Publicité

Publicité

One Piece Heart of Gold
(C)尾田栄一郎/集英社・フジテレビ・東映アニメーション

One Piece – Heart of Gold

One Piece – Heart of Gold Éditeur : Crunchyroll
Titre original : One Piece - HEART OF GOLD
Créateur original : Eiichiro ODA
Format : TV Special
Episode(s) : 1
Durée : 110 min
Studio : Toei Animation
Réalisateur : Tatsuya NAGAMINE

Après le combat contre Doflamingo, l’équipage du chapeau de paille continue ses aventures dans le Nouveau Monde. Ils tombent sur une petite fille mystérieuse nommée Olga. Malgré son apparence mignone, elle s’avère être assez violente et maligne. En tout cas, elle avait besoin de l’être puisqu’elle est poursuivie par la Marine et un puissant chasseur de trésor du nom de Mad Treasure. La jeune fille serait originaire d’Alchemy, une île qui vivait de la production de fer et d’acier et qui aurait disparu il y a 200 ans.

Cette disparition concorderait avec la création d’un métal que tous convoitaient, « Pure Gold » (l’Or Pur). Il est si rare que certains disent qu’il pourrait servir à acheter le monde entier. Olga est parvenue à s’échapper de l’île mais a été attrapée par la Marine. C’est ainsi que Gild Tesoro, responsable du casino Gran Tesoro, a envoyé Mad Treasure sur ses traces. Même si Olga ne leur rend pas la vie facile, la rencontre avec l’équipage de Luffy sera déterminante… 

spoilers

Comme pour Adventure of Nebulandia, le précédent épisode spécial de la série animée One Piece qui voyait le retour de Foxy, c’est Crunchyroll qui possède les droits dans les pays anglophones et qui permet à certains chanceux de découvrir ce prologue à One Piece Film Gold un peu à l’avance (sachant qu’il sera sûrement diffusé sur J-One lorsque le film arrivera dans les cinémas français en automne).

©Eiichiro Oda / Shueisha, Toei Animation / "One Piece" Production Committee
©Eiichiro Oda / Shueisha, Toei Animation / « One Piece » Production Committee

L’un des plus gros regrets que l’on peut avoir vis à vis de cet TV Special, c’est son manque d’enjeu. Les ennemis apparaissent comme beaucoup trop faibles pour les pirates sous les ordres de Luffy. Ce dernier ne subit pas de dégâts sérieux pendant l’épisode, c’est dire… Même Zoro n’aura besoin que d’un sabre et d’une vieille technique (on l’avait pas vue depuis plusieurs centaines d’épisodes en tout cas) pour se défaire de son ennemi…

On note aussi beaucoup de « déjà vu ». Le scénario utilise peut-être un peu trop d’éléments que l’on connaît déjà comme cette envie de Sanji de posséder un pouvoir lié à l’invisibilité (on le sait depuis le combat contre Absalom sur Thriller Bark). Même chose pour l’utilisation des « amis » comme moyens de pression (exactement comme dans Film Z et comme par hasard, c’est le même scénariste) qui est devenu un gros classique de One Piece.
Disons que tout ça est un peu redondant. Après, certaines idées récurrentes ne sont pas mauvaise. Par exemple, Luffy qui fait ami-ami avec un animal bizarre et qui lui file un nom complètement à l’ouest, c’est toujours aussi efficace.

On notera aussi quelques incohérences dans la déroulement de l’action. À certains moments, la chaine de Mad Treasure est contrée avec du haki (fluide) et parfois elle ne l’est pas. Pourquoi ? Aucune idée. En tout cas, sachant que le haki est censé être plus solide que tout, on se demande comment la chaine fait pour rivaliser…
Usopp (Pipo) a aussi l’air un peu maigrichon pour la période « Nouveau Monde », ce qui est dommage sachant que l’une des ses améliorations principales est physique…

Il y a du négatif dans ce Heart of Gold mais ce n’est pas tout.
Les choix graphiques sont plutôt sympas (mis à part Usopp) et le chara-design des trois ennemis reste réussi, en particulier le « Chocolove » (un personnage de Shaman King, série d’Hiroyuki TAKEI) du groupe qui parle anglais avec un accent japonais assez génial (en tout cas, ça ne manquera pas de vous faire sourire).
Les méchants ne sont pas les seuls personnages réussis, Olga n’est pas en reste non plus avec son sourire à la Osomatsu-san quand elle cherche à être un peu espiègle. En tout cas, la jeune fille est souvent drôle à échafauder des traîtrises à haute voix et on sent que la doubleuse l’a bien travaillée.

Niveau graphique, c’est propre et en règle générale, c’est plutôt bien animé même s’il y a des séquences un peu faciles qui n’ont pas du donner trop de travail aux animations. C’est le cas notamment lors des déplacements aquatiques du lézard (Elizabeth ou Chavez), des scènes qui restent assez sommaires. Il faut aussi noter une utilisation (limitée) de la 3D sur les bateaux qui passe plutôt bien mais qui n’était peut-être pas nécessaire.

L’un des gros plus de ce TV Special, c’est le lien qu’il fait avec le film. Les deux oeuvres sont liées intelligemment et on peut soupçonner que le manque d’envergure des ennemis est peut-être dû à une volonté de laisser le gros morceau pour Film Gold. En effet, Tesoro, énervé de ne pas avoir obtenu le Pure Gold va en vouloir sévère à l’équipage du chapeau de paille. De plus, Nami devrait elle aussi avoir une véritable adversaire avec la voleuse aux cheveux violets…

Au final, Heart of Gold reste du One Piece. Que ce soit au niveau du style général, des différents ressorts scénaristiques et même de l’humour caractéristique de la série, on retrouve absolument tout ce qui fait le succès de la série fleuve d’Eiichiro ODA concentré dans un épisode d’un peu moins de deux heures, juste de quoi vous chauffer avant d’aller voir le film.

©Eiichiro Oda / Shueisha, Toei Animation / "One Piece" Production Committee
©Eiichiro Oda / Shueisha, Toei Animation / « One Piece » Production Committee

ODA a de l'or dans les doigts (et dans le compte en banque)

Histoire - 73%
Character design - 47%
Réalisation - 60%
Animation - 72%
Son - 83%
Dans son genre - 66%

67%

Bling^2

Avec une histoire plutôt sympathique mais une réalisation en demi-teinte, ce nouveau TV Special n'est pas mauvais, loin de là mais une fois terminé, on a l'impression qu'il n'y avait pas vraiment d'enjeu, même si c'est probablement à cause du film qui vient derrière.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner