Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Accel World – Tomes 1 & 2

Publicité

Accel World 1

Accel World – Tomes 1 & 2

Accel World – Tomes 1 & 2 Éditeur : Ototo
Titre original : Accel World
Dessin : Hiroyuki AIGAMO
Scénario : Reki KAWAHARA
Traduction : Nicolas PUJOL
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 176
Date de parution : 21/05/2015

En 2056, le monde a bien changé. Chacun utilise dorénavant un terminal portatif appelé Neuro-linker, permettant d’être connecté en permanence à des réseaux virtuels. Mais certaines choses ne changent pas. Il existe toujours des enfants qui servent de souffre-douleur à d’autres. Haruyuki, collégien petit et enrobé, est un enfant qui souffre de cette persécution. Pour échapper à son triste quotidien, Haruyuki passe régulièrement du temps sur un réseau local, à jouer et exceller à un jeu de squash. Un jour, la très populaire Kuroyuki, lui adresse la parole. « Ne souhaiterais-tu pas aller encore plus vite, jeune homme ? » Kuroyuki lui propose de rejoindre un mystérieux programme, le Brain Burst. Haruyuki, ayant pris connaissance du secret du monde accéléré, décide de combattre en tant que chevalier de Kuroyuki !

Décidément, les éditions Ototo aiment Reki Kawahara puisqu’ils nous proposent une deuxième série issue d’une adaptation de l’un de ses light novels : Accel World. On ne quitte pas le futur ni la réalité virtuelle mais ne vous inquiétez pas, cette fois, il n’est aucunement question de MMORPG.

accelworld1     accelworld2

Décidément, les éditions Ototo aiment Reki Kawahara puisqu’ils nous proposent une deuxième série issue d’une adaptation de l’un de ses light novels : Accel World. On ne quitte pas le futur ni la réalité virtuelle mais ne vous inquiétez pas, cette fois, il n’est aucunement question de MMORPG.

Le quotidien d’Haruyuki n’est pas terrible : brimades, moqueries… Il ne souhaite même plus se mêler à ses camarades de classe pendant la pause de midi.
Il profite de ces quelques minutes pour se connecter sur le réseau et se rendre dans un espace paisible où il peut jouer au squash virtuel, un jeu qui n’intéresse que lui mais qui demande des réflexes fous. C’est grâce à ce jeu que Kuroyuki, la plus belle élève du lycée, le remarque. Elle lui propose alors d’installer un programme nommé Brain Burst, changeant ainsi son mode et sa perception de la réalité…

J’avoue que, lors de la première lecture, le concept du Brain Burst reste un peu obscur. En réalité, avant la première démonstration, dur d’imaginer l’intérêt ou une quelconque application de la chose. Je me demande d’ailleurs comment les choses sont présentées dans le light novel, ça ne doit pas être particulièrement facile d’accès. Cependant, à partir du moment où on voit les possibilités, elles deviennent presque infinies.

Pourtant, les capacités d’accélération ne sont pas vraiment ce que représente Brain Burst. En réalité, c’est un jeu de combat, une arène où s’affronte bon nombre de joueurs pour gagner des points d’accélération et ainsi pouvoir continuer d’accélérer la réalité.
Le monde du jeu est plus complexe qu’il n’y paraît et de nombreuses guildes s’y sont formées. Elles sont dirigées par les rois de couleur, des joueurs de niveau 9 qui bloquent l’accès aux plus haut niveaux pour les autres, rangés sous leurs ordres de peur de perdre leur faculté d’accélération.

Accel World est un manga qui parle principalement de changement. Que ce soit Haruyuki qui en a marre de son quotidien de victime ou Kuroyuki qui veut faire évoluer les mentalités dans le jeu, le thème reste le même.

La jeune garçon en a assez de voir sa situation ruiner son amitié avec ses deux amis d’enfance. Il a de plus en plus de mal à les aborder et la situation est presque morte depuis que Chiyu et Taku sortent ensemble. Plus qu’un mal être social, c’est en lui-même qu’Haruyuki a du mal à croire.
En même temps, quoi de plus normal pour quelqu’un qui se déteste ? Sa rencontre avec Kuroyuki va lui faire comprendre qu’il n’est pas qu’un inutile, qu’il peut faire quelque chose, qu’il peut faire la différence. Petit à petit, le jeune garçon va reprendre un peu confiance et changer. De là à le voir prendre des décisions, il n’y a qu’un pas !

Kuroyuki, elle, apparaît comme quelqu’un qui a tout pour trouver le bonheur. Elle est belle, populaire et n’a aucun problème social. Au contraire, elle possède sa petite clique et son fan club. Son problème, c’est qu’après plusieurs années passées dans Brain Burst, elle a eu envie de changer la routine qui s’est installée dans le jeu suite au pacte de non-agression des rois.
Alors que ces derniers ont décidé de ne pas atteindre le niveau ultime afin de ne pas risquer de perdre leur capacité d’accélérer, Kuroyuki s’est rendue compte que cet enracinement ne lui plaisait pas, qu’elle voulait continuer d’avancer, de découvrir, de jouer.

Graphiquement, c’est beau mis à part les visages qui sont peut-être un peu trop simplistes (mais ça donne un certain charme à l’oeuvre). Un graphisme nerveux était nécessaire pour ce titre où la vitesse possède une importance capitale. Aigamo se débrouille plutôt bien avec un découpage dynamique et une utilisation des trames qui vient bien renforcer l’impression d’accélération.
Seul bémol que l’on peut émettre : on aurait peut-être voulu un peu plus de double-pages. Pour un titre axé action comme celui là, ça aurait été un vrai plus. Ototo s’est aussi bien débrouillé sur l’édition en nous proposant un grand format tout en limitant bien les blancs, du standard pour l’éditeur.

Décidément, les éditions Ototo aiment Reki Kawahara puisqu’ils nous proposent une deuxième série issue d’une adaptation de l’un de ses light novels : Accel World. On ne quitte pas le futur ni la réalité virtuelle mais ne vous inquiétez pas, cette fois, il n’est aucunement question de MMORPG.       Décidément, les éditions Ototo aiment Reki Kawahara puisqu’ils nous proposent une deuxième série issue d’une adaptation de l’un de ses light novels : Accel World. On ne quitte pas le futur ni la réalité virtuelle mais ne vous inquiétez pas, cette fois, il n’est aucunement question de MMORPG. Le…

Plus vite que l'ordinateur.

Graphisme - 65%
Histoire - 68%
Mise en scène - 64%
Originalité - 57%
Edition - 70%
Dans son genre - 70%

66%

Ziouuu !

Accel World ne fait pas un démarrage canon même s’il reste dans la moyenne haute de ce qui se fait à l’heure actuel. Le premier arc (celui de la rencontre) se termine et nous annonce une suite qui sera quand même très axée RPG (avec des des sous-fifres à combattre avant d’arriver au boss) mais qui sait, avec Reki Kawahara au scénario, on peut s’attendre à tout.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner