Publicité

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Publicité

_Hiver_2017

Tour d’horizon des animes de l’hiver 2017

C’est l’hiver (bientôt le printemps, soit !) et si pour vous le temps est horrible dehors, quoi de mieux alors que de regarder un bon anime avant que les intempéries ne viennent couper votre courant ?

ēlDLIVE

Orphelin, Chûta Kokonose vit avec sa tante. C’est un garçon tout ce qu’il y a de plus normal… à un détail près : il a une voix dans la tête. Un jour, une entité bizarre le téléporte dans un lieu peuplé de créatures toutes plus fantastiques les unes que les autres. Il s’agit d’un poste de police spatial et Chûta a été choisi de manière informatique comme candidat potentiel pour rejoindre les forces de l’ordre.

La nouvelle série d’Akira AMANO, l’auteure de Reborn! débarque sur ADN pour le plus grand plaisir de ses fans. On y retrouvera tous les ingrédients de la saga précédente, les bons comme les mauvais… C’est un shônen on ne peut plus classique, avec un héros partant tout en bas de l’échelle qui, avec d’étranges pouvoirs, aidera au maintient de la paix intergalactique.
Même si l’originalité en pâtit (ne vous attendez vraiment pas à une révolution du genre, ni même à des éléments innovants), les codes sont bien utilisés et les touches d’humour sont là pour agrémenter le visionnage. Il en découle aussi que les interactions entre les personnages paraissent forcées et maladroites, notamment pour le personnage principal, beaucoup trop dans le cliché du héros faible et tourmenté (pour des raisons un peu ridicules).
N’espérez pas vous identifier au héros ou même raisonner logiquement, il faudra juste apprécier l’humour et l’intrigue simpliste.

Verdict: MOYEN

separ

Koro Sensei QuestKoro_Sensei_Quest_Couverture

Cette comédie se déroule dans un tout nouvel univers, complètement différent de celui de l’oeuvre originelle. Korosensei est ici le Roi des Démons, tandis que les élèves de la classe 3-E sont des héros qui doivent le battre. À l’école magique de Kunugigaoka, ceux-ci apprennent le maniement des armes ainsi que la sorcellerie. Cette aventure des plus étranges peut maintenant commencer !

Série parodique de Assassination Classroom, elle reprend la trame de l’histoire originelle en y ajoutant un côté RPG et beaucoup de dérision. Les épisodes s’enchaînent vite, notamment grâce à leur format de 10 minutes et on sa laisse facilement prendre dans cet humour parodique.
Bien sûr, le principal vecteur d’humour étant les références à l’oeuvre principale, le titre s’adresse surtout aux connaisseur de la série. Pour ceux n’ayant pas vu Assassination Classroom, (déjà allez la voir, c’est une série excellente et bien réalisée), ils pourront rire des effets comiques mais passeront à côté de pleins d’éléments.
Au final, Koro Sensei Quest! est une série toute simple (mais bien réalisée) destinée et conseillée aux fans.

Verdict: BON

separ

SeirenSeiren_Couverture

Shoichi Kamita est un lycéen ordinaire. Il doit préparer l’examen d’entrée à l’université et s’inquiète de son futur. Seiren (qui signifie « honnête » en japonais) est une comédie romantique de lycée. Amour, amitié ? Découvrez le conte de Shoichi Kamita et de trois autres héroïnes. Une relation pure s’installe avec chacune d’entre elles. Chaque histoire raconte le souvenir unique et mutuel que le jeune homme partage avec l’une des héroïnes de ce shôjo.

Série découpée en trois arc de quatre épisodes dans lesquels on suit l’histoire de cœur d’une héroïne en particulier. C’est un découpage intéressant mais au final, on ne sait pas vraiment sur quel pied danse la série car pour une comédie romantique, c’est vraiment racoleur. On va passer outre le héros qui, s’il n’est pas désagréable, n’est pas vraiment intéressant non plus, et on se concentrera plus sur les relations qui naissent et évoluent, ceci de manière plutôt convaincante, surtout au niveau des personnages secondaires.
Graphiquement, c’est joli, avec de bons effets de couleurs et de lumières, mais là où la série fait défaut, c’est au cœur de son principe, qui confond être romantique et graveleux. Peut-être que ça vient juste de l’héroïne du premier arc, qui se veut provocante, mais les gros plans sur ses seins et ses fesses, souvent suivis d’un coup d’œil du héros, rendent ça plus dérangeant que mignon (et ça nous parle de pureté de relation…).
Si le côté racoleur (voir limite obscène par moments) ne vous dérange pas, c’est une “romance” qui se regarde bien, malgré le scénario qui part parfois dans des bizarreries.

Verdict: MOYEN

separ

Freaky GirlsFreaky_Girls_Couverture
(Demi-chan wa Kataritai)

Tetsuo Takahashi enseigne la biologie au lycée Shibasaki, mais il s’intéresse depuis longtemps à des créatures mi-humaines qui peuplent notre monde. Il découvre un jour que, parmi ses élèves, il y a une vampire, une « sans-tête » (Dullahan) et une femme des neiges (yuki-onna). Malgré leurs différences, ces jeunes filles un peu atypiques ont pourtant les mêmes préoccupations que la plupart des adolescents…

Freaky Girls est une comédie scolaire avec quelques éléments de surnaturel (pour permettre, entre autres, de traiter le sujet de la différence) qui se révèle être très drôle. On a affaire ici à un humour très frais, très touchant et très léger grâce à une bonne galerie de personnages avec leurs caractères et leurs problèmes. L’histoire est simple et classique mais les situations s’enchaînent suffisamment bien pour que l’on ne s’ennuie pas devant les épisodes.
Le graphisme est plus que correct avec des effets classiques mais collant bien à l’ambiance. L’animation est elle aussi simple (sans action de folie), souffrant parfois de quelques défauts.
La série gagne vraiment en intérêt grâce à ses personnages tous plus attachant les uns que les autres, et aussi grâce à son humour qui utilise parfaitement les particularités des demi-humains. La comédie et le propos arrivent toujours à être centrés sur eux, ce qui donne à la série une identité propre.
On assiste aussi à une dramatisation des conséquences de cette différence, ce qui est plus ou moins bien fait : assez juste au final mais qui parfois tombe dans l’excès et la surréaction. Heureusement, ces scènes ne sont pas très nombreuses et restent assez courtes.

Verdict: BON+

separ

Gabriel DropOutGabriel_DropOut_Couverture

Gabriel White a été promue meilleure élève de l’école des anges. Afin de poursuivre son apprentissage, elle est venue sur Terre afin d’étudier les humains et les guider correctement dans la vie. Mais depuis qu’elle est arrivée, Gabriel est devenue accro aux jeux vidéo et son assiduité en a pâti ! Dans le lycée qu’elle fréquente, elle retrouve d’autres jeunes anges, mais aussi des apprenties démons…

On a ici une comédie lycéenne centrée sur des démons candides et des anges espiègles et fainéants, formant un noyau comique assez réussi. On prendra plaisir à suivre les aventures loufoques de ces habitants des cieux et des enfers et même si ce n’est pas particulièrement original, on s’attachera aux personnages.
Série humoristique oblige, on a ici aussi une animation simple, se contentant de servir l’humour, le tout dans un design moe.
Les épisodes sont une succession de petites histoires à but humoristique n’ayant pas forcément de liens les unes avec les autres, ce qui permet de facilement rentrer dans la scène mais a contrario d’en sortir très facilement aussi.
L’humour marche bien (même si c’est du déjà-vu et qu’une bonne partie pourrait appartenir à n’importe quelle autre comédie), c’est une série sans prise de tête qu’on peut regarder entre deux choses plus sérieuses. On regrettera juste un manque de rythme dans l’action, avec de nombreux blancs et temps morts qui brisent l’ambiance humoristique.

Verdict: MOYEN+

separ

Hand ShakersHand_Shakers_Couverture

Osaka, AD20XX. Dans la dimension ziggourat, les Hand Shakers sont des êtres détenant un pouvoir psychique qu’ils activent en joignant leurs mains, mais ils ne peuvent pas utiliser cette arme sans être une paire. Une série d’affrontements a commencé et seul le duo le plus puissant pourra prétendre défier Dieu lui-même…

Produite par GoHands (les réalisateurs de K, le style graphique met la puce à l’oreille), cette série d’action marque fortement par sa réalisation. Si d’ordinaire les studios d’animation ont recourt à la 3D pour simplifier les scènes complexe en 2D, ici c’est presque l’inverse. Les décors et les pouvoirs spéciaux sont effectivement en images de synthèse, sans pour autant que ça contraste mal (au contraire) avec la 2D, et seul une ou deux textures n’apparaissant qu’une ou deux secondes viennent noircir un très beau tableau. Les protagonistes s’intègrent bien dans ces arrière-plans, notamment grâce à leur colorimétrie lumineuse.
À côté de ça, on a des mouvements de foule dessinés qui sont très dynamiques et des rotations de caméra sur des personnages, elles aussi, bien réalisées. À cela, on ajoute beaucoup d’effets de lumière et on a un anime très vivant.
Le scénario se suit bien, sans être particulièrement exaltant, et permet de bien amener l’action. On notera cependant qu’il a trop tendance à mettre en avant le côté mignon du duo principal en ralentissant le rythme.
C’est une série très belle, très dynamique dans son action, mais qui est un peu trop moe/ »personnage mignons » surtout pour son propos de vie et de mort.

Verdict: BON

separ

Masamune-kun’s RevengeMasamune-kun's_Revenge_Couverture
(Masamune-kun no Revenge)

Osaka, AD20XX. Lorsqu’il était enfant, Masamune Makabe était un garçon rondouillard dont se moquait souvent une fille, Aki Adagaki. Il a fini par décider de se prendre en main et, quelques années plus tard, le voilà devenu un beau jeune homme intelligent et athlétique. À présent, il est prêt à prendre sa revanche sur ceux qui l’ont humilié ! Et il compte bien profiter d’un changement d’école pour mettre ses projets en œuvre…

Encore une comédie scolaire mais cette fois centrée sur un étudiant populaire désireux de se venger. On va suivre des personnages au caractère bien trempé, se tournant autour, se lançant des piques et s’affrontant lors de joutes verbales. Le comique sera principalement de situation, qu’elle soit actuelle ou passée, ce qui permet au passage de mettre en exergue l’importance du paraître et du regarde des autres dans la société japonaise, tout en nous faisant rire la majorité du temps.
À côté de ça, la réalisation a été confiée au studio Silver Link, ce qui nous offre une imagerie soignée, avec de bons effets de lumière, de flous… le tout avec une animation plus que correcte (pour un anime de ce type) et des personnages bien dessinés, même si le character design n’est pas très inspiré (enfin si, un peu trop d’une certaine série).
Au final, ça reste une série humoristique drôle et légère, qui reste agréable à regarder. On regrettera juste que l’humour se disperse un peu trop par moment et que l’intrigue souffre de temps en temps de longueurs en voulant être trop sérieuse.

Verdict: BON

separ

School Girl StrikersSchool_Girl_Strikers_Couverture

L’académie Goryôkan, une nouvelle école privée pour les filles avec un vaste campus, cache un lourd secret : elle entraîne l’unité spéciale Escadron 5 afin de protéger le monde de créatures surnaturelles invisibles connues sous le nom d’Obli. Plusieurs équipes composées de cinq filles devront effectuer certaines missions…

Série d’action basée sur un jeu de carte, on pourrait la définir comme un anime de Magical Girls, c’est à dire un groupe de filles sauvant le monde d’une menace paranormale grâce à des pouvoirs magiques/technologiques. C’est une histoire classique, voir très peu originale, se basant majoritairement sur ses personnages féminins hétéroclites et mignons. La série à l’air de partir sur du Magical post-Madoka, c’est à dire avec un scénario un peu sombre, mais contrairement à un Yûki Yûna wa Yûsha de Aru, n’a pas l’air d’avoir la moindre ambition
Ça reste joli, même si la cohérence ne se fait pas sentir dans le character design (en témoignent les combattantes en maillot de bain et en maid), on va dire que ça reste dans les canons de beauté actuels.
C’est une série à regarder sans avoir l’intention d’y réfléchir, ni originale ni passionnante, elle pourra faire passer le temps à ceux qui aiment bien le genre.

Verdict: MOYEN-

separ

SpiritpactSpiritpact_Couverture

Héritier d’une ancienne et grande famille de conjurateurs, Keika Yô a tout perdu après la mort de ses parents. Pour survivre, il fait de petites prédictions dans la rue et répare aussi des ordinateurs. Un jour, il croise la route de Ki Tanmoku, un mystérieux exorciste en train d’affronter un démon. Malheureusement, cette rencontre débouche sur un drame : Keika est victime d’un accident et devient un esprit. Ki passe alors un pacte avec lui, et ils coopèrent pour conjurer les démons. Une grande amitié va naître…

Voici la série tirée d’un manhua de la saison. On y trouve ici une oeuvre d’action à la sauce chinoise sur le thème de l’exorcisme. On a une magie très basique, des pouvoirs classiques pas véritablement expliqués (sans que ce soit un problème) et un bestiaire assez simpliste. C’est dans les personnages et le scénario que la série trouve son intérêt (non pas que ce soit exceptionnel mais on s’y attache bien). On trouvera aussi beaucoup d’humour qui coupe totalement avec l’action (on a une phase de comédie puis une phase de sérieux) qui étonnera un peu mais auquel on s’habituera assez vite.
On a ici une technique qui est plus que correcte, surtout comparativement aux autres séries tirées d’œuvres chinoises (ce n’est pas exceptionnel, mais ça fait bien le travail) et avec un character design sympa.
Globalement, c’est un peu en dessous des canons de l’animation japonaise en terme de scénario et de technique, mais ça a sa part d’exotisme et ça se regarde plutôt bien.

Verdict: MOYEN+

separ

Yôjo Senki – Saga of Tanya the EvilYôjo_Senki_-_Saga_of_Tanya_the_Evil_Couverture

Tanya Degurechaff est officier dans les forces d’attaques aériennes impériales des sorciers. Malgré sa jeunesse et son air de petite fille, elle fend les airs et frappe ses adversaires sans pitié. Dans une autre vie, Tanya était un employé de bureau japonais zélé, prêt à tout pour sa réussite et celle de son entreprise, mais un dieu courroucé l’a réincarné dans un corps de fillette. Elle n’en est pas moins l’élément le plus redoutable de toute l’armée impériale…

Série militaire mettant en scène une magicienne loli aussi impitoyable que forte, amenée à combattre l’Europe entière dans ce qui semblerait être les prémices de la Seconde Guerre Mondiale. C’est l’occasion pour nous de voir de beaux ballets aériens parsemés d’explosions et de cris d’incrédulité des soldats. De manière générale, on a un beau graphisme et une belle animation qui collent avec le contexte martial de l’époque, si on excepte les bouilles des personnages féminins.
Le coup de réincarner un personnage dans un monde parallèle est, certes, vu et revu, mais ici permet de bien mettre en avant le côté égoïste et opportuniste de l’héroïne, tout en légitimant ses tentatives de se la couler douce à l’arrière, et on attendra de les voir contrecarrées par l’état major et l’Etre X.
C’est une série dynamique, avec un personnage principal intéressant, qui, pour une fois dans l’animation japonaise, se dit connard et arrive à l’être, et on espère que cela continuera, même si ce n’est pas gagné.

Verdict: BON+

separ

ACCAACCA_Couverture

Le royaume de Dowa est divisé en 13 circonscriptions autonomes dirigées par un monarque. Depuis près de 100, l’organisation ACCA surveille le royaume et protège la paix en prévenant les éventuels coups d’état. Jean Otus, général en second au sein d’ACCA, va se retrouver peu à peu emmené au cœur d’un monde d’espionnage et d’intrigues.

Ici, on a une série mêlant habilement pâtisserie et coup d’état. Dans un pays semblant être en paix, une rumeur de coup d’état se fait entendre, tournant principalement autour de notre héros, mais est-il vraiment impliqué ? C’est une question que nous nous poserons à chaque instant. L’intrigue se dévoile petit à petit, nous laissant nous interroger sur les motivations de chacun, tout en découvrant les spécificités de chaque district, assez intéressantes pour le coup.
La série profite d’un graphisme un peu particulier mais très agréable une fois qu’on s’est habitué et qui offre beaucoup de vie à l’oeuvre, même si par moment, l’animation peut paraître saccadée. Les personnages ont chacun une identité graphique bien définie, nous permettant facilement de les rattacher à une fonction et/ou à un district et on aura l’occasion d’avoir faim plus d’une fois avec tous ces délicieux gâteaux qui nous sont présentés.
Pour conclure, on a une intrigue qui se suit bien, assez facile à comprendre mais qui comporte ses petits lots de subtilités, et grâce au personnage principal très calme et très posé, la série est vraiment relaxante et reposante. Par contre, même si la diversité et la multiplicité des éléments scénaristique est pour l’instant agréable, il faut espérer que la série ne se disperse pas trop par la suite.

Verdict: BON+

separ

Akiba’s TripAkiba's_Trip_Couverture

Dans une reproduction du célèbre quartier de Tokyo, Akihabara, un groupe de jeunes personnes combat les vampires ayant envahi la ville. Leur arme principale ? Celle de retirer leurs vêtements afin de les exposer à la lumière du soleil.

Vous l’avez peut-être compris en lisant le synopsis, cette série, c’est du grand n’importe quoi, avec un scénario absurde et délirant, des situations plus improbables les unes que les autres et toute une flopée de personnages hauts en couleur. Chaque épisode est une histoire auto-conclusive autour d’un méchant à dévêtir. Sur le papier, ça marche plus ou moins bien, le prédicat de base est plutôt amusant, sans être trop racoleur ou vulgaire, mais à côté de ça, l’épisode brode beaucoup pour se remplir, avec beaucoup de thèmes sans rapport avec le sujet de base, reléguant la série à une « comédie gentiment déjantée ».
Au niveau de la technique, c’est assez moyen, que ce soit pour le graphisme ou l’animation, avec des scènes de baston pas toujours super belles et qui sont moins bien animées que les danses.
C’est une série comique qui arrivera à faire rire les habitués du genre et qui est un petit moment de détente sympathique, mais qui reste vraiment très moyen dans tous les autres points.

Verdict: MOYEN+

separ

Grandblue FantasyGranblue_Fantasy_Couverture

Dans un monde construit au-delà des nuages vit un garçon prénommé Gran. Il fait un jour la rencontre de Lyria, une jeune fille fuyant un empire totalitaire cherchant à s’emparer du monde entier. Les deux jeunes gens se lancent alors ensemble dans une quête : celle de trouver le pays mythique d’Estalucia, l’île aux étoiles, ainsi que le père de Gran y faisait mention dans une de ses lettres.

C’est un peu tricher que de parler de cette série ici car elle ne commencera véritablement que la saison prochaine, mais les deux premiers épisodes ont quand même le mérite de poser les bases de ce qui semble être une histoire d’heroic fantasy à l’ancienne, genre pas si représenté de nos jours (la dernière série vraiment marquante me semble être Rage of Bahamut). Le scénario a l’air on ne peut plus classique chez les JRPG, mais sa rareté en fait quelque chose de plutôt appréciable, surtout qu’il a l’air maîtrisé, avec une galerie de personnages attachante et un univers vaste comme tout bon JRPG.
On notera un bon graphisme, aussi bien pour les décors que pour le character design qui fait l’effort d’une bonne animation 2D pour des personnages en armure complexe.
Il reste juste à voir ce que ça donnera sur la longueur, mais dans tous les cas, la série part sur de bonnes bases, sauf pour la voix de la mascotte qui est insupportable.

Verdict: BON

separ

Kobayashi’s Dragon MaidKobayashi's_Dragon_Maid_Couverture
(Kobayashi-san Chi no Maid Dragon)

Miss Kobayashi, une jeune secrétaire, est fatiguée de sa vie en solitaire. L’arrivée soudaine d’un dragon chez elle va bouleverser son quotidien. Ce dernier a d’ailleurs la capacité de revêtir un costume de bonne à tout faire et de prendre l’apparence d’une mignonne jeune fille..

C’est ici une comédie burlesque où une humaine est amenée à vivre avec des dragons que l’on nous propose. On se retrouve dans des situations invraisemblables où une entité toute puissante fait office de bonne, ce qui donne un décalage complet entre la réalité et ces êtres fantastiques. Ce décalage ne manquera jamais de nous faire sourire, voire même rire. À côté de ça, la série veut essayer de capitaliser sur ses personnages féminins mignons et elle y arrive plus ou moins (sachant que ça reste relativement convenu) mais la moindre introduction d’éléments dramatiques rend les scènes très lourdes.
Il n’y a pas grand chose à dire du côté graphique, c’est dans les canons actuels, assez moe, les dragons ont un style graphique adapté au comique de la série, des personnages joliment colorés mais au final rien de particulièrement mémorable.
C’est une série qui se regarde plutôt bien et qui fera rire, mais qui reste parfaitement oubliable.

Verdict: MOYEN+

separ

RewriteRewrite_Couverture

Suite à une reforestation intensive, la ville de Kazamatsuri est envahie par les arbres et les fleurs. L’histoire nous entraîne dans le quotidien du lycéen Kotaro Tennouji qui rejoint les autres membres du club d’occultisme de son lycée suite à divers phénomènes paranormaux. Cependant, l’adolescent était loin de se douter que derrière ce havre de paix qui entoure la ville de Kazamatsuri se cache un sombre secret.

Suite de la première saison de Rewrite (dont vous pouvez trouver une chronique ici). Est-ce que ça valait la peine de continuer ? Difficile à dire. Le character design est toujours aussi inexpressif et inadapté au ton de la série mais elle a enfin entièrement plongé dans le fantastique et occulté la vie scolaire.
On a enfin le droit à notre lot de très belles scènes sur le plan graphique, à de nombreuses situations bizarres se mariant très bien avec l’ambiance se dégageant de l’oeuvre, bref, ce qu’on aurait aimé avoir dés le début.
Si vous avez fait l’effort de rester jusque là, autant continuer pour profiter de la très belle imagerie et du travail qui est fait dessus, ainsi que de l’ambiance qui est enfin mystique. Il faudra juste passer outre les dialogues et les objectifs qui sont vraiment pompeux et pédants.

Verdict: MOYEN+

separ

2017 est une année qui commence assez moyennement, surtout quand on compare à l’automne 2016, riche en excellentes séries. Après, même si ça reste du plutôt “moyen” (même si un peu trop tourné vers la comédie), l’année ne fait que commencer et nous avons encore trois saisons pour être surpris, et puis au pire, on a encore la suite de certaines des excellentes séries de la saison passée (Gundam et March comes in like a Lion).




A propos de Ithaqua

Si c’est sombre, glauque ou tout mignon, j’en fais mon affaire, tant qu’il y a quelque chose derrière.

6 commentaires

  1. Je suis surpris de pas voir un petit mot sur Kuzu no Honkai dans votre petite sélection, étant donné que c’est un des rares animes « bon+ » de la saison et Onihei du bon aussi, les 2 titres (dispos en vostfr) d’amazon , et forcément les suites de Gintama et Ao no exorcist qui sont avec ACCA13, Youjo senki,Kobayashi’s Dragon Maid les incontournables de la saison IMO.

    ____
    Hand shakers worst anime de la saison…magnifique techniquement mais trop tape à l’oeil et vide avec des persos insupportables bourrés de gimmicks…toutes le dérives du studio GoHands réunies dans cette production.

    • Le catalogue Amazon n’est pas assez développé pour l’instant pour que je prenne un abonnement uniquement pour: malheureusement leurs animes me passeront à côté.
      Pour Gintama, je ne regarde pas, un jour peut être.
      Pour Blue Exorcist, je lis le manga donc je n’étais pas vraiment intéressé de voir l’adaptation animée, et de toute façon je préfère parler des nouveautés qui débutent, sinon je n’aurai jamais le temps de le finir à temps ^^.

      Enfin petite précision, j’essaye de baser mon ressenti sur les trois premiers épisodes des séries poour vraiment avoir le côté « premières impressions » mais sinon je suis d’accord, Hand Shakers au niveau des personnages et du scénario c’est une purge. Si je devais parler de certains animes en chroniquant toute la série, elles auraient des notes différentes.

      • Et même pas un petit mot sur la deuxième itération de Konosuba ? C’est quand même l’animé de la saison.

      • Je vois, merci d’avoir pris le temps de me répondre.
        Et effectivement c’est dommage, l’offre d’amazon est tout juste naissante ( et chère…) et au final très peu de gens savent qu’elle existe, ça fait comme pour netflix quand ils ont commencé à s’interesser à l’animation japonaise, il a fallut quelques saisons avant qu’elle ait un catalogue interessant et varié et que les gens sachent qu’elle existe.

        @Api: c’est normal, les sites comme mangamag ne prennent en compte que les titres de l’offre légale, c’est toujours bon à le rappeler mais on est pas censés voir le reste via le fansub (:P )ou les titres netflix qui sont dispos seulement 3 mois après leur diffusion japonaise…

  2. Merci pour le tour d’horizon. Pour les séries que j’ai vu, je suis assez d’accord avec ton avis et je te rejoins donc sur le côté un peu moyen de cette saison. Même Tanya qui est la plus sympa du lot, n’est pas une série qui va beaucoup me marquer dans la durée.

    Si tu réitères l’expérience pour le printemps, serait-il possible de rajouter dans le résumé sur quelle plateforme la série est disponible?

Laisser un commentaire