Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Light Novels / Sword Art Online Tome 5 – Alicization Beginning

Publicité

SAO_Alicization_5_Couverture
© REKI KAWAHARA ILLUSTRATION:abec KADOKAWA CORPORATION ASCII MEDIA WORKS

Sword Art Online Tome 5 – Alicization Beginning

Sword Art Online Tome 5 – Alicization Beginning Éditeur : Ofelbe
Titre original : Sword Art Online : Alicization Beginning
Auteur(s) : Reki KAWAHARA
Illustrateur : abec
Traduction : Rémi BUQUET
Prix : 19.9 €
Nombre de pages : 576
Date de parution : 23/02/2017

Kirito se retrouve livré à lui-même après s’être réveillé dans l’Underworld, un mystérieux monde virtuel. Incapable de rejoindre la réalité, il fait la connaissance d’Eugeo, un jeune habitant du village de Rulid rongé par les remords suite à la disparition de son amie d’enfance, Alice. À la recherche de réponses et d’une porte de sortie, les deux garçons se lancent dans une périlleuse quête aux enjeux bien plus importants qu’ils ne pouvaient l’imaginer. Quels secrets les habitants de l’Underworld abritent-ils ? Que cachent les Chevaliers Intègres, gardiens de l’ordre et de la paix dévoués corps et âme au Monde des Hommes ? Et que se trame-t-il donc dans la réalité ? La plus grande épopée de l’Épéiste noir n’en est qu’à son commencement. Bienvenue dans le projet Alicization.

Nous voici déjà au cinquième tome des aventures de Kirito depuis que la parution des light novels a commencé chez les éditions Ofelbe, soit en mars 2015. En France, Sword Art Online, le roman de Reki KAWAHARA va dépasser la trame de l’anime de 2014 pour devenir un contenu 100% inédit.

Nous retrouvons notre épéiste noir qui a repris une vie réelle assez calme mais qui reste toujours aussi passionné par la réalité virtuelle. Partageant sa passion avec son entourage et sa petite amie, il est aussi employé comme testeur pour une toute nouvelle technologie de réalité virtuelle, utilisant la mémoire des gens pour façonner le monde.
Cependant, il est pris pour cible par le dernier membre des Laughing Coffins, et alors qu’il est aux portes de la mort, il se retrouve dans l’Underworld, un monde artificiel aussi réaliste que la réalité créé par les dernières technologies.

Si on devait donner un genre à ce tome, on choisirait sans doutes « aventure/investigation ». En effet, l’accent ne sera pas mis sur les combats ou sur la survie de Kirito, mais sur la découverte de ce monde avec lequel il est obligé d’interagir. Ainsi, on aura tout le fil de pensée nécessaire pour aboutir à la conclusion que notre héros est emprisonné dans un jeu plus vrai que nature, et que pour en sortir, il devra suivre la voie de l’épée (comme c’est étonnant !).

La mauvaise foi mise de côté, on constate que le roman a une bonne cohérence et une continuité entre les actions. De plus, le lecteur est aussi impliqué dans la réflexion, car de nombreux éléments seront contradictoire et ce sera à nous de démêler le vrai du faux, et ainsi comprendre les règles de ce monde.

Ce dernier est un mélange de MMO avec ses données numériques et ses règles fixes auxquelles on ajoute le côté humain, ce qui rend très intéressant le mélange des concepts de Vie d’Art et de Loi, car si tout le monde respecte les règles, ça n’empêche pas certains de les pousser à leur limite par malveillance.
Après, on retrouve toujours certains éléments qui font office de deus ex machina (pour un monde virtuel c’est cocasse) mais dans la mesure où ils apparaîtront sporadiquement, ce ne sera pas vraiment dérangeant.

Le tout fait qu’on a une lecture très fluide, les parties dans le monde virtuel et dans le monde réel s’enchaînent et se complètent, et on ne verra pas passer la journée et demie de lecture nécessaire pour finir l’oeuvre.
Il reste que l’auteur avait besoin de justifier  ce nouveau bond technologique alors qu’existaient déjà le Nerve Gear et l’Amus Sphere. Les explications sont ce qu’elles sont. Elles définissent de façon « rationnelle » les avantages et inconvénients. On peut juste regretter qu’elles soient toutes concentrées dans un seul (gros) chapitre, assez lourd et ralentissant le rythme.

En ce qui concerne le fond, ce qui est généralement le gros point fort des Sword Art Online, c’est un peu faiblard ici (en comparaison des autres tomes). On a le thème des technologies militaires, de l’âme et de sa nature, des questions éthiques… mais c’est moins profond que ce qu’on pouvait trouver dans les volumes précédents. Cet Alicization Beginning manque un peu de consistance les nouveaux personnages, même si leur rapport aux lois et à leur inviolabilité reste très intéressant.

Au final, on se retrouve devant une histoire pas exploitée à son maximum dans un univers de science-fiction contemporain : un monde virtuel plus vrai que nature d’où notre héros devra s’échapper. Ce ne sera pas l’originalité du thème qui captivera mais de retrouver les personnages qu’on aime, la fluidité et le dynamisme de l’écriture, et l’histoire prenante qui se continuera au tome suivant.

En ce qui concerne l’édition, on a un ouvrage assez conséquent qui a une bonne durée de vie, embelli par une jolie couche de vernis sélectif sur la couverture, ainsi qu’à de nombreuses illustrations. Celles en noir et blanc servent surtout à se donner une idée graphique des personnages et des lieux, et celles en couleur sont bien plus jolies et détaillées.
Le prix est plus que correct pour la valeur matérielle de l’ouvrage et on ne regrettera pas d’y avoir mis les 19,90 euros demandés par Ofelbe.

Bienvenue dans le projet Alicization

Histoire - 67%
Exécution - 81%
Originalité - 55%
Illustrations - 65%
Édition - 75%
Dans le genre - 80%

71%

Réel

Alicization Beginning est la suite presque logique d'une bonne saga, toujours aussi prenante et captivante. L'auteur arrive à se renouveler même si le fond est un peu moins dense que d'ordinaire. On attendra quand même la suite de cet arc dans le prochain tome pour donner un avis complet. Son adaptation en anime ne devrait plus tarder non plus sachant qu'elle a été "teasée" à la fin du film Ordinal Scale.




A propos de Ithaqua

Si c'est sombre, glauque ou tout mignon, j'en fais mon affaire, tant qu'il y a quelque chose derrière.

Laisser un commentaire

banner