Publicité

Publicité

Yuri!!!_On_ICE_Image_a_la_une
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

Yuri !!! On ICE

Yuri !!! On ICE Éditeur : Crunchyroll
Titre original : Yuri!!! On ICE
Créateur original : Sayo YAMAMOTO
Format : Série TV
Episode(s) : 12
Durée : 24 min
Studio : MAPPA
Réalisateur : Sayo YAMAMOTO
Character designer : Tadashi HIRAMATSU
Site officiel

Yuri Katsuki portait sur ses épaules tous les espoirs du Japon pour remporter le Grand Prix de patinage artistique, mais il y a subi une écrasante défaite. Il retourne dans sa ville natale et songe alors à prendre sa retraite, malgré une persistante envie de patiner. Un jour, le quintuple champion du monde Viktor Nikiforov, accompagné d’un jeune russe, Yuri Plisetsky, vient le trouver pour qu’il reprenne la compétition…

Le patinage artistique n’est pas un sujet souvent utilisé dans l’animation japonaise, on peut même dire que Yuri !!! On ICE, produit par MAPPA (Terror in Resonance, Rage of Bahamut, Punch Line), est l’un des premiers sur le thème (on se souvient d’un manga de Yumi HOTTA nommé Yûto mais bon, ce n’est pas un animé), et chez nous, c’est sur Crunchyroll qu’on pourra le retrouver.

Dans cet anime, on suit Yuri, un patineur professionnel dans le creux de la vague, qui voit son modèle, le russe plusieurs fois médaillé d’or, Victor, devenir son coach. Ce sera pour lui l’occasion de remonter la pente, de tout mettre en œuvre pour gagner les prochains mondiaux de patinage, mais aussi de se découvrir et de créer de nouvelles amitiés et rivalités.

Yuri!!!_On_ICE_Image_2
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

On peut globalement découper cette œuvre en deux parties : la première où Yuri se redécouvre une passion pour le patinage, s’entraîne sans relâche et se lie d’une profonde amitié avec son entraîneur, et la seconde, consacrée aux compétitions où l’on verra des patineurs des quatre coins du monde s’affronter.
Sur le plan scénaristique, c’est simple et efficace : on a un schéma basé sur l’enchaînement d’entraînements et de compétitions à remporter durant lesquels les héros vont donner tout ce qu’ils ont.
À noter que c’est une bonne chose qu’on se retrouve dans le milieu professionnel, et non pas dans le milieu universitaire (ou encore lycéen), puisque ça permet d’avoir un point de vu adulte.

Par contre, sur le plan humain et sentimental, on va avoir deux phases très intéressantes. Dans un premier temps, on aura un monde très tourné vers Yuri qui apprend à vivre avec son idole de toujours. Ça nous permet de nous intéresser à un personnage aux premiers abords un peu vide et transparent mais qui dévoile petit à petit son caractère et une personnalité touchante et pure, et surtout qui s’ouvre au monde grâce à l’impulsion de Victor.
Ce que l’on retiendra vraiment, c’est la naissance d’un duo, d’une complicité intime, que l’on voit se jouer par les regards, par les intentions et surtout par les contacts. Une chose assez incroyable dans cette série, c’est vraiment ce côté tactile qu’ont les personnages, chose que l’on voit très rarement dans l’animation japonaise (les Japonais formant un peuple très réservé), sauf dans les hentai (*blague graveleuse supprimée*).

Yuri!!!_On_ICE_Image_3
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

Ici, les personnages ont beaucoup de gestes et de contacts qui rendent les sentiments palpables et palpés. Même si on a un léger côté boy’s love qui s’en dégage, il est plus utilisé comme un ressort comique que comme un véritable moteur pour l’intrigue. Dans cette série, les protagonistes sont animés d’une amitié et d’une confiance mutuelle vraiment sublime, qui, grâce à la mise en scène, auraient pu être prises comme telles même entre un homme et une femme.
Après, cette mise en scène n’est pas exempte de défauts et pour pinailler, on peut dire que, par moments, elle en fait trop, je pense par exemple à l’échange de bagues, vers la fin, qui est symboliquement très fort mais pas forcément nécessaire, les sentiments étant déjà très clairs auparavant.

Yuri!!!_On_ICE_Image_1
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

Après le début des compétitions, on a une narration non moins intéressante qui se met en place, centrée sur les compétiteurs et leur thème de patinage. Si de prime abord, on a l’impression qu’on nous introduit les pensées, les problématiques et les aspirations de personnages dont on a rien à faire, le tout pour meubler une séance de patinage, dans les faits, c’est super bien réussi.
Il y a énormément de patineurs, avec chacun possède son caractère, ses problèmes, ses motivations, et tous sont intéressants, et même passionnants. C’est quand même fou de voir qu’on s’intéressera à des personnages qu’on ne suivra que deux épisodes, et qui pendant ces deux épisodes, vont nous transmettre leur passion comme jamais.
Paradoxalement, ce sont peut être les épisodes où le héros sera le moins intéressant car stagnera un peu dans son évolution psychologique.

Yuri!!!_On_ICE_Image_4
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

L’autre point primordial de cette série, en plus de ses personnages, c’est son animation qui n’avait d’autre choix que d’être de très haut niveau pour rendre grâce à cette discipline. Déjà, le générique de début est une excellente vitrine d’exposition sur les capacités techniques de l’anime, en plus d’être artistiquement très joli et très bien pensé aux niveau du crayonné et des couleurs. Ensuite, on a le droit à une qualité d’animation qui ne faiblit pas durant les 12 épisodes de la série (même si certains sont plus « feignants » que d’autres).

Bien sûr, il y a des baisses de régime et certains moments de patinage sont un peu saccadés, mais les personnages ne perdent que rarement en qualité graphique (ils sont un peu allongés). On se trouve cependant en présence d’une animation minutieuse permettant d’apprécier toute la chorégraphie des patineurs, surtout les sauts et les mouvements apparaissant régulièrement.

Yuri!!!_On_ICE_Image_5
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

Même si des scènes sont réutilisées au fil des épisodes, ça ne se voit presque pas et aucun sentiment de déjà-vu ne s’installe, ceci grâce au dynamisme des moments.

Outre les scènes d’action, on a beaucoup de séquences posées qui possèdent une très belle mise en image. Graphiquement, les scènes calmes arrivent à avoir leur impact, ceci notamment grâce à des personnages au style épuré et fin qui dégagent une véritable grâce. De même, le travail sur les costumes donne quelque chose de très fidèle à la réalité, avec beaucoup de couleurs, de détails et d’excentrisme, et ceci même en pleine action.
Même si on n’est pas familier avec le patinage artistique, on peut vraiment apprécier tout l’univers graphique, que ce soient les patinoires, les accessoires.. de plus, la série se permet de faire dans la référence, notamment dans le dernier épisode avec un caméo un peu inattendu et qui a largement circulé sur internet, je veux bien sûr parler de Stéphane Lambiel, le patineur suisse, faisant office de journaliste français. De quoi ? South Park ? Trop underground. On ne vous parlera pas de Cartman qui a perdu un peu de poids !

Yuri!!!_On_ICE_Image_6
©Hasetsu Townspeople/Yuri!!! On ICE PROJECT

Pour finir, on peut dire que les musiques d’ambiance sont bonnes, mais en plus de ça, les musiques de compétitions, les thèmes des patineurs, donnent vraiment une ambiance folle aux scènes de patinages. On a le droit à une multitude de thèmes, originaux ou tirés d’autres œuvres, qui, couplés au jeu d’acteur des comédiens de doublage, permet de donner toute son intensité aux scènes.

Le patinage artistique n'est pas un sujet souvent utilisé dans l'animation japonaise, on peut même dire que Yuri !!! On ICE, produit par MAPPA (Terror in Resonance, Rage of Bahamut, Punch Line), est l'un des premiers sur le thème (on se souvient d'un manga de Yumi HOTTA nommé Yûto mais bon, ce n'est pas un animé), et chez nous, c'est sur Crunchyroll qu'on pourra le retrouver. Dans cet anime, on suit Yuri, un patineur professionnel dans le creux de la vague, qui voit son modèle, le russe plusieurs fois médaillé d'or, Victor, devenir son coach. Ce sera pour lui l'occasion de remonter…

"We were born to make history!"

Histoire - 82%
Character design - 80%
Réalisation - 84%
Animation - 90%
Son - 75%
Dans son genre - 90%

84%

Yaoi ?

Une oeuvre aux grandes qualités, aussi bien narratives que graphiques et qui, contrairement au premier abord, est accessible pour tous, aussi bien les fans d'animation que les fujoshi.

A propos de Ithaqua

Si c'est sombre, glauque ou tout mignon, j'en fais mon affaire, tant qu'il y a quelque chose derrière.

3 commentaires

  1. /!\Spoilers plus bas
    C’est marrant je suis absolument pas d’accord avec l’analyse qui est faite concernant la question des relations dans cet anime. Le thème de Yuri on Ice c’est avant tout l’amour… ou plutôt « les amours »: l’amour du sport certes, mais aussi l’amour de l’autre, l’amour de soi… Enfin moi c’est comme ça que je le vois. Les thèmes des deux programmes de Yuuri et Yurio, le thème annuel choisi par Yuri, sa relation avec Victor (soyons honnêtes: c’est pas de l’amitié voyons…), la grande question de l’anxiété de Yuri et la vision qu’il a de lui même, l’amour des fans…

    Le patinage, c’est pas tant le thème que le décors de cette histoire, à mon avis.

    Et pour ce qui est du coté boy’s love il est loin, TRES LOIN d’être un simple ressort scénaristique. Cette oeuvre a une réelle revendication, qui a été confirmée plusieurs fois par Kubo-sensei notamment sur twitter: elle voulait écrire une histoire d’amour, elle voulait créer quelque chose qui ait du sens. Elle a choisi de parler d’amour gay parce que notamment… On le présente rarement sous cet angle (une relation fichument saine, et surtout… normale). Kubo a voulu normaliser la communauté LGBT: dans cet univers, l’homophobie n’a pas de place. La revendication est telle qu’on a la scène des bagues, mais également le drapeau bi représenté sur les tuniques dans le générique de fin…

    On peut pas se contenter de dire que la relation entre Victor et Yuri n’est qu’un détail… Elle est le pilier de cet animé, et surtout… Elle a une vraie revendication sociale: celle de représenter, ENFIN, de manière saine, la communauté LGBT dans un média, sans qu’on aille dans les stéréotypes vulgaires.

    • Les revendications sociales, on les voit où on veut, ça fait bien ça fait beau, peut être qu’elles y sont vraiment, personnellement ça ma pas marqué plus que ça.

      La relation entre Yuri et Victor est le centre de l’oeuvre oui (tout comme le patinage qui est tout aussi travaillé), après, que ce soit de l’amour ou de l’amitié, ça c’est moins important.
      Tant qu’à parler de revendications sociales, on peut dire que c’est stigmatisant de ne pouvoir voir une relation intime entre deux hommes que comme amoureuse et non pas amicale (lol, ceci est une boutade).

      • Kubo

        Il me semble que tu t’égares quelque peu. Nombreux (dont la créatrice) sont les gens à évoquer la relation amoureuse Yuri/Victor. Je ne peux me prononcer sur l’importance qu’elle revêt dans Yuri on Ice, mais il est important de prendre les avis en compte particulièrement quand ils sont multiples (et viennent même du créateur).
        On peut avoir des avis et des sensibilités différents, mais il faut accepter la critique et les retours différents de son propre sentiment.

Laisser un commentaire

banner