Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / 7th Garden – Tomes 1 & 2

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Publicité

7th Garden – Tomes 1 & 2

7th Garden – Tomes 1 & 2 Éditeur : Delcourt/Tonkam
Titre original : 7th Garden
Dessin : Mitsu IZUMI
Scénario : Mitsu IZUMI
Traduction : Isabelle ELOY
Prix : 7.99 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 30/08/2017

À une époque où les humains célèbrent Dieu et craignent les démons, des anges se livrent sur Terre une bataille impitoyable… Un récit de Dark Fantasy pour ados/adultes mêlant amour, trahison et vengeance.

Depuis qu’Awyn, jardinier dans un petit village, a libéré Vyrde qui prétend être une démone, cette dernière ne cesse de lui proposer de signer un pacte avec elle. Mais le jour ou une purge est ordonnée et son petit village attaqué, la bien-aimée d’Awyn se retrouve en danger. Il accepte alors de vendre son âme et de déchainer sa colère…

Annoncé il y a maintenant plus d’un an par Delcourt/Tonkam, le dernier gros hit heroic-fantasy issu du Jump SQ7th Garden arrive enfin entre nos mains. Le titre, démarré en 2014 au Japon, nous plonge dans un univers qui peut paraître classique au premier abord mais qui sait tirer son épingle du jeu grâce à un niveau de détail qui fait mouche.

Les anges et les démons… C’est un combat que l’on nous ressert depuis un éternité (presque littéralement tiens !). Pourquoi est-ce que l’affrontement dépeint dans le titre de Mitsu IZUMI serait digne de plus d’intérêt que celui d’un autre ?
Un peu comme Lucifer, Vyrde est une ange déchue que les autres anges ont un peu mis au ban en la massacrant de coups et en la laissant pour morte. Cette dernière, toujours comme Lucifer, a décidé de se venger et va, pour cela, avoir besoin de l’aide d’un humain. En effet, il semble qu’elle ne puisse donner la pleine mesure de ses pouvoirs que par le biais d’un humain.

Ce qui fait toute l’originalité du titre, c’est cette omniprésence d’une mythologie biblique qui donne des points de repère forts à tout lecteur un minimum cultivé. Avec une mentalité très moyenâgeuse, les habitants de l’Exide (la planète sur laquelle se déroule l’action) font face à un régime religieux particulièrement autoritaires qui n’est pas sans rappeler l’Inquisition.
Les anges et leur maître sont vénérés alors que les démons sont craints et n’importe quel signe est interprété comme une manifestation divine. La population semble aveugle et ne se préoccupe pas vraiment de la véracité de cette divinité qu’on leur vend comme étant unique et toute puissante (ça vous rappelle quelque chose ?).

Parmi eux vit Awyn, un jeune garçon que le passé aura rendu athée. Dieu, le diable… Il s’en moque totalement. Ce qui l’importe, ce sont ses proches. Il n’est pas forcément anticonformiste et ne cherchera pas, seul, à renverser le pouvoir en place mais aussitôt sa bien-aimée en danger, ses crocs se montreront et il n’hésitera pas à donner du sien pour protéger la demeure qui abrite celle qui l’a tant aidé par le passé.

Qui dit religion dit combat entre le bien et le mal et, une fois encore, 7th Garden étonne en donnant une vision dissonante d’une lutte que l’on croyait pourtant évidente. Les rôles de « méchants » et de « gentils » sont inversés et ce sont les anges qui ont le mauvais rôle et ces derniers se montrent d’ailleurs plus vicieux et violents que ceux de Bayonetta.
Si Dieu est miséricordieux, les anges n’ont absolument aucun scrupules à éliminer des dizaines de vies comme si de rien n’était. Il n’y a pas une once de bonté chez ces êtres qui apparaissent comme de véritables démons, à l’inverse de Vyrde qui semble se battre pour une cause juste (même si c’est une vengeance).

Delcourt/Tonkam a bien fait de sortir deux volumes d’un coup. L’éditeur permet d’avoir une très bonne vue d’ensemble sur ce que sera la série, une revenge story tarantinesque où le sang devrait couler à flot et où l’exaggeration sera de mise. Préparez-vous donc à lire une série qui sait être intelligente mais qui sait aussi balancer de la baston ultra-dynamique et bourrine quand c’est nécessaire. Pour le coup, le dosage est aux petits oignons dans les deux premiers volumes !

Si vous avez lu l’adaptation d’Ano Hana chez Panini, vous reconnaissez sans doute la patte du dessinateur qui sait produire un graphisme très propre et très agréable à l’oeil. Que ce soit dans un contexte réaliste ou pas, on sent qu’il gère et il n’a vraiment rien à envier aux grands noms contemporains.
Si vous aimez le détail, vous allez donc être servis puisqu’il ne fait pas les choses à moitié. Pour se convaincre, il suffit de regarder la profondeur des décors ou encore la minutie avec laquelle la tenue et les cheveux de Vyrde sont dessinés.
Bref, c’est beau et il y a même un peu d’ecchi pour attirer le chaland histoire d’être vraiment bien sûr que le lectorat masculin cible reste jusqu’à la fin.

Pas de folie niveau découpage mais quelques superbes planches viendront vous en mettre plein les mirettes, en particulier pendant les combats. Mitsu IZUMI se débrouille vraiment bien pour balader le lecteur comme il le sent et il faut avouer que le résultat final est plus que convaincant.

Pour l’édition, Delcourt/Tonkam a opté pour un format seinen qui s’imposait presque compte tenu de la qualité graphique du titre. Avec tous les termes biblicoreligieux, on imagine que la traductrice a dû passer un peu de temps sur sa copie pour proposer un rendu aussi propre. Les textes sont fluides, bien construits et même si on note une ou deux coquilles, on reste dans un très bon travail d’ensemble.
La seule que l’on peut regretter, c’est l’ouvrage un peu trop souple mais selon les éditeurs, « une grande partie du public le réclame » donc il ne faut plus s’attendre à des ouvrages qui tiennent bien en main et qui ne cornent pas à la lecture (même avec les plus grandes précautions prises…).

L'ange de mon démon

Graphisme - 84%
Histoire - 75%
Mise en scène - 71%
Originalité - 74%
Édition - 63%
Dans son genre - 71%

73%

Démo-niaque

L'attente a été longue et c'est un peu dommage de la part de Delcourt/Tonkam de ne pas avoir un peu plus communiqué sur le titre en amont. Revenge story dans les grandes lignes d'un film de Tarantino, 7th Garden propose une vision intéressante des conflits religieux grâce à des personnages bien écrits et une trame de fond intelligente. Comme si ça ne suffisait pas, avec sa petite touche ecchi, le trait devrait combler les plus exigeants d'entre vous !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner