Publicité

Accueil / Actualité / Actualité Manga / Le manga “Le Pacte de la Mer” de Satoshi KON annoncé dans la collection Pika Graphic

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Publicité

Le manga “Le Pacte de la Mer” de Satoshi KON annoncé dans la collection Pika Graphic

Pika annonce l’arrivée dans sa collection Pika Graphic du manga Le Pacte de la Mer (Kaikisen) de Satoshi KON (Opus, Seraphim : 266613336 Wings), quelques mois après la parution de Fossiles de Rêves.

Déjà paru en France chez Casterman sous le titre Kaikisen – Retour vers la mer en 2004, le titre fut pré-publié au Japon dans le Young Magazine de Kodansha au début des années 90.

« Au Japon, le respect inspiré par les éléments naturels rime souvent avec tradition puisque la religion shintô est censée assurer une bonne relation entre la nature et les intérêts humains. Or, depuis les années 1970, un nouveau débat a pris place au sein de la société japonaise : le développement du pays doit-il se faire au détriment de la tradition ? Le Pacte de la mer se veut illustrer de façon sobre et pourtant très forte cette tension entre modernité et tradition, le jeune héros Yôsuké étant le symbole d’une nouvelle génération qui cherche sa place dans ce système où parent et grands-parents s’opposent. »

Le volume unique de cette nouvelle édition du manga Le Pacte de la Mer paraîtra le 13 septembre prochain, pour 15€.
Traduit par Aurélien ESTAGER, l’ouvrage de 224 pages sera au format 170 x 240 mm et bénéficiera d’une préface signée par Jean-Pierre DIONNET (créateur de Métal Hurlant et de l’éditeur Les Humanoïdes Associés) :
« Son œuvre est rare en quantité, mais tout y est facette d’un édifice unique et, en réalité, achevé : il avait la prescience sans doute de sa courte floraison. Une œuvre à fleur de peau de poisson […] miroitant comme de la peau de galuchat : cette peau tannée faite de centaines de miroirs obscurs, comme une onde changeante, inconstante. »

SYNOPSIS
Dans le village de pêcheurs d’Amidé, on raconte qu’autrefois, un pacte fut scellé entre un prêtre shintô et une sirène. Ainsi, en échange de la protection d’un d’œuf, une pêche abondante et une mer clémente assurent la prospérité de la ville.
Cette légende s’est répandue et attire médias et promoteurs. Yôsuké, benjamin du clan des prêtres shintô, doute quant à lui, de l’existence de la créature, jusqu’au jour où tout s’emballe : un magnat de l’immobilier en passe de bétonner la côte avec la bénédiction du père de Yôsuké, prend possession de l’œuf.




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la "génération Club Dorothée", c'est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans et fan invétéré de Dragon Ball. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l'un des créateurs de Manga Mag.

Laisser un commentaire

banner