Publicité

Publicité

Mob Psycho 100
© 2016 ONE・小学館/「モブサイコ100」製作委員会

Mob Psycho 100

Mob Psycho 100 Éditeur : Crunchyroll
Titre original : Mob Psycho 100
Créateur original : ONE
Format : Série TV
Episode(s) : 12
Durée : 24 min
Studio : Bones
Réalisateur : Yuzueu TACHIKAWA
Character designer : Yoshimichi KAMEDA
Site officiel

Shigeo Kageyama, surnommé Mob, est un lycéen tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Pourtant, il possède de puissants pouvoirs psychiques, mais il préfère rester discret, afin d’avoir une vie la plus normale possible. De plus, il comprend en grandissant que ce pouvoir peut être dangereux et qu’il augmente en même temps que sa charge émotionnelle. Mais pourra-t-il contenir longtemps ses émotions ?

Après le succès de One Punch Man, une nouvelle oeuvre de ONE est adaptée en série d’animation, cette fois-ci par le studio Bones, Mob Psycho 100, disponible sur Crunchyroll.

Mob_Psycho_100_Image_6
©O,S/M2016

La première chose que l’on remarque lors du premier visionnage, c’est le côté graphique particulier de l’anime. En effet, l’œuvre originale n’ayant pas eu le concours d’un mangaka, c’est le trait de ONE qui habille l’histoire et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est différent de celui de MURATA.
Si le côté graphique change radicalement du manga suscité, au niveau de l’humour et de l’histoire c’est parfaitement reconnaissable. On a affaire ici à un déroulement assez similaire à One Punch Man : un personnage principal ayant une force incommensurable qui est entouré d’une flopée de personnages secondaires charismatiques.

Mob_Psycho_100_Image_2
©O,S/M2016

L’histoire se concentre sur Mob, un jeune homme aux pouvoirs psychiques sans précédents, mais tentant de vivre une adolescence normale. Exorciste à mi-temps, ce sera pour nous l’occasion de plus ou moins voir l’étendue de ses pouvoirs, surtout quand de sombres complots s’ourdissent dans l’ombre.

Le début est léger, on a affaire principalement à du gag, notamment à du comique de situation bien senti et inspiré. Cependant, même si on a un petit aperçu des qualités techniques de l’anime, force est de constater que les trois premiers épisodes sont mous : l’humour n’est pas assez présent pour tenir en haleine et le graphisme n’incite pas à rester, mais tout cela change avec la scène finale de l’épisode trois.
Cette fin d’épisode donne un nouvel aperçu des pouvoirs de Mob mais aussi de la qualité de l’animation : après cela on attend plus qu’une chose, que notre héros explose de nouveau.

Mob_Psycho_100_Image_5png
©O,S/M2016

C’est aussi à ce moment que la narration se transforme, l’histoire devient plus sombre, tout en gardant une bonne dose d’humour, et l’intrigue se centre plus sur les pouvoirs psychiques.
De plus, on a un bon dynamisme dans l’intrigue et dans l’humour grâce à un découpage en arc de deux ou trois épisodes, ce qui permet de ne pas s’alourdir sur des sujets ou des gags et d’apporter un vent de fraîcheur, tout en donnant petit à petit de l’importance à des personnages secondaires.

Un autre point fort de la série, c’est son traitement des personnages. C’est très visible sur le protagoniste, Mob puisque les épisodes nous donnent un bon aperçu de sa psychologie, le poids de ses pouvoirs sur sa psyché, l’origine de son compteur…
Cependant, la série donne aussi la part belle aux autres. Déjà, il y a le frère de Mob qui vit mal d’être si ordinaire par rapport à lui, Smile un esprit errant cherchant à regagner ses pouvoirs, et surtout le mentor de Mob, Rengen, que la série arrive à nous faire adorer, ce qui, sur le postulat de base du personnage, n’était pas gagné.

Mob_Psycho_100_Image_4
©O,S/M2016

Un autre avantage de passer les trois premiers épisodes, c’est de s’habituer au graphisme, assez particulier. Minimaliste, il permet d’entrer dans le gag mais aussi dans l’action.
Les personnages ne sont pas vraiment beaux, ayant des designs plus comiques (ou parodiques) que sérieux, mais derrière se construit un très bon univers psychédélique. Au niveau de l’utilisation de pouvoirs, le graphisme rend très bien avec l’utilisation d’effets pyrotechniques et surnaturels.

Mob_Psycho_100_Image_3
©O,S/M2016

Tout cela nous donne des scènes d’animation dantesques. D’ordinaire, les épisodes sont calmes, sans défauts d’animation (avec un tel graphisme, c’est dur d’avoir des ratés), mais quand ça accélère, ça ne fait pas semblant. L’équipe d’animation s’est fait plaisir et on le retrouve dans les combats variés, avec de nombreux points de vue, beaucoup de détails anatomiques, de puissants traits grossissant l’action, des explosions et effets de pouvoirs, sublimant chaque combat.
Rien que pour ça, la série mérite d’être regardée, c’est une telle vitrine technique qu’il serait dommage pour tout animefan de passer à côté.

Mob_Psycho_100_Image_1
©O,S/M2016

Bon point aussi pour les musiques, un peu discrètes, mais qui exacerbent encore plus l’intensité des combats grâce à des thèmes surnaturels. De plus, la voix des seiyū à fond dedans et les bruitages très nerveux finissent de donner toute la stature gargantuesque aux scènes de l’une des plus belles réussites de ces derniers mois.

Après le succès de One Punch Man, une nouvelle oeuvre de ONE est adaptée en série d'animation, cette fois-ci par le studio Bones, Mob Psycho 100, disponible sur Crunchyroll. La première chose que l'on remarque lors du premier visionnage, c'est le côté graphique particulier de l'anime. En effet, l’œuvre originale n'ayant pas eu le concours d'un mangaka, c'est le trait de ONE qui habille l'histoire et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il est différent de celui de MURATA. Si le côté graphique change radicalement du manga suscité, au niveau de l'humour et de l'histoire c'est parfaitement reconnaissable. On…

"If everyone is not spectal, maybe you can be what you want to be"

Histoire - 68%
Character design - 51%
Réalisation - 75%
Animation - 88%
Son - 70%
Dans son genre - 80%

72%

Mob

Sous son aspect un peu spécial se cache une véritable perle d'animation qui vous fera rire aux éclats et avoir des sueurs froides une fois passé les premiers épisodes. Folie garantie !

A propos de Ithaqua

Si c'est sombre, glauque ou tout mignon, j'en fais mon affaire, tant qu'il y a quelque chose derrière.

Laisser un commentaire

banner