Publicité

Accueil / Actualité / Actualité Événements / “Manga no Kamisama”, l’exposition consacrée à Osamu TEZUKA à Angoulême 2018

Publicité

Exposition Osamu Tezuka Manga no Kamisama

“Manga no Kamisama”, l’exposition consacrée à Osamu TEZUKA à Angoulême 2018

Lors de la 45ème édition du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, se tiendra une exposition consacré à l’œuvre magistrale du « Dieu du manga » Osamu TEZUKA : Manga no Kamisama”.

Décédé en 1989, celui qui est sans doute le plus grand des mangakas ayant vécu avec « 170.000 pages de manga » produites durant sa carrière, sera célébré lors de l’édition 2018 du festival d’Angoulême avec une rétrospective qui proposera notamment l’exposition de nombreux originaux de l’artiste.

Après Kazuo KAMIMURA cette année, le festival de bande dessinée de référence proposera l’an prochain de revenir sur la gigantesque carrière d’un auteur qui en aura inspiré tant d’autre.

PRÉSENTATION
Au Japon, Osamu Tezuka (1928-1989) est surnommé Manga no kamisama, « Le Dieu du Manga ». Et pour cause, il est considéré comme l’inventeur du manga moderne. Dès 1947 dans La Nouvelle Île au trésor, Tezuka popularise une forme de récit au long cours. Sa narration montre une dynamique inédite, et l’esthétique est teintée de références à l’imaginaire américain, Walt Disney en tête. Jusqu’alors, le manga se cantonnait souvent à des formes courtes. Modèle pour les générations d’auteurs à venir, le dieu du manga participe à toutes les révolutions formelles qui suivront, s’emparant de tous les genres au fur et à mesure de leur apparition : bande dessinée pour jeunes garçons, pour jeunes filles, pour adultes, récits historiques. Dans les années 1960, Tezuka bouleverse enfin l’industrie naissante de l’animation japonaise en créant la première série pour la télévision, posant alors, sans le réaliser, les fondements de cette industrie.
Sans Tezuka, le manga et l’animation japonaise ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Ses créations sont nombreuses et la plus célèbre reste assurément Astro Boy (Tetsuwan Atom, 1952), un petit enfant robot alimenté par une pile nucléaire et célèbre dans le monde entier. Parmi les œuvres marquantes figurent également Le Roi Léo (1950), Phénix (1968), Ayako (1972), Bouddha (1972), Black Jack (1973) ou encore L’Histoire des 3 Adolf (1983).
Auteur mythique d’une époustouflante productivité, avec la réalisation de 170 000 pages de manga, Tezuka n’a jamais fait l’objet d’une véritable exposition en France. C’est donc une rétrospective exceptionnelle qui est présentée à Angoulême, avec de nombreux originaux mythiques. Une manière aussi de saluer la mémoire d’un auteur venu à Angoulême au début des années 1980, quelques années avant que la bande dessinée japonaise s’exporte massivement à travers le monde.

Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, 45ème édition
du 25 au 28 janvier 2018 – Ville d’Angoulême

Festival Angoulême




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner