Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Les 7 princes et le labyrinthe millénaire – Tomes 1~4

Publicité

Les 7 princes et le labyrinthe millénaire – Tomes 1~4

Les 7 princes et le labyrinthe millénaire – Tomes 1~4 Éditeur : Doki-Doki
Titre original : Sennen Meikyuu no Nana Ouji
Dessin : Haruno ATORI
Scénario : Yu AIKAWA
Traduction : Ryoko AKIYAMA
Prix : 7.5 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 03/05/2017

Un beau jour, une poignée de jeunes gens triés sur le volet se retrouvent enfermés dans un château ancien et sont invités à choisir parmi eux le prochain empereur. Mais voilà que ces jeunes héros tombent sur une inscription en lettres de sang clamant que seul Amadeus est digne de monter sur le trône. Or Amadeus est censé être mort au tout début du processus de sélection. Qui a donc pu écrire cette sinistre revendication ? Et si Amadeus était encore en vie ? Ébranlés par cette hypothèse, les sept prétendants au trône pourront-ils rester unis face à ce danger invisible qui semble se rapprocher d’eux à grands pas ?

Débuté en mai dernier chez Doki-DokiLes 7 princes et le labyrinthe millénaire de Yu AIKAWA et Haruno ATORI fait partie de ces petites séries qu’on attend pas mais qui fait quand même son petit effet à la lecture. On vous explique pourquoi plus bas !

Quand l’éditeur cherche à le présenter, il le compare à des titres comme Black Butler ou Karneval mais si ce n’est l’utilisation de beaux jeunes hommes (les fameux bishônen), l’oeuvre d’AIKAWA et ATORI n’a pas beaucoup plus en commun et surtout, elle semble beaucoup plus efficace à de nombreux niveaux.

L’histoire débute un peu comme dans Doubt de Yoshiki TONOGAI, à savoir qu’on retrouve plusieurs personnages perdus dans un endroit qu’ils ne reconnaissent pas immédiatement sans qu’ils ne sachent pourquoi. Dans Les 7 princes et le labyrinthe millénaire, ils vont apprendre assez rapidement ce qui se trame et tenter de résoudre un problème peut-être pas aussi épineux qu’une série de meurtres sadiques.

Dans ce manga, il s’agit de choisir une personne qui deviendra empereur. Parmi les 8 participants, certains se connaissent, d’autres pas… mais dans l’ensemble, chaque protagoniste cache un secret. Qu’il soit complexe ou assez simple n’est pas le problème puisqu’à partir du moment où l’on va découvrir qu’il y a quelque chose qui n’est pas clair, le doute va s’installer.

En général, dans ce genre de titres, lorsque l’insécurité apparaît, les meurtres ne sont pas loin mais les auteurs vont prendre le lecteur à revers ou du moins, ils vont lui faire comprendre que le titre est un huis clos et non pas un jeu de la mort. Même si choisir un empereur peut se faire au combat mortel, ici, on va avoir le droit à quelques scènes d’action mais aussi des scènes plus calmes où les protagonistes réfléchiront et tenteront de rationaliser (non sans mal) leur situation.

L’important dans un huis clos, c’est assurément l’ambiance. Ici, c’est probablement l’élément le plus réussi.
Petit à petit, on découvre l’univers mis en place par les deux mangaka grâce aux secrets de chacun. Que ce soit lié à la dynastie maudite ou aux règles de vie usuelles, il y a un peu de tout et c’est un background très riche que le lecteur à sous les yeux. Il n’est pas non plus complètement féérique : discrimination et sociétés secrètes seront au rendez-vous et viendront rendre le titre plus sombre que son titre ne le laissait présager.
Les non-dits viendront construire une atmosphère pesante mais qui sera toujours relevée par le personnage de Yuan. Le jeune garçon fait office de rayon de soleil et d’espoir dans ce château lugubre où les pièges pullulent et où tout pousse les candidats au trône à ne pas faire confiance aux autres.

Les auteurs nous proposent une galerie de personnages variée et intéressante. Du jeune innocent au combattant aguerri, en passant par le détective et le chanteur, il y aura de la diversité et aucune répétition dans les 4 tomes des 7 princes et le labyrinthe millénaire. Les situations s’enchaînent et ne se ressemblent pas pour des héros qui n’ont de cesse de lutter pour leur survie mais aussi pour faire en sorte que celui en qui ils croient le plus deviennent empereur.

Graphiquement, c’est très propre et si les personnages ont le mérite d’être très différents les uns des autres, force est de constater que le décor est un peu monotone. Après tout, la plupart de l’action se passe à l’intérieur d’un château assez vieux. Cependant, il y a quelques salles qui viennent apporter un peu de changement et quelques plans d’ensemble dans une série qui joue beaucoup avec les gros plans sur ses personnages.

Pas de folies au niveau de la mise en page mais quelques jolies double-pages et une utilisation des couleurs intelligente dans les pages en couleurs qui se trouvent en début de tome. Le rythme est bien régulé avec une augmentation des petites cases notables lors des moments de tension, ce qui vient renforcer l’ambiance et la qualité de la narration dans la série.

Pour l’édition, Doki-Doki a un peu plus soigné la fabrication sur ce seinen. Si le format ne change pas, on retrouve un ouvrage un peu plus épais (donc légèrement plus rigide) et au papier un peu plus blanc que certaines des dernières productions de l’éditeur et il faut avouer que c’est plutôt agréable !
La traduction de Ryoko AKIYAMA n’a rien de particulièrement remarquable mais elle fait parfaitement le travail qu’on attend d’elle et permet une lecture fluide et sans accroc de l’oeuvre. Que demander de plus ?

Du huis clos sans lapin

Graphisme - 71%
Histoire - 72%
Mise en scène - 79%
Originalité - 69%
Edition - 74%
Dans son genre - 82%

75%

Royal

Les 7 princes et le labyrinthe millénaire surprend. Avec une fin programmée pour novembre de cette année, Yu AIKAWA et Haruno ATORI sauront tenir en haleine les lecteurs avec une histoire bien ficelée et des personnages plus travaillés qu'on aurait pu l'imaginer pour un titre en seulement 4 tomes... Bref, c'est du beau boulot dont il serait dommage de se priver !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner