Publicité

Accueil / Actualité / Actualité Événements / Une exposition pour les 60 ans de carrière de Hiroshi HIRATA

Publicité

L'âme du Kyudo

Une exposition pour les 60 ans de carrière de Hiroshi HIRATA

Pour célébrer les 60 ans de carrière de l’artiste Hiroshi HIRATA (L’âme du Kyudo, Zatoïchi), une exposition aura lieu à Tokyo en 2017 consacrée à son œuvre.

Cette exposition se tiendra du 3 janvier au 26 mars 2017 au musée Yayoi de Tokyo. S’y trouveront exposés 300 dessins de l’auteur : planches de mangas, manuscrits, illustrations, magazines…
Elle sera divisée en deux parties : la première aura lieu du 3 janvier au 12 février prochain, la seconde du 14 février au 26 mars 2017. Certains dessins ne seront exposés que lors de l’une des deux parties seulement.

Le 4 mars 2017, sera organisée une discussion publique entre HIRATA et le mangaka Katsuya TERADA (Saiyukiden), ainsi qu’une séance de dédicace du gekigaka l’après-midi du 11 mars.

L’entrée de l’exposition est fixé à 900 yens, 800 yens pour les lycéens et les étudiants, 400 yens pour les écoliers.

Outre cette exposition, un artbook de l’auteur devrait paraître prochainement au Japon.

En France, Delcourt (sous l’impulsion d’Akata) a édité un grand nombre de ses titres tels que Zatoïchi, Satsuma, L’Âme du Kyudo, Ma voie de Père, Plus forte que le sabre… et plus récemment ce sont les Editions Akata qui se sont chargées de sortir L’argent du déshonneur.

BIOGRAPHIE
Hiroshi Hirata naît à Tokyo le 9 février 1937. Victime des bombardements, sa famille part s’installer à Nara où son père ouvre une boutique de pompe à eau. Hiroshi a six frères et sœurs et doit souvent sacrifier ses après-midi de classe pour aider son père au magasin. À l’époque, le manga ne l’intéresse pas encore mais il participe déjà au journal de son collège et voue une grande admiration aux illustrations des romans historiques, particulièrement celles de Kiyoshi Kimata.
Il n’a que 17 ans lorsque, à la mort de son père, il doit abandonner ses études pour subvenir aux besoins de sa famille. Il commence alors à travailler dans une entreprise d’équipement. Grâce à un ami du collège, il publie sa première histoire en 1958 « Le Sabre tueur d’amour et de haine » (Aizô-hissatsuken) dans la revue Mazô des éditions Hinomaru-Bunko. La collaboration se révélant fructueuse, il fait paraître six autres histoires dans le magazine.
Fin des années 50, un libraire l’incite à lire « Endiguement de Horeki » qui raconte l’histoire du fief de Satsuma. Intrigué par cet épisode de l’histoire du Japon, il approfondit ses recherches et fréquente librairies et bibliothèques pour étoffer ses connaissances sur l’histoire du Japon. En 1965, il part pour Tokyo à la recherche de travail. À cette époque, il édite des nouvelles des romanciers Renzaburô Shibata et Norio Nanjô. Trois livres paraissent : « Zatoichi », « Histoire de Nisha » (Nisha-den) et « Rivière du Sang » (Chishio-gawa). Fin des années 1960, le gekiga est à la mode au Japon et deux de ses publications, « Misère de la voie du samouraï » (Bushidô muzan den) et « Ecole de sabre kanzashi » (Kanzashi kenpô) remportent un grand succès.
Au début des années 1970, la carrière de Hiroshi Hirata prend un tournant décisif. Il devient l’incontournable auteur de gekiga, spécialiste de l’histoire du Japon et des samouraïs. Il commence notamment la série L’âme des samouraïs en 1969, Épouse à vie en 1972 et Prêteur de vie en 1973. Au début de l’année 1973, il voit deux de ses histoires édités en livres reliés et destinés à la vente : « L’âme du Kyudo » et « Prêteur de vie ». C’est dans ce même mouvement qu’il s’atèle à une nouvelle série, « Satsuma Gishiden » en 1977 (série qu’il achève en 1982).
En 1978, il voit son œuvre exposée au Comic Convention de Saint Diego aux États-Unis. Son travail sur « Satsuma Gishiden » l’épuise et en 1983, il décide de faire une pause. Après une année de pause pendant laquelle il exerce le métier d’électricien, il commence une nouvelle série « 36 stratégies de Kuroda ». Depuis 1983, il ne cesse de travailler sur de nouveaux projets, il signe son autobiographie en 1990, « Histoire d’un père », et poursuit aujourd’hui son métier de gekiga-ka avec « 36 stratégies de Kuroda » et « Le Nouveau prêteur de vie ». Hiroshi Hirata est également un maître calligraphe reconnu.

Argent du déshonneur (l’)

Price: EUR 23,50

5.0 étoiles sur 5 (1 customer reviews)

16 used & new available from EUR 12,00

Traduction : Marco06

Source : Natalie

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner