l’une des grandes forces d’Alice in Borderland était son scénario particulièrement bien ficelé mais on se rend très vite compte que ça change beaucoup de choses.
Le trait de Takayoshi KURODA est moins intense, moins précis et surtout bien moins incisif que celui du dessinateur de l’oeuvre originale. Même si on retrouve quelques fulgurances par-ci par-là, il est difficile de se sentir très impliqué avec les premières pages de cette série.

C’est là où l’on voit tout le talent du mangaka qui avait mené le premier Alice jusqu’à la sortie de Borderland. Passé l’adaptation visuelle, on retrouve exactement ce qui avait fait le succès de la série originale, à savoir un duo de personnages principaux antithétiques qui vont devoir vivre dans une communauté qui ne sait pas vraiment ce qui se passe dans ce monde bizarre où ils ont tous atterri.

Cette fois, « Alice » ne semble pas être le personnage principal. La première à apparaître n’est autre que Kina, une jeune lycéenne désabusée et complètement blasée par le monde et la société moderne. Cette dernière se réveille dans un endroit qu’elle ne connaît pas et tous ses repères traditionnels ne servent à rien.
Elle va alors faire la rencontre d’Alice Kojima, une lycéenne qui, plutôt que de s’apitoyer sur son sort, semble vouloir aller de l’avant et survivre dans ce monde où la nature a repris ses droits. Alors que les deux jeunes filles tentent de survivre, elles rencontrent des gens qui, comme eux, possèdent une carte à jouer spécifique…

Jusque là, tout se passe exactement comme pour le héros d’Alice in Borderland. On retrouve les principaux éléments qui faisaient l’originalité de la série originale et ils sont toujours aussi bien utilisés. Ce qu’il manque, ce sont les jeux. Pour l’instant, aucune trace de ces épreuves qui font tout le sel de la vie à Borderland. Cependant, rien ne nous dit que le groupe présent n’est pas en train d’en vivre un dès l’instant où ils se retrouvent ensemble…

Comme il sait si bien le faire, Haro ASÔ brouille les pistes et joue avec son lecteur, qu’il soit nouveau où pas. Arrivé à la dernière page de ce premier tome, on ne sait pas vraiment si Kina et Alice se trouvent dans le même Borderland et on ne nous donne pas non plus d’indication temporelle précise. Si les deux jeunes filles sont dans le Borderland qu’on connaît, on ne sait pas si l’action se déroule avant, après ou pendant la série originale.

Si le focus du premier tome est clairement sur la relation entre Alice et Kina, la trame de fond n’est pas négligée pour autant. Petit à petit, un « huis clos en monde ouvert » se met en place puisque c’est enfermé dans leur petite communauté que les personnages connaîtront une période de trouble.
En tout cas, l’univers que le mangaka a créé recèle de dangers, que ce soit au niveau du dehors mais aussi de l’intérieur et les personnages ne semblent jamais en sécurité. On retrouve d’ailleurs cette atmosphère assez angoissante qui faisait les beaux jours de la série originale avec un plaisir non dissimulé.

Pour l’édition, Delcourt/Tonkam a fait un choix particulièrement compliqué à comprendre, à savoir celui d’un format seinen alors que la série est dans la collection Shônen et que la précédente série était aussi dans un format shônen. Ceux qui pensaient ranger le spin-off et la matériel original ensemble devraient donc s’arracher les cheveux, du moins, s’ils sont maniaques et qu’ils veulent absolument une unité parfaite dans leurs collections.

Pour le reste, c’est du classique de l’éditeur avec un format ultra-souple et un papier à la limite du papier journal qu’on ne présente plus. Ce n’est pas idéal mais ça se laisse lire et cela respecte les standards modernes, qu’on aime ou pas. On notera quand même que, comme à son habitude, Delcourt/Tonkam essaye de faire un peu original au niveau de la maquette et propose une couverture avec un effet métallisé plutôt réussi.

Du côté de la traduction, on retrouve Ryoko SEKIGUCHI qui a déjà oeuvré sur Alice in Borderland. Elle connaît donc l’univers et le style de l’auteur, ce qui lui permet de proposer quelque chose de fluide, efficace et toujours dans le ton. Même au niveau de l’adaptation, on ne note pas de folie de language moderne qui sonnerait fausse comme dans certains tomes de Yamada-Kun & The 7 Witches chez le même éditeur… et c’est tant mieux !

Follow the white high school girl

Graphisme - 63%
Histoire - 77%
Mise en scène - 85%
Originalité - 74%
Édition - 62%
Dans son genre - 87%

75%

Side show

Ce premier volume d'Alice on Border Road est un vrai plaisir puisqu'il nous permet de nous replonger dans l'univers d'Haro ASÔ avec la manière. Même s'il faut un petit temps pour s'adapter au nouveau style de dessin, on oublie très rapidement ce petit défaut tant on se fait happer dans le scénario. On aurait aimé que Delcourt/Tonkam publie deux tomes d'un coup histoire d'avoir l'exposition dans son intégralité mais bon... il faudra attendre jusqu'au mois de décembre pour bien voir où se situe ce spin-off par rapport à la série originale !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner