Publicité

Publicité

Schwarzes_Marken_image_à_la_une
©Koki Yoshimune-Ixtl/TV TOKYO/ALTERNATIVE 2nd Project

Schwarzes Marken

Schwarzes Marken Éditeur : Crunchyroll
Titre original : Schwarzes Marken
Créateur original : Carnelian, Yoshimune KOKI et Uchida HIROKI
Format : Série TV
Episode(s) : 12
Durée : 24 min
Studio : Ixtl, LIDEN FILMS
Réalisateur : Watanabe TETSUYA
Character designer : Hara SHUICHI
Site officiel

Nous sommes en l’an 1983. Schwarzes Marken est le nom de la 666e unité de l’armée est-allemande. On lui confie des missions particulières, dont la priorité est la plus haute et les objectifs souvent officieux. Voilà pourquoi ses membres doivent exclusivement se consacrer à leur tâche, ignorant parfois les appels à l’aide d’unités alliées…

L’Histoire est parsemée d’époques incertaines et dangereuses, alors pour les rendre encore plus palpitantes, pourquoi ne pas y ajouter de jolies bondes ainsi que des aliens particulièrement invasifs ?

Schwarzes Marken est un animé produit par les studios Ixtl (Muv-Luv Alternative : Total Eclipse) et LIDEN FILMS (Arslân, Terra Formars, Miss Monochrome) et édité chez nous par Crunchyroll. L’histoire se déroule dans l’univers du visual novel Muv-Luv Alternative, dans une uchronie où s’est déroulé en 1972 une invasion des extraterrestre appelés BETA (Beings of Extra-Terestrial origin which is Adversary of human race, autrement des êtres ayant une origine extraterrestres antagonistes pour la race humaine).

Schwarzes_Marken_Image_4
©Koki Yoshimune-Ixtl/TV TOKYO/ALTERNATIVE 2nd Project

On avait déjà eu Muv-Luv Alternative : Total Eclipse, un spin-off de Muv-Luv, comme adaptation (disponible sur Crunchyroll US) et qui était très inconstante dans sa qualité, mais pourvue d’un bon scénario dans lequel se glissait un peu trop de fan-service pour le ton sombre de la série. Fort heureusement, Schwarzes Marken a appris des erreurs passées.

On se retrouve dans une Allemagne où le Mur de Berlin est toujours là ; l’occasion de se rendre compte que tant bien même l’humanité serait au bord de l’extinction, cette dernière s’enliserait dans des luttes de pouvoir et des guerres intestines, le tout sur fond de totalitarisme. C’est dans ce sympathique contexte que des soldats tentent de survivre en pilotant des mechas, les TSF (Tatical Surface Fighter).

chwarzes_Marken_Image_1
©Koki Yoshimune-Ixtl/TV TOKYO/ALTERNATIVE 2nd Project

Leur principale atout est leur mobilité, et elle est très bien représentée à l’écran (mieux que dans Total Eclipse où leur immobilisme était affligeant), ce qui donne des combats nerveux et prenants (entièrement en 3D aussi bien pour les BETA que les TSF). On notera tout de même des animations 3D un peu répétitives à quelques rares moments.

Cependant, le point fort de la série n’est pas son utilisation des mechas mais sa géopolitique, on retrouve des pilotes ayant plus peur de se faire tuer par la Stasi (KGB de l’Allemagne de l’Est) que par d’imposants (et d’innombrables) extraterrestres. La survie de l’humanité se trouvant dans l’alliance des nations, l’armée fera tout pour se libérer du joug de la Stasi, notamment l’escouade 666 que nous suivrons.

On y retrouve de fortes personnalités, toutes ayant leur histoire et leurs raisons. Même si psychologiquement, certains ont été écrits un peu à la va-vite, on prendra plaisir à les suivre, même ceux un peu trop idéalistes, qui, une fois badigeonnés du sang de leurs camarades, deviendront plus rationnels et déterminés.

Schwarzes_Marken_Image_3
©Koki Yoshimune-Ixtl/TV TOKYO/ALTERNATIVE 2nd Project

Graphiquement parlant, c’est terne. Ce n’est pas forcément un point négatif puisque ça reste en accord avec le ton de la série mais il faut vraiment aimer le gris. Les décores varient peu, entre les villes sous la neige, les champs de bataille enneigés ou les camps pleins de poudreuse, si vous n’avez pas pu aller au ski cette saison, voilà de quoi vous rattraper.

Ce côté peu coloré se retrouve aussi pour les personnages. Vêtus d’une tenue militaire kaki plutôt sombre ou d’une combinaison (moulante) bleu marine, ça ne les empêchent pas d’avoir leur identité graphique simple et efficace puisqu’ils ne détonnent pas par rapport au reste des décors.

Schwarzes_Marken_Image_2
©Koki Yoshimune-Ixtl/TV TOKYO/ALTERNATIVE 2nd Project

Le rythme sera donné par les bruitages nerveux des armes et du sang giclant de partout. Les musiques renfonceront le côté prenant des batailles mais seront oubliables pour tout le reste.

Schwarzes Marken est une belle réussite dans la mesure où la bonne gestion de l’action permet au spectateur de ne pas vraiment s’ennuyer. Il arrivera même à s’attacher aux personnages, de prime abord antipathiques et à espérer qu’ils ne meurent pas de manière horrible, ou alors pas trop vite…

Unabhängigkeitstag

Histoire - 75%
Character design - 57%
Réalisation - 61%
Animation - 65%
Son - 62%
Dans son genre - 79%

67%

Invasif

Cette adaptation de l'univers Muv-Luv est particulièrement efficace, notamment grâce à une bonne maîtrise graphique qui aurait pu bénéficier d'un meilleur chara-design. Cependant, le sérieux dans la réalisation et la bonne utilisation de la 3D n'augurent que du bon pour la suite de la franchise.




A propos de Ithaqua

Si c'est sombre, glauque ou tout mignon, j'en fais mon affaire, tant qu'il y a quelque chose derrière.

Laisser un commentaire

banner