Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Ace Attorney Investigations – D. Tektiv et Jeux De Mots

Publicité

Ace Attorney Investigations – D. Tektiv et Jeux De Mots

Ace Attorney Investigations – D. Tektiv et Jeux De Mots Éditeur : Kurokawa
Titre original : Gyakuten Kenji
Dessin : Kazuo MAEKAWA
Scénario : Kenji KURODA
Traduction : Eve CHAUVIRE
Prix : 7 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 05/07/2012

Après Phoenix Wright, ce sont cette fois les aventures de son illustre rival Benjamin Hunter qui arrive en manga ! Retrouvez-le accompagné du fidèle Inspecteur Tektiv dans des histoires entièrement inédites : le mystère d’un cadavre retrouvé au bal costumé, et un chanteur de groupe de rock qui apparaît sur scène assassiné, de manière inexplicable !

 

Ce qui est bien avec Kurokawa, c’est qu’ils sont toujours très cohérents en ce qui concerne les choix de leurs titres. Après une première incursion dans le monde d’Ace Attorney, ils y reviennent avec Ace Attorney Investigations. Est-ce que c’était une bonne idée ? On va voir !


Mystères et boules de gomme.

Alors qu’il se rend à une dégustation de thés, le procureur Benjamin Hunter est pris pour un invité à une fête costumée et va se retrouver mêlé à une affaire de meurtre. En effet, l’une des convives va être retrouvée sans vie dans les toilettes des femmes, poignardée dans le dos. Tous sont sous le choc. L’inspecteur D. Tektiv annonce que le coupable se trouve encore dans les murs. Réussira-t-il à tromper la vigilance de Hunter ?

La deuxième enquête concerne la tragédie survenue à la fin du concert d’adieu d’un groupe de musique célèbre, les Bird Wing. Le chanteur vedette remonte via la trappe secrète lors du rappel. Le seul souci, c’est qu’il est mort. L’accès au sous-sol n’admet qu’une seule voie, ce qui veut dire que seul l’un des membres du personnel ou du groupe a pu faire le coup.

Ces petits résumés correspondent aux deux enquêtes du premier volume, mais disons que les enquêtes des volumes suivants ne sont pas bien différentes. On remarque très rapidement que le ton de la série est beaucoup plus enfantin que le jeu. Les jeux de mots sur les noms des personnages sont ultra-tirés par les cheveux et malgré quelques belles tâches de sang, Ace Attorney s’avère être une œuvre lisible par tous. Le graphisme est plutôt soigné et les enquêtes ne sont pas trop farfelues. Ce qui pêche encore un peu, ce sont les mobiles. C’est à croire que l’auteur réfléchit tellement au crime en lui-même et à sa mise en scène qu’il en oublie de donner un motif plus intéressant aux criminels.

 

Perso(niais)ges sans mystère

Benjamin Hunter et Dick Tektiv ne sont pas particulièrement intéressants. Entre le procureur qui se trouve plus intéressé par ses fringues et sa coupe de cheveux et le détective totalement à l’ouest, incapable de faire trois pas sans faire une connerie, on peut dire que les deux font la paire. Pourtant, le duo marche plutôt bien et on s’étonne à vouloir les voir un peu plus en action. En fait, ce qui aurait été bien, c’est que leur combinaison fasse ressortir les qualités de chacun hors ici, c’est surtout Benjamin Hunter qui résout toutes les enquêtes en dix secondes sans l’aide de rien ni personnage, un peu dommage…

Les personnages secondaires, eux, ne viennent en rien relever le niveau. Ils ne sont pas du tout motivants et la mort de certains est presque un soulagement pour le lecteur, qui se demande presque ce qu’ils viennent faire ici (si ce n’est se faire zigouiller pour qu’enquête il y ait). Très caricaturaux, il est souvent facile pour qui a l’oeil alerte de repérer le coupable parmi les deux ou trois qui sont toujours en vie. Encore une fois, on s’attendait à mieux.

Je déclare l’accusé…

COUPABLE (évidemment) ! Alors qu’il avait un background impressionnant de son côté (l’univers des jeux est quand même très très riche), le titre vient s’embourber dans une espèce de pseudo-chasse au coupable qui s’avère généralement rapide et peu intrigante. Le lecteur n’est pas mis à contribution et n’est nullement amené à réfléchir. Ce n’est que très rarement que l’auteur donne assez d’indices pour que l’on puisse expliquer ce qu’a fait le coupable (que l’on trouve très facilement). On ne pourra que s’en désoler puisque Kurokawa a mis un soin tout particulier dans l’édition, que ce soit au niveau du format, qui est un peu plus grand qu’à l’habitude, mais aussi de l’adaptation qui est très réussie en règle générale. Bon ben, avec du bol, le prochain titre estampillé Ace Attorney sera meilleur.

  Ce qui est bien avec Kurokawa, c'est qu'ils sont toujours très cohérents en ce qui concerne les choix de leurs titres. Après une première incursion dans le monde d'Ace Attorney, ils y reviennent avec Ace Attorney Investigations. Est-ce que c'était une bonne idée ? On va voir ! Mystères et boules de gomme. Alors qu'il se rend à une dégustation de thés, le procureur Benjamin Hunter est pris pour un invité à une fête costumée et va se retrouver mêlé à une affaire de meurtre. En effet, l'une des convives va être retrouvée sans vie dans les toilettes des femmes, poignardée dans…

La boucle est bouclée

Graphisme - 56%
Histoire - 38%
Mise en scène - 22%
Originalité - 48%
Edition - 63%
Dans son genre - 26%

42%

Coupable !

Alors qu'il avait un background impressionnant de son côté (l'univers des jeux est quand même très très riche), le titre vient s'embourber dans une espèce de pseudo-chasse au coupable qui s'avère généralement rapide et peu intrigante.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner