Publicité

Accueil / Actualité / Actualité Manga / [Fait divers] Trois japonais arrêtés pour avoir diffusé des scans de One Piece avant parution

Publicité

ONE PIECE EDITION ORIGINALE T82

[Fait divers] Trois japonais arrêtés pour avoir diffusé des scans de One Piece avant parution

La Police japonaise indique avoir procédé à l’arrestation des trois jeunes japonais pour violation du droit d’auteur après diffusion de chapitres du manga One Piece d’Eiichiro ODA, issus du magazine Weekly Shônen Jump de Shueisha, avant que ceux-ci ne soient publiés.

Weekly Shônen Jump #33 (2017)
Weekly Shônen Jump #33 (2017)

La Police a dévoilé l’identité des incriminés : Yô UEHARA, un freelance de 30 ans issu de Chatan (préfecture d’Okinawa), Shizuka NAGAYA, une auteure freelance de 23 ans résidant à Tottori (préfecture de Tottori) et Ryôji HOTTAI, un web-designer de 31 ans vivant à Akita (préfecture d’Akita).

Selon la Police, les deux premiers auraient acheté des copies du Weekly Shônen Jump dans des enseignes qui vendent des exemplaires en avance et auraient utilisé un scanner pour copier des chapitres du manga et les uploader sur internet. La police indique que le duo le faisait depuis un an. Les forces de l’ordre prétendent également qu’ils auraient ainsi gagné l’équivalent de 75 millions de yens via les annonces publicitaires diffusées sur le site où étaient postés leurs scans.

En outre, la Police indique que le troisième inculpé aurait dupliqué des scans de One Piece et les aurait uploadé sur son propre site web. Elle affirme que HOTTAI pourrait avoir gagné jusqu’à 305 millions de yens via ce site en trois ans d’exploitation.

Yô UEHARA aurait accepté les accusations portées à son encontre, alors que Shizuka NAGAYA les aurait partiellement réfutées affirmant qu’elle n’avait pas été impliquée depuis l’année dernière.
Toujours selon la Police, Ryôji HOTTAI aurait, lui aussi, reconnu les faits, affirmant qu’il aurait lancé son site web pour « gagner de l’argent afin de couvrir [ses] dépenses ».

L’éditeur Shueisha a commenté l’information, indiquant que l’entreprise « exprime sa profonde indignation qu’une œuvre pour laquelle le créateur a travaillé si fort et dans laquelle il a donné tant de lui même soit diffusée ainsi de manière illégale dans le but de faire de l’argent ». Le communiqué de l’éditeur japonais indique aussi que la société « continue d’espérer que cette arrestation récente et les efforts contre le piratage serviront d’avertissement quant à l’utilisation non autorisée » des œuvres concernées.

Source : Anime News Network




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la "génération Club Dorothée", c'est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l'un des créateurs de Manga Mag.

Laisser un commentaire

banner